Info Luttes n°6 : POUR S’EN SORTIR ? AMPLIFIONS LES LUTTES !

Poing IC Luttes info lutteA la lecture des luttes ci-dessous on ne peut que constater que la campagne électorale n’a pas eu de prise sur la volonté des travailleurs de défendre leurs conditions de vie et de travail. La droite sort victorieuse de ces élections (lire ici) et le F- Haine n’a pas confirmé son score du premier tour, même si les résultats sont inquiétants pour l’avenir de notre pays. Le recul important du PS est dû principalement au rejet par les travailleurs de sa politique tournée principalement vers les entreprises du CAC 40, à son incapacité à réduire le chômage tout en faisant payer les travailleurs pour offrir d’immenses cadeaux au capital. Le fait qu’un électeur sur deux, malgré la montée du F-Haine, ne se soit pas rendu aux urnes pour le second tour, montre un rejet des forces en présence qui, en fin de compte, appliquent depuis des décennies une même politique libérale.
Par leurs luttes, les travailleurs s’opposent à la casse de la production et des conquêtes sociales et ouvrent la voie à la constitution d’un gouvernement de salut national et populaire chargé d’en finir avec les structures mises en place par Maastricht-Amsterdam-Nice et Lisbonne. Démonstration est faite avec ces dernières élections que si les communistes et les progressistes ne prennent pas ensemble la tête des luttes contre l’UE, l’Euro et l’OTAN, pour la souveraineté nationale en s’appuyant su l’Europe des luttes, les fascistes s’en empareront pour leur donner les pires perspectives.

Travailleurs, résistants sociaux et civiques, rejoignez le qui agit sur tous les fronts pour aider notre peuple à briser à temps l’étau mortel de l’UE,atlantique, de l’UMP, du PS et du F-Haine !

Jo Hernandez – Secrétaire du secteur entreprise-luttes-syndicalisme du PRCF

 

N°6 – Fin mars 2015

Grève générale et nationale le 9 avril 2015
Date de la grève : 09/04/2015 toute la journée

Les syndicats CGT, FO, Solidaires et FSU appellent tous les salariés, des secteurs publics et privés, à faire grève le jeudi 9 avril 2015.

Ce mouvement est en protestation avec l’austérité.

Grève chez Radio France à partir du 19 mars 2015
Date de début de la grève : 19/03/2015 – date de fin : non déterminée

Suite à un premier mouvement de 24 heures le 12 mars, les employés de Radio France seront de nouveau en grève, mais de façon illimitée, à partir du jeudi 19 mars 2015.

Les revendications concernent le personnel

Grève des facteurs de Lens dès le 26 mars 2015 (62)

A l’initiative de la CGT et de FO, les facteurs de le région de Lens seront en grève à partir du jeudi 26 mars 2015. Il s’agit plus précisément des postiers des plateformes de  Sallaumines, Fouquières, Wingles et Vendin-le-Vieil.

Ils dénoncent la fermeture du centre de tri de Fouquières-les-Lens et une réorganisation du temps de travail.

Grève des crèches municipales de Rennes depuis le 25 mars 2015
Les agents des crèches municipales de Rennes sont en grève depuis le mercredi 25 mars 2015.
Après que le mouvement fut reconduit jusqu’au vendredi 27 mars, une grève illimitée commencera le mardi 31 mars 2015.

Grève à la maison de retraite de Lons dès le 24 mars 2015 (64)

A l’appel de la CFDT, les employés de la maison de retraite Les Foyers située à Lons seront en grève à partir du mardi 24 mars 2015.

Ils dénoncent les conditions de travail.

Grève à la CPS de Polynésie dès le 24 mars 2015

A l’appel de plusieurs syndicats, les agents de la CPS de Polynésie sont en grève depuis le mardi 24 mars 2015.

Ils demandent le départ de l’actuel directeur.

Grève chez Point P à Brie-Comte-Robert dès le 23 mars 2015 (77)

A l’initiative de la CGT, les employés de la plateforme Point P de Brie-Comte-Robert sont en grève depuis le lundi 23 mars 2015.

Le mouvement porte sur des hausses de salaires .

Grève à l’Hôpital Nord Deux-Sèvres à Thouars le 31 mars 2015 (79)

La CGT invite le personnel de l’Hôpital Nord Deux-Sèvres situé à Thouars à faire grève le mardi 31 mars 2015. Le mouvement est reconductible.

Les revendications concernent la suppression de postes suite à une réorganisation.

Grève des bus publics et scolaires de Compiègne dès le 31 mars 2015
A l’appel de plusieurs syndicats, les agents des bus Acary (transports publics TIC et scolaires) de Compiègne seront en grève à partir du mardi 31 mars 2015.

Le mouvement fait suite à l’échec de négociations.

Grève des travailleurs sociaux de Loire-Atlantique le 02 avril 2015 (44)

Les travailleurs sociaux du département de Loire-Atlantique seront en grève le jeudi 02 avril 2015.

Ils rendront hommage à l’un de leurs collègues tué et réclameront plus de moyens.

Grève des agents municipaux de Dunkerque le 2 avril 2015 (59)

A l’initiative de plusieurs syndicats, les agents municipaux de la ville de Dunkerque seront en grève le jeudi 2 avril 2015.

Le mouvement concerne diverses revendications.

