Info Luttes – Le « retrait » de l’âge pivot n’est qu’un leurre ! – n° 1 – janvier 2020

Comptant sur la répression policière aggravée, avec des relents fascisants, sur le dénigrement médiatique incessant des grévistes, misant sur l’épuisement financier des grévistes en lutte pour conserver les solidaires créées par le ministre communiste Ambroise CROIZAT, le Gouvernement aidé par les confédérations CFDT et UNSA qui, non contents de négocier dans le dos des grévistes, les « Laurent Berger et Laurent Escure », dirigeants syndicaux de l’UE et de la Macronie, feignent de croire que Macron-Philippe leur a concédé quelque chose, alors qu’il use d’un grossier mensonge sur le retrait provisoire de l’âge-pivot pour tenter de diviser les grévistes et mettre fin au mouvement de colère des travailleurs qui par centaines de milliers font grève et battent la pavé depuis plus d’un mois. 

Il n’y a donc qu’une solution, le retrait pur et simple de ce projet qui allongera la durée du temps de travail et diminuera les pensions, en basculant des millions de retraités dans la pauvreté.

Plus que jamais, continuons la lutte. On n’est pas des moutons, on n’a pas besoin de Berger ni de l’Escure… Ni des chiens de garde médiatiques du gouvernement et des puissances d’argent !

Revue de presse 

Brèves

§ – Contre-, de nouvelles actions sont prévues les 14, 15 et 16 janvier 2020 !

§ – Grève des professions libérales (avocats, médecins, pilotes, …) concernant le projet de régime universel de retraite le lundi 3 février 2020

et manifestations

1 – Source : La dépêche du Midi 07/01/2020

En grève depuis le 6 janvier, les avocats du barreau d’Albi ont décidé de poursuivre leur mouvement et ont voté la reconduction de la grève jusqu’au 20 janvier prochain. Depuis le début de semaine à Albi et suivant un mouvement national de grève des barreaux, les avocats albigeois ont refusé de revêtir leur robe et ont déserté le tribunal. Plusieurs affaires qui devaient être examinées par le tribunal correctionnel d’Albi ont ainsi été repoussées ce mardi et jeudi, et à nouveau hier.

2 – Source : RT France 07/01/2020

Les avocats en grève ne décolèrent pas. Rassemblés dans l’enceinte du palais de justice de Paris, ils ont fait face aux gendarmes. Ils dénoncent la remise en cause de leur régime autonome qui, plaident-ils, est autofinancé et ne coûte rien à l’Etat. Une scène pour le moins insolite s’est déroulée ce 10 janvier au Palais de Justice de Paris où des avocats en grève manifestaient contre la réforme des retraites. Tandis qu’ils tentaient d’avancer dans l’enceinte de l’édifice, un groupe de gendarmes s’est agglutiné pour leur faire face dans une sorte de mêlée, afin de les empêcher d’avancer.

3 – Source : RT France 07/01/2020 

Jugeant très insuffisante la réponse du gouvernement à la crise de l’hôpital, plus de 1 000 médecins dont 600 chefs de services ont décidé de démissionner pour dénoncer les conditions de travail de plus en plus compliquées du personnel hospitalier. Le 14 janvier, au cours d’une conférence de presse, «sera rendue publique la lettre de démission collective de leurs responsabilités signée par plus de 1 000 médecins hospitaliers dont 600 chefs de services», a fait savoir sur Twitter le Collectif inter-hôpitaux. Manque de financements, de lits et de personnels, conditions de travail, perte de sens, crise de gouvernance : de nombreux maux touchent actuellement les services publics de santé. Ces chefs de services et médecins rejoignent désormais le mouvement de grève lancé par plusieurs services d’urgences parisiens il y a près d’un an, élargissant ainsi la contestation à l’ensemble de l’hôpital public.

4 – Source : RT France 07/01/2020

Témoignant leur opposition à la réforme des retraites, les différents personnels judiciaires du palais de justice de Caen ont retiré et lancé leur robes noires avant le discours de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet. En visite à Caen le 8 janvier pour inaugurer la fusion des tribunaux d’instance et de grande instance en tribunal judiciaire, la ministre française de la Justice Nicole Belloubet a été reçue froidement par le personnel judiciaire opposé à la réforme des retraites. La ministre de la Justice s’est voulue rassurante sur cette évolution, effective depuis le 1er janvier, «en soulignant la simplification du mode de saisine des tribunaux, et en affirmant qu’il n’y aura aucune fermeture de tribunal de proximité», a rapporté France 3. Au moment de prendre la parole pour présenter ses vœux aux magistrats, aux personnels de greffe et aux avocats, la Garde des Sceaux a vu ces derniers enlever puis jeter leur robe noire devant elle, symbolisant ainsi leur opposition à la réforme des retraites. Les avocats accusent le gouvernement de n’entendre «que les professions qui bloquent la France» Ne semblant ni affectée ni troublée, la ministre de la Justice a fait fi du mécontentement du personnel judiciaire et commencé son discours : «Je voudrais simplement dans un premier temps vous présenter mes vœux, aux uns et aux autres, à l’ensemble de la communauté judiciaire, qu’il s’agisse des magistrats, de l’ensemble des personnels de greffe, des avocats qui sont aussi ici présents.» Vent debout contre le régime universel des retraites et accusant le gouvernement de n’entendre «que les professions qui bloquent la France», le Conseil National des Barreaux (CNB), qui représente les 70 000 avocats français, avait promis des actions pour «désorganiser la mécanique judiciaire» à partir du 6 janvier et pour une semaine, une grève qui pourra être reconduite. «Bravo à mes confrères caennais !», s’est exprimé François Boulo, avocat et porte-parole des Gilets jaunes à Rouen. Avant de poursuivre : «Je pense que je serais également parti dans la foulée : on n’a pas à écouter les élucubrations d’une personne qui nous ignore et nous méprise depuis des mois et des mois.»

