Info Luttes : le capitalisme tue partout et tous les jours – n° 3 – janvier 2018

Avec ses bombes dans ses guerres impérialistes menées par l’OTAN aux quatre coins de la planète, pour le pouvoir MILITAIRE, géopolitique et pour s’approprier les richesses des pays agressés, mais aussi avec sa politique économique dans les pays capitalistes soi-disant les plus civilisés, les plus riches comme les États-Unis, les pays européens et le Japon entre autres, mais aussi soi-disant les plus démocratiques ; la politique économique de l’oligarchie capitaliste, qui fait la course aux profits, met dans la misère ET TUE des milliers de gens chaque année sous d’autres formes et la FRANCE n’est pas épargnée.

Le nombre de SDF en FRANCE a doublé en 10 ans, nous battons les États-Unis où, là aussi, le nombre de SDF a augmenté de 30 %. 143 000 SDF recensés dans notre pays, 284 000 en Allemagne.

Le nombre de mal-logés a augmenté de 50 % en 3 ans. 7 000 SDF SONT MORTS dans la rue en presque deux ans rien qu’en France. Ce sont surtout des jeunes et le froid ne n’est pas responsable de leur mort comme se plaisent à nous répéter les laquais du capital aux informations télévisées, et les SDF ne meurent pas que l’hiver, c’est la misère qui les a tués.

En fait, trop de monde s’en fout, surtout nos politiques, de la grande détresse de nos milliers de SDF, mais, personne n’est à l’abri, parce que salarié aujourd’hui, chômeur demain, SDF après-demain.

Où que nos yeux se tournent, tout ce qui pouvait jadis faire la fierté du peuple de FRANCE est privatisé, désossé, détruit, nous pensons bien sûr à la SÉCU, à la santé, à l’éducation, à EDF, à la SNCF, à la langue française sacrifiée à l’anglais « managérial », à nos fleurons industriels (STX, Alsthom, Airbus, PSA, bradés à l’étranger ou délocalisés…), etc… nous retournons au moins un siècle en arrière et ce n’est pas fini. La politique macroniste va encore augmenter le nombre de chômeurs, donc la misère, donc le nombre de SDF, car ce sont toujours les plus faibles qui trinquent tandis que les plus riches continuent inlassablement, mais sûrement à voir leur fortune augmenter.

« Une bonne nouvelle » : CARLA BRUNI va rejoindre les Enfoirés pour leur tournée 2018 POUR LES RESTOS DU CŒUR, l’épouse de SARKO, qui, avec HOLLANDE ET MACRON déteste les sans-dents, les fainéants d’ouvriers, les fouteurs de merde (ceux qui se battent pour leur EMPLOI, LEUR OUTIL DE TRAVAIL) et les illettrés, et sont responsables de millions de licenciements, des baisses de salaires et des retraites, en un mot, de la misère TOTALE DE 9 millions de français. Et ELLE n’en a même pas honte (publicité oblige !).

Pour que cela change, aidons le PRCF à reconstruire un vrai parti communiste, qui manque tant à la classe ouvrière, aux travailleurs, paysans, artisans, étudiants, petits commerçants, ingénieurs, chercheurs, contre le capitalisme destructeur, que nous puissions vivre en paix et que notre peuple et sa jeunesse reprennent leur route vers la liberté, l’égalité et la fraternité.

pour la du PRCF


Les en cours :

  • Depuis le 13/01/2018 : Grève au centre hospitalier d’Auch à partir du 13 janvier 2018
  • Depuis le 11/01/2018 : Grève à la centrale d’achat de Leclerc en Ile-de-France depuis le 11 janvier 2018
  • Depuis le 10/01/2018 : Grève chez Amcor flexibles food à Moreuil dès le 10 janvier 2018
  • Depuis le 08/01/2018 : Grève chez Brenntag à Toul depuis le 8 janvier 2018
  • Depuis le 08/01/2018 : Grève aux urgences de l’hôpital de Vannes dès le 8 janvier 2018
  • Depuis le 08/01/2018 : Grève aux centres hospitaliers de Longjumeau et Orsay dès le 8 janvier 2018
  • Depuis le 08/01/2018 : Grève des Ambulances et Taxis de l’Eure depuis le 8 janvier 2018
  • Depuis le 02/01/2018 : Grève chez Tupperware à Joué-lès-Tours depuis le 2 janvier 2018
  • Depuis le 01/01/2018 : Grève des médecins régulateurs de Haute-Garonne dès le 1er janvier 2018
  • Depuis le 28/12/2017 : Grève au CHU de Tours depuis le 28 décembre 2017

les grèves à venir :

 

