Info Luttes / N°17 semaine 39 : La disparition du code du travail est programmée, en application des directives Européennes

la disparition du code du travail est programmée, en application des directives Européennes

Il y à quelques jours, le par l’intermédiaire de son site https://www.initiative-communiste.fr vous alertait sur la préparation par le gouvernement de la disparition programmée du code du travail pour toujours plus de profits pour les patrons et toujours plus d’austérité pour les travailleurs. Le gouvernement contrairement à ce qu’il veut nous faire croire, légifère en application des directives Européenne et de la concurrence libre et non faussée.

Poing IC Luttes info lutteD’ailleurs, la commission Européenne est on ne peut plus explicite dans sa circulaire adressée au gouvernement français listant ses « recommandations » :

  • réduire le coût du travail et améliorer les marges bénéficiaires des entreprises = baisser les salaires pour augmenter les profits des patrons, des banques, des actionnaires
  • allègement des cotisations patronales = un moyen de diminuer les salaires des travailleurs. Le résultat c’est un déficit de financement pour la sécu, l’indemnisation chômage et le financement des services publics (école, transport etc…)
  • rigidités affectant le marché du travail et le marché des produits, et tout spécialement celles affectant les salaires. Le coût du salaire minimum reste élevé pour la  la commission européenne – c’est à dire ce que les patrons – appelle « rigidité » c’est toutes les mesures de protections des travailleurs contre l’exploitation la plus dure ! c’est toutes les mesures permettant aux travailleurs de se défendre et de s’organiser. En un mot, la commission européenne du patronat veut renvoyer les travailleurs aux 19e siècle ! Et pour faire bonne mesure, pour obtenir une diminution de l’ensemble des salaires, afin que toute la richesse reviennent à cette seule classe d’assistés, de profiteurs et exploiteur qu’est la classe capitaliste, la Commission européenne exige la diminution du salaire minimum.

Pour défendre les conquêtes sociales, notre code du travail payé du prix du sang des luttes des travailleurs, il est indispensable de briser les chaînes de l’union européenne. Tous ensemble, avec le PRCF, résistance !

Le secteur luttes du PRCF

n° 17 – semaine 39

 

Calais : fin de la chez Tioxide

La Voix du Nord, 16 :

Depuis mardi soir, 22 h, les salariés de Tioxide qui étaient en grève depuis la veille, 8 h, ont repris le travail. La grève avait été déclenchée en raison de l’inquiétude des salariés quant aux modalités d’application du plan social qui a déjà entraîné 154 licenciements sur les 269 postes de l’usine.

Grève suspendue chez les salariés d’une entreprise d’ambulance à Albert

France 3 Picardie, 16 septembre 2015 :

Après six jours de grève, les salariés de l’entreprise Léraillez ont repris le travail mais ils attendent toujours de voir quelles propositions seront faites par la direction. Plusieurs salariés d’une entreprise d’ambulance à Albert se sont mis en grève le 10 septembre. Ils protestaient contre la fin d’acquis sociaux. En cause selon eux, les élections des délégués du personnel qui ont eu lieu en juin.

des salariés d’Areva

Libération, 15 septembre 2015 :

Blanche, orange, rouge et azur : la mosaïque intersyndicale d’Areva, rassemblée sur les marches de la Grande Arche de La Défense, tranche avec les costumes gris du quartier d’affaires. Venus de La Hague, de Marcoule ou du Tricastin, 2 500 salariés du groupe nucléaire ont déboulé mardi matin devant la tour Areva pour s’opposer aux 3 500 à 4 000 suppressions de postes prévues d’ici 2017 dans le cadre d’un plan d’économies d’un milliard d’euros. Avec un mot d’ordre : «Non au dépeçage !» En gilets jaune fluo, une garde d’honneur escorte le cercueil de «nos emplois», telle une procession funéraire, sauf que le cortège noie son inquiétude dans un concert de slogans, pétards et sifflets. Pour Sylvie, descendue de la tour pour soutenir ses collègues, la messe est dite : «J’ai connu Areva au mieux de sa forme. C’est dommage, c’était une bonne société. Il y a eu des erreurs.»