Grève des enseignants de la Nièvre le 14 avril 2015 (58)

A l’initiative de plusieurs syndicats, les enseignants de la Nièvre sont en grève le mardi 14 avril 2015.

Ils protestent contre la fermeture de classe à la prochaine rentrée.

Grève de Sevelnord pour augmenter les salaires ! (59)

Depuis mercredi dernier, près de 700 salariés de l’usine PSA de Sevelnord à Hordain près de Valenciennes sont en grève.

Depuis le départ de Fiat, l’usine de Sevelnord fait partie à 100 % du groupe PSA.

C’est une filiale au même titre que Faurecia ou la Française de Mécanique.

Les salariés de Sevelnord viennent de recevoir une prime d’intéressement minium de 1475 € brut (les règles de calculs sont plus avantageuses à Sevelnord que dans le reste du groupe).

Comme dans le reste de PSA, la direction de Sevelnord impose depuis deux ans un accord de blocage des salaires et de baisse généralisée de la rémunération pour tous les salariés. Elle a aussi proposé l’inacceptable :
– Zéro en Augmentation Générale.
– 1,2 % en Augmentation Individuelle contre 0,8 % dans le reste du groupe.

Les salariés de Sevelnord estiment que cela ne fait pas le compte !
Ils ont raison !

La continue chez Carrefour market (92)

Courbevoie, samedi. Les salariés en grève sont passés dans les rayons du magasin du centre commercial Charras, en demandant aux clients de soutenir leur mouvement.

Ils font grève quelques heures tous les week-ends depuis le 6 février, dans plusieurs magasins de la région parisienne

Les hôpitaux marseillais vers une grève massive (13)

C’était prévisible : après le coup de colère des médecins (commission médicale d’établissement, chefs de pôles, doyen de la faculté), c’est au tour des syndicats de personnels d’afficher leur refus du contrat de retour à l’équilibre financier (Cref) présenté par la direction de l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM). Réunis en Intersyndicale, FO, la CGT et la CNI lancent un appel à la grève reconductible à l’ensemble des agents hospitaliers à partir du mercredi 1er avril. Un mouvement qui risque d’impacter sévèrement le fonctionnement des services.

1 040 postes supprimés ?

Car, dans les couloirs de l’AP-HM, le malaise est profond, aussi bien chez les 14 000 salariés que chez les 1 885 médecins. Tous s’inquiètent des conséquences de ce plan qui impose au 3e CHU de France 55M€ d’économies sur 3 ans, tout en plafonnant son activité (donc ses recettes). Pour l’Intersyndicale, cela implique « un plan portant sur 10 % des effectifs non médicaux, soit 1 040 postes sur 3 ans ».

Seraient également concernés les effectifs soignants et dédiés à la recherche . Médecins et syndicats alertent sur les fermetures de lits induites par la désertification des hôpitaux Nord et Sud. À l’arrivée, la population serait pénalisée par une baisse de l’offre de soins. « Ce Cref est dramatique pour nos hôpitaux. Aucun service ne partira et nous nous opposerons aux déménagements », assure Danielle Ceccaldi (CGT) dans la revue spécialisée Hospimedia. « C’est la mise à mort de notre hôpital et du service public », ajoute Audrey Jolibois (FO). Les syndicats ont envoyé des courriers aux élus locaux, à l’ARS, au président de la CME ainsi qu’au ministère de la Santé où ils espèrent être reçus. « C’est un appel au secours », lance Audrey Jolibois.

Grèves à ST Microélectroniques – Crolles (38)

Débrayages à ST Crolles pour les salaries et les conditions de travail dans l’usine STM proche de Grenoble.

Les salariés de la partie industrielle de Crolles 200 et 300 ont commencé depuis mercredi soir 18 mars des débrayages. Ces actions de grève de plusieurs heures ont touché toutes les équipes et se sont poursuivies ce Week-End. Ces mouvements sont soutenus par la CGT du site, et sont très suivis.

Le point de départ est l’intéressement effondré, qui vient se rajouter aux nombreux problèmes subis par les salariés de Crolles : chômage partiel, réorganisations dégradant le travail, manque d’effectifs notamment, pressions sur les salariés etc.

De plus la direction a voulu « calmer » les sites industriels, en annonçant des mesures de primes diverses. Outre que ces mesures ignorent complètement la situation des salariés hors-Fab, elles ne sont pas les mêmes suivant les sites, ce qui a ajouté à la confusion. Enfin, la direction ayant prévu pour ce mercredi 25 le début des Négociations Annuelles Obligatoires, les salariés veulent prendre les devants pour éviter d’avoir des NAO aussi « brillantes » que l’intéressement !

En résumé, les revendications portent donc sur trois points : • L’intéressement, où les salariés veulent une mesure de correction forte et commune à tous • Les salaires où ils veulent une réelle augmentation • Des revendications spécifiques à Crolles

Comme on le voit beaucoup de ces revendications concernent tous les salariés. Malgré des demandes répétées, la direction a refusé d’ouvrir des négociations, préférant des manœuvres de coulisse. Et des pressions sur les grévistes.

Un rassemblement a eu lieu à Crolles Mercredi 25 mars 2015 de 11h30 à 14h30 devant le site.

La CGT estime urgent l’ouverture de négociations, à Crolles pour ce qui concerne Crolles, et au niveau national pour le reste. Enfin elle attend de la réunion des NAO de mercredi que la direction indique ses propositions pour la politique salariale, et réponde aux salariés.