Info luttes n° 36 – septembre 2019 : Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent !

Retour sur des mobilisations en cours et sur les luttes en cours ou à venir.

Exceptionnellement notre rédacteur en chef de votre hebdomadaire n’a pu signer un éditorial pour ce numéro, à qui nous adressons notre fraternel salut. Le meilleur des édito n’est-il cependant pas cette citation bien connue qu’il vous transmet avec cet n°36 : “Ceux qui vivent sont ceux qui luttent”.

Car par ces mots Jo nous interpelle et appelle à l’action et la mobilisation. C’est bien cela qui est l’urgence et la responsabilité de tous en cette période de rentrée qui doit être le moment de construction d’une grande rentrée sociale. Pour faire gagner les travailleurs en faisant échec à la violente accélération de l’entreprise de destruction des conquêtes sociales et de notre pays par le régime Macron, aux ordres de l’Union Européenne et du MEDEF.

Présents au coté des travailleurs en lutte pour manifester la colère de la classe des travailleurs devant l’Université d’été du MEDEF, les militants du PRCF seront partout sur le terrain au coté de ceux qui se battent pour la classe ouvrière, pour défendre les intérêts des travailleurs dans cette que mène la classe capitaliste. Ils vous invitent à les rejoindre nombreux pour participer aux temps forts du stand du PRCF à la fête de l’Huma pour contribuer à construire, dans l’action, le débat et la proposition les forces pour une rentrée sociale 2019 puissante et gagnante.

Oui, l’heure doit être à la mobilisation, de toute nos forces et de toutes notre énergie. Pour que vive la France des travailleurs, solidaire et juste, pour ne pas laisser mourir nos services et entreprises publics, nos conquêtes sociales. Oui, le devoir de chacun est de lutter, de prendre sa place, tous ensemble et en même temps pour constituer un large front populaire, antifasciste, patriotique et écologique.

L’ n°36 le démontre, quelles que soient les difficultés et la violence de la répression par le régime Macron, le pays bouillonne de luttes. Pas un jour sans des dizaines de , pas une semaine de septembre sans plusieurs dates de mobilisations nationales de secteurs entiers : énergie, transport, finance publique, santé…. Et déjà des appels nationaux à l’action pour défendre nos retraites et nos salaires. Pour gagner, nous devons agir, tous ensemble et en même temps.

Oui, ceux qui vivent sont ceux qui luttent.

JBC pour la rédaction de www.initiative-communiste.fr

Les prochaines grèves :

  • des bus et trams Divia à Dijon le 31 août 2019
  • Grève des pilotes de Transavia du 1er septembre au 15 octobre 2019
  • Grève à la RATP le 13 septembre 2019
  • Mobilisation de plusieurs professions contre la réforme des retraites le 16 septembre 2019
  • Grève nationale dans l’énergie et chez EDF le 19 septembre 2019 à l’appel de la CGT? CFDT, FO, CFE CGC
  • Mobilisation FO contre la réforme des retraites le 21 septembre 2019
  • Grève nationale à la SNCF le 24 septembre 2019
  • Journée d’action le 6 septembre de la CGT métallurgie
  • Journée d’action des finances publiques le 16 septembre (CGT, SUD,FO, CFDT, CFTC)
  • Journée nationale d’action de la santé le 11 septembre à Paris
  • Journée nationale des services d’urgence en grève le 26 septembre.
  • 7 septembre, les gilets jaunes appellent à revenir nombreux dans les et actions partout en France. Pour l’Acte 43, la ville de Montpellier est choisei pour la manifestation nationale

Les luttes en bref :

Les pompiers prolongent leur mouvement de grève de deux mois

Source : Le Monde du 30/08/2019

En grève depuis la fin juin, les sapeurs-pompiers ont décidé, mercredi 28 août, de prolonger leur mouvement jusqu’à fin octobre. Le service minimum continuera toutefois d’être assuré, comme lors des deux derniers mois. La grève n’a jusqu’ici pas empêché les interventions et s’est surtout traduite par des banderoles sur les casernes, des inscriptions sur les engins, et le port de tee-shirts et de brassards chez les pompiers grévistes. Elle devait en théorie se terminer, samedi 31 août, mais les sept syndicats de pompiers professionnels à l’origine du mouvement ont annoncé une”reconduction du préavis de grève pour deux mois supplémentaires”….

Luttes gagnantes :

A – Issy Urbaser Energie » le statut des IEG pour toutes et tous !

Source : CGT FNME – 28/08/2019

Dans cette nouvelle entité d’exploitation de déchets ménagers, la CGT a obtenu de l’entreprise Urbaser Environnement que l’ensemble du personnel d’exploitation ainsi que toutes les nouvelles embauches soient au Statut des IEG. Issy Urbaser Energie sera le nouvel exploitant de l’unité de valorisation énergétique des déchets ménagers Isséane (Issy-les-Moulineaux, 92), Jusqu’à présent Isséane était exploité par Dalkia Wastenergy (ex-Tiru, filiale « déchets » de Dalkia, filiale d’EDF) avec des salariés au Statut.