  • Du 14/01/2018 au 16/01/2018 : Grève en Gare de Paris-Austerlitz du 14 au 16 janvier 2018
  • Le 14/01/2018 : [ANNULÉE] Grève illimitée à l’hôpital de Lorient dès le 14 janvier 2018
  • Le 15/01/2018 : Grève à l’hôpital de Saint-Nazaire le 15 janvier 2018
  • Le 30/01/2018 : Grève nationale dans les Ehpad le 30 janvier 2018

N’hésitez pas à partager en commentaires les grèves et luttes sociales autour de chez vous : faites entendre et partager la voix des travailleurs


Revue de presse des luttes gagnantes

Entreprise Souriau (72)

Dans cet entreprise spécialisée dans les technologies de connexion, les salariés obtiennent après un débrayage 2, 5 % d’augmentation et, 40 d’entre eux se syndiquent à la CGT…

Elections gagnantes au groupe d’ehpad les opalines

Source : CGT

La CGT a transformé dans les urnes le résultat de sa mobilisation historique au groupe d’Ehpad les Opalines.

En août dernier, après 117 jours de grève, les grévistes des Opalines, emmenés par la CGT, signaient un protocole victorieux d’accord de fin de grève.

En décembre dernier, se tenaient des élections professionnelles de l’UES aux Opalines. Après un premier tour infructueux, faute de quorum, la CGT a pu s’imposer au deuxième tour, le 22 décembre. Tous collèges confondus, la CGT remporte 6 élus titulaires sur 10. Le groupe les Opalines compte 47 Ehpad et plus de 2000 salariés.

D’ores et déjà, une première journée d’actions est prévue en intersyndicale, le 30 janvier 2018, qui concernera l’ensemble des établissements privés lucratifs, privés associatifs et secteur public.

Urgences à Lorient. Sud lève son préavis de grève

Source : Ouest france

Le syndicat Sud-santé sociaux annonce qu’il lève son préavis de grève concernant le service des urgences de l’hôpital de Lorient, qui devait prendre effet le 14 janvier. Le syndicat a obtenu satisfaction concernant sa demande de moyens supplémentaires.

Le service connaît une situation tendue depuis plusieurs semaines, du fait des épidémies hivernales et du manque de lits en aval des urgences.

Revendications satisfaites

« Nous obtenons satisfaction sur nos revendications, explique Marc Klanec, le secrétaire de Sud. C’est-à-dire un(e) infirmier(e) de jour, déjà arrivé (e) ; un (e) aide-soignant(e) de jour déjà arrivé (e) et un(e) aide-soignant(e) de nuit, en poste lundi 15 janvier. Cette organisation renforcée cesse à la fin du mois, avec l’ouverture de neuf lits supplémentaires. »

HUTCHINSON : intérimaires « CDIsés »

Source : CGT

A Châlette-sur-loing (45) , berceau du groupe leader en solutions d’étanchéité, la CGT a obtenu l’embauche de 103 intérimaires en CDI, après avoir décidé d’assigner la direction en justice en juin 2017, à l’issue d’une AG. La CGT s’est basée sur l’accord RTT de 2000 qui stipule qu’au-delà de 8 % d’intérimaires, la société doit embaucher. Or, ils formaient près de 20 % des effectifs  et occupaient les postes les plus pénibles.

PSA-SNCF reconnus coupables

Source : CGT

Six ans après les faits, la direction de PSA et celle de la SNCF ont été condamnées pour la mort accidentelle d’un ouvrier sur le site de PSA Poissy. Le salariè, agé de 36 ans, a perdu la vie en septembre 2011 en travaillant à la manœuvre d’un trainn. La Cgt de PSA estime que cette décision de justice « établit clairement les responsabilité  et la culpabilité de la direction de PSA et de celle de la SNCF ».

Brioche Pasquier : Croustillante NAO

Source : CGT

Une cinquantaine de salariè du site drômois a fait grève fin novembre  2017 à l’appel de la CGT, pour débloquer la NAO en cours, alors que le résultat net du groupe a progressé de 66 % sur cinq ans. Trois autres sites ont suivi. A la clé : 50 euros d’augmentation ; la renégociation des critères de la participation ; une prime de départ en retraite allant jusqu’à cinq mois de salaires ; et le paiement de 50 % des jours de grèves.

Luttes et  :

Aveyron : Villefranche de Rouergue MCDONALD’S : ça frite dans l’Aveyron

source : UD CGT Aveyron

Depuis plus de 4 mois, 5 salariés du McDo de Villefranche -de -Rouergue en Aveyron sont en grève ,  pour de meilleures conditions de travail, de meilleurs salaires, la valorisation de leur emploi et le respect du droit syndical.

Les 5 camarades grévistes, l’Union Locale CGT de Villefranche de Rouergue, l’UD CGT de l’Aveyron, ont décidé d’une nouvelle action de soutien le samedi 13 janvier.