Ondres (40) : la grève des facteurs se poursuit

Sud Ouest, 15 septembre 2015 :

Les négociations menées lundi n’ont rien donné. Le mouvement est prolongé, de façon illimitée pour l’instant. Lundi, 27 facteurs sur 29 de la plate-forme de préparation et de distribution du courrier (PPDC) de Mouguerre (Pyrénées-Atlantiques) ont observé un mouvement de grève à l’appel de la CGT FAPT, en protestation à un projet de réorganisation des tournées à partir du mois d’octobre, explique le .

Grève à Prosegur: la justice ordonne la levée des blocages

AFP, 15 septembre 2015 :

Dans son ordonnance, la présidente du tribunal de grande instance demande qu’il soit mis fin à l’ »entrave (ndlr : constatée depuis le 10 septembre) à la liberté du travail des salariés non-grévistes, ainsi qu’au blocage des accès des sites de La Talaudière, Lyon et Valence». En fin d’après-midi, les piquets de grève des sites de Lyon et de Valence avaient été retirés, seul celui de La Talaudière, près de Saint-Etienne, siège de la PTV, restait en place.

Grève à la papeterie de la Banque de France dans le Puy-de-Dôme

AFP, 15 septembre 2015 :

Environ 300 salariés de la papeterie de la Banque de France à Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme) étaient en grève mardi pour dénoncer le changement de statut des futurs salariés, entraîné par la prochaine filialisation du site, a-t-on appris auprès du syndicat CGT. A partir du 2 novembre prochain, la papeterie de Vic-le-Comte deviendra une filiale de la banque de France, baptisée Europafi (Européenne du papier fiduciaire), dans le cadre d’un partenariat avec d’autres banques centrales de la zone euro.

Plast Moulding : La direction condamnée en appel pour licenciements abusifs

Ce mardi 15 septembre 2015, la cour d’appel de Besançon a confirmé la condamnation du tribunal des prud’hommes de l’entreprise Plast Moulding (usine plasturgique de sous-traitance automobile) pour le licenciement abusif de deux ouvriers. Pour mémoire, en août 2012, deux ouvriers de l’usine Plast Moulding de Besançon avaient été licenciés pour avoir fumé une cigarette dans la zone magasin, zone située à l’extérieur des locaux mais dans l’enceinte de l’entreprise.

Lycée Lacroix à Narbonne : les profs en grève depuis ce mardi matin

Les enseignants du lycée Lacroix avaient prévenu que si les effectifs de 37 élèves par classe étaient dépassés, ils seraient en grève. C’est le cas, Le mouvement a été décidé ce matin à 7h30 et il est extrêmement suivi. La raison principale est celle des effectifs. Les enseignants réclament la création de 2 classes et des locaux de type structures provisoires pour mieux accueillir les élèves. Ils demandent également à avoir des informations sur le lycée de Lézignan-Corbières qui, s’il est réalisé « à moyen constant », reproduira les mêmes problèmes à la rentrée prochaine

Valence : convoyeurs et dabistes de Prosegur en grève

Le Dauphiné Libéré, 15 septembre 2015 :

Une quarantaine de convoyeurs et dabistes (agents qui remplissent les distributeurs) des agences de Valence et par ricochet de Portes-lès-Valence de la société Prosegur sont en grève depuis jeudi. Dimanche soir, « la direction nous a proposé la tenue lundi à Lyon d’une réunion de concertation avec délégués du personnel et syndical » ont expliqué des grévistes « en échange de la levée des piquets de grève, ce que nous avons refusé. » Avec les agences de Lyon et Saint-Étienne ce sont 150 personnes qui ont actuellement cessé le travail. Pour la direction de Prosegur : « La grève décidée jeudi par certaines organisations syndicales sur les sites de Valence (Drôme), Lyon (Rhône) et la Talaudière (Loire) a pour origine une régularisation de l’indemnisation des congés payés. Prosegur a constaté, il y a 2 ans, qu’elle payait depuis plusieurs années, 2 fois certaines primes via les indemnités de congés payés. Les salariés concernés touchaient 2 fois ces indemnités au moment de leurs congés payés.

Dordogne : journée de grève chez CIB à Mouleydier

Les salariés de l’entreprise CIB appartenant au groupe Charpentes Françaises vont stopper le travail ce lundi 14 septembre. Leur usine est menacée de fermeture. Quatorze emplois sont menacés. L’entreprise de charpente industrielle CIB à Mouleydier (à l’est de Bergerac) ne fonctionnera pas ce lundi.  Les 14 salariés du site vont aller manifester à Vars en Charente sur un autre site du groupe Charpentes Françaises.