Avec des Agents déterminés et soutenus sans faille par la CGT, le rapport de force a démontré que là où il y a une volonté il y a un chemin : ce sera le Statut des IEG pour toutes et tous !

Dans ce contexte, la CGT continue avec détermination son combat du progrès social pour les salarié.e.s.

Dans ce contexte, la CGT continue avec détermination son combat du progrès social pour les salarié.e.s.

B – Centre Hospitalier de Decazeville (12)

Source : CGT – 30/08/2019

Depuis le 9 août 2019 les agents du service de Médecine, U.G.A. du Centre Hospitalier de Decazeville étaient en grève, notamment suite à l’annonce de la direction de l’établissement d’une suppression de 4 postes dans ce service.

Une première réunion a eu lieu le lundi 12 août, permettant à un accord de principe sur une réflexion d’équipe incluant le personnel paramédical et les représentants du personnel, concernant une nouvelle organisation du service permettant la mise en place des 3 secteurs, Médecine Polyvalente, Unité de Gériatrie Aigue, Lits Identifiés Soins Palliatifs.

Après deux premières propositions de la direction ne remettant pas en cause cette suppression de poste, le vendredi 23 août, la 3ème version du protocole d’accord de fin de conflit a été signée entre les représentants du personnel et la direction.

Ce protocole stipule :

§ Que les effectifs actuels dans le service de Médecine seront maintenus jusqu’au passage en instance d’une nouvelle organisation, les quatre contrats permettant la garantie de ce dispositif seront prolongés pour cette période.

§ Que la nouvelle organisation paramédicale de médecine soit finalisée en adéquation avec l’activité.

§ Qu’une rencontre médicale soit organisée la première semaine de septembre, avec l’ensemble des services pour mieux définir la prise en charge des patients en médecine à Decazeville.

L’acceptation de ces propositions qui répondent aux principales revendications a donc permis aux agents de lever le mouvement.

Cependant, le syndicat regrette que les réponses n’eurent pas été amenées plus tôt, faisant preuve d’un certain laxisme dans le dialogue social.

Luttes et manifestations :

1 – CGT métallurgie – 29/08/2019

Vendredi 6 septembre, la CGT métallurgie appelle les salariés, à agir pour la défense et l’amélioration de leurs droits ! Les négociations ont lieu un vendredi sur deux tout au long de l’année. La Fédération CGT de la Métal- lurgie a décidé de faire de ces journées de négociation des rendez-vous de lutte, d’information et de mobilisation dès le 6 septembre. Ces vendredis de l’action s’inscrivent, plus généralement, dans les mobilisations interprofessionnelles rassemblant tous les salariés de France sur des sujets communs, telle la lutte contre la réforme des retraites avec la manifestation du 24 septembre.

2 – L’intersyndicale des retraités appelle à manifester dans toute la France le 8 octobre et 24 septembre la retraite au cœur de la rentrée sociale

Source : UFR retraités 26/08/2019

Les organisations syndicales et associatives de retraités rassemblées dans une intersyndicale préparent une rentrée sociale revendicative. Les unions confédérales des retraités CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR, LSR et UNRPA appellent à manifester partout en France 8 octobre pour « la revalorisation des pensions et augmenter le pouvoir d’achat des retraités ». La mobilisation unitaire des retraités a déjà obtenu un recul de la part du gouvernement, notamment avec l’annulation de la hausse de la CSG pour les retraites de moins de 2000 euros, en décembre 2018. Mais le groupe des Neuf exige l’annulation de la CSG « pour toutes les retraites » ainsi que la revalorisation.

3 – Avenir du site DIETAL SAINT GEORGES DE MONS

Source : USTM CGT 63 – 28/058/2019

C’est un coup dur pour les salariés de DIETAL depuis l’annonce en CE d’un PSE au mois de Juillet 2019 qui devrait toucher 70 personnes sur un effectif de 210.

Une réunion s’est tenue à l’UL de RIOM, le 02/08/19 à 9h00, avec 2 représentants CGT du site de Dietal, une délégation de l’ustm-63 (2 AUBERT & DUVAL, 4 CONSTELLIUM, 1 NSE, 1 VALEO), deux ex-salariés de la SEITA pour l’UL de RIOM, Philippe FORT pour le CESER CGT AURA et un camarade des transports T2C.

L’USTM CGT affirme que l’actualité économique du site DIETAL ( fabrication de Matériel d’éclairage professionnel à destination des espaces tertiaires : bureaux, surfaces commerciales. Conception et fabrication. Laboratoire d’éclairage) doit être menée à bien dans l’intérêt général, celui des salariés, comme de manière plus globale pour le bassin d’emplois des combrailles.