Cette initiative à pour but de distribuer leur tract   (voir pièce jointe) dans tous les McDo d’ Occitanie ou la CGT à les moyens de se déployer

SGLCE : Les correcteurs de l’édition rassemblés contre la précarité

Mardi 9 janvier 2018, de 9 heures à 11 heures, un rassemblement s’est tenu boulevard Saint-Germain, où siège le Syndicat national de l’Édition (SNE, employeurs), pour dénoncer la précarité qui frappe le métier de correcteur dans l’industrie du livre.

À l’initiative du collectif Correcteurs précaires, cette action s’inscrivait dans le cadre des négociations en cours autour du statut des travailleurs à domicile, régi par l’annexe IV de la convention collective nationale de l’édition. Des négociations qui, après quelques annonces « encourageantes » en novembre 2017, semblent désormais s’engager dans une impasse, le SNE se montrant fermé à nos principales revendications, à savoir une garantie de travail établie sur le volume d’activité de l’année précédente, un lissage mensuel des salaires et la fin du recours à l’auto-entrepreneuriat.

Le Syndicat général du Livre et de la Communication écrite CGT a répondu présent à l’appel du collectif Correcteurs précaires, apportant sa solidarité à une cause qu’il soutient et qui le concerne au premier plan à travers ses adhérents qui exercent le métier de correcteur et sa participation aux négociations dans la branche.

Aujourd’hui, le SNE se montre confiant, affichant dans sa communication extérieure un optimisme qui nous laisse pantois. Il compte sur un accord signé en février ; en l’état actuel des choses, nous ne partageons pas cet enthousiasme.

Le SGLCE-CGT et sa section des correcteurs restent mobilisés pour obtenir une déprécarisation concrète et sérieuse du statut de travailleur à domicile.

Des sous-traitants de l’hôtel Holiday Inn de Clichy en colère

Source : France 3

Des membres du personnel sous-traitant de l’hôtel Holiday Inn de Clichy (Hauts-de-Seine) sont en grève. Les agents d’entretien, femmes de chambre et gouvernantes de l’établissement sont venus soutenir au tribunal de Melun (Seine-et-Marne) une collaboratrice éloignée de son lieu d’affectation à la demande de son employeur alors qu’elle revenait de son congé maternité.

Une réunion de médiation prévue

Depuis le 16 octobre, date du début du conflit, d’autres salariés de plusieurs sociétés sous-traitantes sont sortis de l’ombre. Heures supplémentaires non payées, pas de primes repas : pour le syndicat CGT, ce sont les contrats commerciaux signés avec les hôtels qui sont en cause. Des contrats revus à la baisse chaque année, ce qui entraîne une dégradation des conditions de travail et de salaire des salariés. Une réunion de négociation avec le préfet, la mairie de Clichy et l’hôtel est prévue. Les salariés réclament d’être embauchés directement par l’hôtel.

La poste sous-traitance abusive

source : CGT

La Cgt et Sud ont attaqué en justice la Poste pour le prêt de main d’oeuvre illicite. L’entreprise a en effet systématisé le recours aux prestataires. En Île -de -France,

les sous-traitants distribuent 80ù des colis. La CGT sollicite l’inspection du travail sur ce sujet depuis une dizaine d’années.

GROUPE CARREFOUR : les salariés manifestent contre les 5 000 suppressions de postes

Source : CGT

Le 7 décembre 2017, plus de 2000 cégétistes issus de toutes les enseignes du groupe manifestaient devant le siège de Massy contre le futur plan de licenciement à grande échelle. 5 000, c’est le nombre de postes qui pourrait être supprimés, sur les 118 000 existants. Soit : 1 200 au siège de Massy, 200 dans les  hypers, dont le pôle administratif devrait en outre fonctionner avec trois salariés contre dix aujourd’hui.

Grève des cheminots de la gare de Sète contre la fermeture des guichets le week-end et les jours fériés

Source : france bleu

Depuis plus d’un mois, les cheminots de la gare de Sète (Hérault) sont en grève une heure par jour. Ils protestent contre la décision de la SNCF de fermer les guichets de la gare le week-end et les jours fériés à partir du 1er février 2018. Une décision qui passe mal aussi auprès des usagers.

Grève à Pasteur à Cherbourg : le pouls des urgences s’accélère

Au service des urgences de l’hôpital pasteur le pouls des grévistes s’accélère car « on n’en peut plus des conditions de travail indignes qui nous minent physiquement et moralement. On n’est plus en capacité d’exercer notre métier correctement auprès des patients accueillis dans le service ». C’est en résumé ce qui remonte de la part des troupes et des syndicats au sein du service avec la grève déclarée depuis mi-décembre.

Côte-d’Or : les personnels de l’hôpital de Semur-en-Auxois étaient appelés à faire grève

Ce vendredi 12 janvier 2018, la CGT appelait les personnels à débrayer pour dénoncer « les sous-effectifs chroniques, la surcharge de travail et le burn-out qui s’amplifie » dans l’EHPAD de l’établissement.