EDF, GDF, ENEDIS : Plus de 80 sites occupés, grèves massives des électriciens gaziers.

Dans le silence des médias du système, chaînes publics comme presse des milliardaires,  les électriciens gaziers sont mobilisés dans toute la France depuis des semaines. Avec des taux de grévistes très importants ces derniers mois, les blocages de sites se multiplient maintenant dans le pays avec l’appropriation de l’outil de travail  et envahissement du CCE  : Marseille Cantini, Merlan, St Marguerite, Aix en Pce, Aubagne Salon-de-Pce, Avignon, Nice Aréna, Grasse, Menton, Héric, Pontivy, St Herblain, Rennes, Brétigny, Chatenois, Montmagny, Blanc Mesnil, Clermont, Montluçon, Montpellier et d’autres en cours et à venir !!!

Les 11 et 12 juin, une soirée et un repas de solidarité étaient organisés à Marseille. Un camarade du PRCF 13 était venu participer en solidarité à cette soirée de solidarité. Une belle mobilisation réunissant très largement des secteurs et professions de tous horizons à l’appel de la CGT. Pour aider à tenir ceux qui portent le drapeau de la lutte comme l’a souligné dans son intervention le représentant de l’UL CGT des quartiers sud de Marseille.

Pourquoi les électriciens gaziers sont-ils en ? explication en vidéo avec la CGT 13

Le communiqué des électriciens gaziers en lutte à Marseille :

  • Embauche statutaire de tous nos collègues intérimaires, CDD, alternants et davantage afin de récupérer notre activité technique qui a été transférée à la sous-traitance ces dernières années
  • 10 % de hausse de salaire (4 NR) après plus de 20 % de perte de pouvoir d’achat en 25 ans et compte tenu de l’ensemble de nos classifications revues à la baisse à GRDF et ENEDIS depuis plusieurs années
  • Le renforcement de nos Sections Locales de Vies (SLVies : « antennes » de notre Comité d’Entreprise nous accueillent) par la dotation de 30 000 heures au lieu des 10700 imposées par les employeurs
  • Le retour à un service continu en 3/8 garant d’un Service Public moderne, en parallèle de nos astreintes actuelles dans les activités techniques.

Depuis jeudi 24 mai, nos camarades d’ENEDIS partageant le même cahier revendicatif, nous ont rejoints et ont cessé le travail également ! Convergence des luttes oblige, Electriciennes et Electriciens, nous nous sommes réunis le lendemain matin en Assemblée Générale en grève de 10h00 à 14h00 sur le site du Merlan…

A ce jour, nous, Gazières et les Gaziers, avons négocié à 4 reprises avec notre direction.

Lors de la première, notre direction a refusé de satisfaire nos revendications hormis l’embauche de 2 alternants… déjà prévue !

Lors de la deuxième et grâce au rapport de force que nous sommes parvenus à construire, nous avons gagné 4 embauches, la direction s’engageant à étudier les autres revendications…

Preuve que la lutte paie, lors de la troisième de vendredi, nous avons gagné une 5ème embauche après les 4 déjà gagnées mercredi sur l’agence intervention GRDF Marseille !

Concernant le pouvoir d’achat, nous avons gagné 8 reclassements et noté que la direction étudie le versement d’une prime mensuelle tenant compte des conditions de vie difficiles et du prix exorbitant de l’immobilier dans l’agglomération marseillaise ! Pas plus de précisions pour le moment…

Mais toujours rien de concret sur le service continu de type 3/8 garant d’un vrai et moderne Service Public de l’Energie, rien sur nos « Moyens Bénévoles » pour maintenir l’ouverture de nos SLVies…

En conséquence, nos Assemblées Générales ont décidé hier de continuer, de ne rien lâcher…

Au contraire, nous avons décidé d’occuper nuit et jour le site du Merlan à l’aide d’un planning de rotation pour une durée indéterminée !

Nous avons reçu le soutien fraternel et parfois financier de plusieurs structures pro et interpro : UD CGT 13, UL CGT des Quartiers Sud, UL CGT de la Rose, des Finances Publiques, de Casino, de la Santé, du Crédit Mutuel, des Retraités, des Syndicats CGT de l’Energie voisins comme RTE, Centrale de Gardanne, Provence, Nice, Cannes, etc.

En parallèle, partout dans le pays, les Energéticiens et d’autres travailleurs ont les yeux rivés sur nous et s’organisent pour entrer en lutte, comme Aix, Avignon, Rennes, Paris etc.

Nos directions doivent enfin comprendre que Gaziers et maintenant Electriciens, sommes très déterminés et ne nous contenterons pas de miettes après des années de recul !

Vive les travailleurs en lutte, vive la CGT !

Dans l’énergie, c’est encore et toujours la  ! communiqué de la Fédération Mines Energie de la CGT

Les travailleurs des entreprises de la Branche Professionnelle des Industries Electriques et Gazières connaissent un contexte particulier, depuis plus d’un an, marqué par des luttes cadencées chaque semaine pour :

  • L’intérêt général et le besoin de service public de l’énergie,
  • L’arrêt des suppressions d’emplois,
  • La ré-internalisation des activités sous-traitées,
  • L’embauche de salariés au statut des IEG,
  • Des augmentations salariales,
  • Une réelle politique industrielle des entreprises pour répondre aux missions et valeurs du service public.

Les travailleurs et la FNME CGT sont sur tous les fronts. Ils enchaînent les dépôts de préavis de grève, tous les mois, du national au local sans qu’aucune entreprise daigne y répondre !

Par contre, comme le montre scandaleusement le rapport Oxfam, les entreprises du CAC 40 ne sont pas avares vers leurs actionnaires, c’est notamment le cas pour ENGIE !

Actuellement, les salariés des entreprises de la distribution du et de l’électricité sont à pied d’œuvre jour et nuit, week-end compris, ils luttent pour une juste reconnaissance de leur travail, dans un service public de plus en plus dégradé !

Plus de 80 sites de GRDF (filiale d’ENGIE) et d’ENEDIS (filiale d’EDF) sont actuellement occupés par des salariés en lutte. Des assignations au tribunal sont les seules réponses apportées par les directions : Inacceptable. Voici donc le dialogue social tant prôné par le MEDEF, nos politiciens ultra-libéraux de LREM et le président Macron !

Un traitement des situations à deux vitesses car d’un côté, pour les électriciens et gaziers qui luttent et portent légitimement des revendications c’est l’assignation et d’un autre, pour des agriculteurs (représentant le patronat) qui bloquent des raffineries c’est tranquille : « faites ce qui vous plaît !»

Voilà la France de LREM…

La FNME CGT et les travailleurs du secteur énergétique se sont engagés depuis début avril dans une lutte pour un service public de l’énergie en réponse aux besoins de l’intérêt général. A ce titre, la fédération a interpellé par courrier, à plusieurs reprises, les différents acteurs politiques (président de la République, ministres, Premier ministre, députés, sénateurs et maires) en précisant être porteuse d’un véritable projet de société. Il porte la cohésion nationale tant sur l’égalité de traitement que sur l’accès aux énergies pour tous, et invite les élus politiques à en prendre connaissance. Hormis quelques réponses de députés, de sénateurs et de maires, le gouvernement semble très loin des préoccupations des travailleurs et usagers du service public de l’électricité et du gaz tant son silence en dit long sur sa volonté de continuer les déstructurations du service public de l’énergie.

La FNME CGT et les salariés iront jusqu’au bout, déterminés à faire bouger les lignes pour obtenir gain de cause à leurs revendications.