General Electric délocalise en Chine et détruit l’industrie de l’énergie en France. Interview de S Paolozzi, CGT-GE.

Le PRCF 69 était présent ce 24 novembre 2020 à Lyon pour soutenir les ouvriers de General Electric Villeurbane alors que la multinationale américaine – gavée de subventions publiques – prétend délocaliser en Chine en profitant de la crise sanitaire. Menaçant plus de 1000 emplois dans l’agglomération lyonnaise. S. Paolozzi, représentant CGT chez GE, explique la situation au micro de Bernard pour Initiative Communiste, appelant le ministre Le Maire à assumer ses paroles, en interdisant effectivement les licenciements d’aubaine.

Plus de 250 manifestants étaient rassemblés devant l’hôtel Mercure de la gare de la gare  Perrache  à Lyon pour exiger que la directrice et le 
directeur  sortent de l’hôtel pour les entendre. Et pour stopper leur plan scandaleux de suppression de leur usine et leurs emplois.
Après qu’ils eurent tenté d’enfumer les manifestants, ils ont été conspués, les ouvriers leur faisant remarquer leur propos scandaleux. Oui, honte à ces exploiteurs.

 Les manifestants par la voix de S.Paolozzi (CGT)  ont exigé que le site  de Villeurbanne soit maintenu avec la totalité des effectifs; ils continuent leur grève.

Tous ensemble pour défendre nos outils de production, stratégiques, et nos emplois, vitaux

Devant la détermination, la colère de ses travailleurs de GE, mais aussi l’émotion de ces pères de famille qui criaient leur détresse dans la crainte de leur licenciement, quel travailleur, quel citoyen, qui ne peut être touché et ne pas répondre à l’élémentaire appel à la solidarité ? D’autant que ces hommes au -delà de leur travail et de leur revenu, de leur dignité, défendent un outil de production stratégique, fondamental pour l’avenir de la Nation. Celui de produire les outils nécessaires pour produire en France et en toute souveraineté notre énergie. Se battre avec eux, dans la lutte des classes des travailleurs contre ces capitalistes profiteurs et exploiteurs, c’est défendre le pays contre ces destructeurs de l’avenir.

Nationaliser pour réindustrialiser

Alors que le plan de dépeçage d’Alstom soutenu par le ministre de l’Économie Macron, activé par la Commission européenne qui voyait là l’occasion de faire place nette pour General Electric et Siemens, les communistes du PRCF – et avec eux Initiative Communiste – expliquaient les dangers de la situation. Pour l’emploi comme pour le risque de perdre des outils de production, des compétences et savoir-faire vitaux pour le pays. La Commission européenne, elle, interdisait tout soutien à Alstom contre son démantèlement, proscrivant également sa nationalisation. Car l’UE c’est l’arme absolu pour protéger les monopoles des multinationales capitalistes. Pourtant, qui ne voit pas avec la crise du covid-19 combien produire en France, tout particulièrement dans un domaine comme celui de l’énergie est stratégique ? La situation montre qui avait raison.

Alors que pour l’avenir nous avons besoin d’outils pour la transition énergétique, les capitalistes ne pensent qu’à leurs milliards de profits, à la rentabilité du capital. C’est pourquoi pour l’emploi et pour le progrès du pays, les communistes du PRCF proposent la nationalisation et la création d’un grand pôle public de l’énergie.

Les ouvriers mobilisés, en grève illimitée ont besoin de soutien

La froideur des dirigeants de la GE, leur mépris de  tous ces prolétaires déterminés à aller au bout de leur lutte et comme a dit l’un d’eux  » de toute façon on a tout perdu, on n’a plus rien à perdre, on ira jusqu’au bout »
Il y a un vent de révolte…..si le désespoir peut être aussi grand que peut l’être cette détermination des représentants des patrons à tout casser, la détermination, la solidarité des travailleurs peuvent forger un espoir encore plus grand. La grève est totale, illimitée. Notre soutien doit être de même.

L’intersyndicale CGT/CFDT/CGC exige que les solutions alternatives industrielles qui ont été étudiées et permettent de maintenir et développer une activité industrielle sur le site de Villeurbanne soient prises en compte. Des alternatives qui doivent permettent de conserver des compétences fortes et le « savoir-faire » en France dans le domaine de l’appareillage électrique haute tension. Et également de maintenir une recherche et développement à la hauteur des enjeux énergétiques pour la transition écologique et l’indispensable souveraineté pour une activité essentielle au pays.

Avec la grève illimitée, les GE exigent que direction reprenne les discussions sur les alternatives ! Car GE doit revoir sa copie pour ne pas mettre en péril les activités réseaux en France, et éviter la casse sociale qui plongera nombres de familles dans la précarité ! Ils rappellent que Bruno Le Maire s’est engagé à l’intervention de l’État dès l’annonce de ce plan. Complice, Le Maire est aveugle, sourd et muet, aux revendications des travailleurs comme à celles des élus régionaux, qui exigent une solution.

Dès ce 25 novembre une nouvelle action est organisée et déclarée, elle va se dérouler à la préfecture du Rhône :

Les Organisations Syndicales CGT/CFE-CGC/CFDT de l’établissement de Villeurbanne appellent l’ensemble des salariés à venir manifester
devant le préfecture du Rhône
106 rue Pierre Corneille – 69419 Lyon cedex 03
mercredi 25 novembre à partir de 10h00

JBC et BC pour www.initiative-communiste.fr


Tract Intersyndical_Imposons nos alternatives_2020-11-25_V2

Signer la pétition

https://www.change.org/p/general-electric-la-situation-est-grave