5 – Source : RT France – 07/01/2020

Loin des clichés fictionnels sur les Experts et autres Dexter, les policiers scientifiques français sont en grève. Objectif : dénoncer des conditions de travail devenues écrasantes et un certain sentiment d’abandon de la part de l’institution. La police technique et scientifique jouit d’une image valorisante dans les œuvres de fiction, mais au sein de l’administration française, selon le syndicat du secteur, elle fait office de cinquième roue du carrosse. En cause, un manque de reconnaissance de la pénibilité et de la dangerosité du métier, dont découle un statut désavantageux (dit «sédentaire») par rapport à celui des autres policiers (dit «actif»)… Dans leur malheur, il y a pourtant un droit auquel ont accès les policiers scientifiques : la grève. Alors, pour exprimer leur exaspération, ils ont décidé d’en faire usage. Résultat, 80% des services de police scientifique sont actuellement à l’arrêt. « Ce sont les retours de terrain que l’on a eus par les hiérarchies locales», a expliqué à RT France Xavier Depecker, secrétaire national du Syndicat national indépendant des personnels administratifs techniques et scientifiques de la Police nationale (SNIPAT). Le syndicaliste précise qu’il faut ajouter aux grévistes ses nombreux collègues actuellement en arrêt maladie….

6 – source : Sputnik – 10/01/2020

Dans le cadre de la mobilisation générale contre la réforme des retraites, la CGT de la Banque de France appelle à bloquer dès le 13 janvier deux centres de gestion en Île-de-France et dans les Hauts-de-France traitant une importante partie des billets du pays.

Le syndicat CGT de la Banque de France a annoncé le dépôt d’un préavis de grève «reconductible bloquante» à partir de lundi dans deux centres fiduciaires de la banque en Île-de-France et dans les Hauts-de-France, qui traitent plus du quart des billets du pays, relate l’AFP.

Cet appel à la grève intervient dans le cadre du mouvement de protestation contre la réforme des retraites, détaille un communiqué, rappelant la demande de la CGT d’un «retrait de la réforme».

Il concerne un site à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, et un autre à Sainghin-en-Mélantois, dans le département du Nord. Leur blocage pourrait perturber l’approvisionnement des distributeurs automatiques de billets, prévient le syndicat.

Ces deux sites traitent plus du quart des billets du pays. Ils font partie du réseau de caisses de la Banque de France, grâce auquel elle assure l’entretien des pièces et des billets et gère leur bonne circulation. La CGT indique aussi réfléchir à une extension du mouvement ailleurs en France.

7 – Source : Reuters – 10/01/2020

Alors que la France compte plus de 9, 3 millions de pauvres, les groupes du CAC 40 ont versé des dividendes record en 2019, comme à la veille de la crise financière de 2008.

Les 40 plus grosses sociétés françaises cotées ont versé 49,2 milliards d’euros de dividendes en 2019, battant ainsi le record de 2007, et sont également parvenues à accroître leurs investissements.

En 2019, les entreprises du CAC 40 ont versé 49,2 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires, soit une hausse de 15% par rapport à 2018, rapportent les médias français en se référant à la dernière étude annuelle de la lettre spécialisée Vernimmen.net.

Les patrons du CAC 40 ont gagné encore plus en 2018, environ 277 smic par mois

À ce montant s’ajoutent 11 milliards d’euros sous forme de rachats d’actions : ainsi, le record de 2007 (57 milliards d’euros) est battu, soit celui établi juste avant la crise financière de 2008. Ce résultat témoigne de la bonne santé d’une grande partie des quarante premiers groupes français, souligne Le Monde.

Dans le même temps, les auteurs de l’étude constatent que la part des rachats d’actions est presque deux fois plus faible en 2018 qu’en 2007, avant la crise financière mondiale, soit 10,7 milliards contre 19,2 milliards. Selon eux, cela montre «une meilleure confiance dans l’avenir immédiat».

TOTAL largement en tête

La moitié des dividendes a été versée par huit sociétés, avec à leur tête le géant pétrogazier TOTAL (8,6 milliards), suivi par SANOFI (3,8 milliards), BNP Paribas (3,7 milliards), VIVENDI (3,2 milliards), AXA, puis LVMH, L’ORÉAL et ENGIE.

La rémunération moyenne des dirigeants des 40 sociétés a pour sa part augmenté de 12% en 2018 pour atteindre les 5,77 millions d’euros, selon le cabinet de conseil de vote aux investisseurs Proxinvest. Ce niveau de revenu correspond à 152 fois le salaire brut moyen des Français et dépasse de 90 fois le salaire moyen des employés de ces mêmes sociétés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.