En s’appuyant sur ses statuts (article 5), l’USTM-63 a décidé d’être sur une action et une communication très offensives et pour cela, elle appelle tous ses adhérents à inscrire dans leur agenda (de lutte) la date du 3 Septembre afin de mobiliser le maximum de camarades de la métallurgie pour participer à une distribution de tract et à une conférence de presse prévues ce jour-là

4 – Hôpital nord : la CGT appelle à « interpeller nos députés »

Source : Le courrier de l’Ouest 28/08/2019

Depuis le 25 mars dernier, la CGT du Centre hospitalier nord Deux-Sèvres dépose un préavis de grève journalier concernant tous les services de l’établissement.

« C’est en effet l’ensemble du système hospitalier français qui est en crise et les mesures prises par Mme Buzyn (Ndlr : ministre référente) ne montrent pas qu’elle ait pris la mesure de la révolte qui enfle au sein des ser- vices. Au CHNDS comme dans les autres hôpitaux, la lumière est mise sur la lutte des services des urgences. Mais il ne faut pas oublier pour autant que le manque de personnel, le manque de temps, le rappel incessant sur les repos, les heures supplémentaires non récupérées et encore moins payées sont le lot quotidien d’une majorité de personnels tous grades confondus et dans tous les services », rappelle la CGT de l’établissement.

Pour le syndicat, « la loi « ma santé 2022 » ne viendra pas résoudre les difficultés que nous rencontrons et la ré- forme de la fonction publique ainsi que celle des retraites viendront encore plus aggraver une situation déjà catastrophique. Les établissements comme le nôtre ne pourront pas attendre une hypothétique augmentation du numerus clausus et pas plus supporter des plans de retour à l’équilibre financier qui nous détruisent chaque jour un peu plus. »

Selon la CGT, « le gouvernement doit proposer des lois qui vont dans ce sens : une loi de financement à la hauteur des enjeux et permettant à nos établissements de nous moderniser et d’être attractif pour les carrières ; une loi concernant l’exercice médical au sortir des études avec des contraintes d’installation dans les hôpitaux et territoires sinistrés ».

« Une goutte d’eau »

La CGT a le sentiment que « les quelque 80 millions d’euros mis sur la table par notre ministre démontrent la volonté du gouvernement et de notre Président de vouloir laisser pourrir la situation jusqu’à rendre inéluctable la diminution de l’offre de soins publics en France. C’est une goutte d’eau qui ne sert qu’à faire des effets de communication. »

De fait, « nous invitons chaque citoyen, chaque agent hospitalier, chaque élu local à interpeller nos députés, en particulier ceux de la majorité, pour exiger une véritable réforme garantissant l’égal accès pour tous aux soins et le maintien de véritables hôpitaux de proximité. Si rien n’est fait très rapide- ment, alors le CHNDS dans sa configuration actuelle ne sera bientôt plus qu’un souvenir ».

Ensemble, ces organisations représentent 85% des 40 000 pompiers professionnels, un chiffre à mettre en regard avec le nombre de 247 000 sapeurs-pompiers (militaires, professionnels, volontaires) de France. Selon les syndicats, la grève a été suivie dans 90 services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) sur 100. Devant l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, avait lui avancé un chiffre de”5%” de grévistes.

5 – CONFORAMA : LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA FÉDÉRATION CONVOQUÉ AU COMMISSARIAT LE 2 SEPTEMBRE

Source : CGT – 30/08/2019

Suite à la mobilisation CONFORAMA du 11 juillet dernier, la Direction a porté plainte contre Amar LAGHA, Secrétaire Général de la Fédération.

Pour rappel, avec le soutien de la Fédération CGT Commerce et Services, des salarié.e.s CONFORAMA sont venus de toute la France le 11 juillet, pour exiger des explications sur les destructions d’emplois et fermetures de magasins, à l’occasion de la première réunion du Comité Central d’Entreprise portant sur le PSE.

Enfermée dans la salle de l’hôtel transformée en bunker, protégée par plus de 30 gardes du corps, la direction n’a toutefois pas réussi à empêcher les manifestant.e.s à se rendre dans la salle de réunion.

Loin de tenter de nouer le dialogue avec les salarié.e.s, dont la vie est chamboulée par des malversations ou de graves erreurs de gestion des dirigeants, la Direction CONFORAMA a annulé la réunion du jour, et refusé catégoriquement de discuter de quoi que ce soit.

À présent, se murant dans le mépris le plus total de la souffrance et de la colère qu’expriment les salarié.e.s de voir disparaître leurs emplois, la Direction CONFORAMA tente d’entraver le soutien apporté par la Fédération CGT Commerce et Services, en déposant plainte contre Amar LAGHA.