AGIRC/ARCO – La nouvelle trahison des « SYNDICATS » CFDT, CGC, CFTC !

Le dirigeant , Eric AUBIN, explique ici pourquoi l’« accord » signé par trois « syndicats » est une trahison GRAVE des pensionnés et des futurs retraités et pourquoi à l’inverse, le peut se frotter les mains d’avoir des « partenaires sociaux » si complaisants.

Cela dit une question se pose à la direction confédérale de la CGT : si décidément, les trois compères « syndicaux » du MEDEF ne sont capables que de coups tordus pareils, n’est-il pas temps d’en finir avec la baudruche crevée du « syndicalisme rassemblé » parrainé par la Confédération des « Syndicats » Européens (pro-Maastricht) et d’en revenir au syndicalisme de classe et de masse qui fit le succès de la CGT « rouge » de Frachon et Krazucki ? Et de rompre par la même occasion avec la « CES », cette courroie de transmission du patronat européen ? 

Une occasion de « tous ensemble et en même temps » est donnée le 2 décembre prochain où les syndicalistes ouvriers d’Air-France sont convoqués chez un juge comme des malfrats. A cette occasion, le renouvelle sa proposition aux organisations ouvrières et démocratiques de se retrouver tous ensemble et au pluriel devant les préfectures et/ou les chambres patronales pour 

  • Affirmer que « nous sommes tous des travailleurs d’Air-France en lutte », pas une sanction, pas une suppression de poste, pas un licenciement !
  • Que nous ne nous laissons pas diviser : salariés, pensionnés, chômeurs, privé/public, Français/immigrés, un seul ennemi le CAPITAL
  • Proclamer ensemble notre refus de TOUTES les contre-réformes (complémentaires mais aussi ANI, casse des statuts, du code du travail, du CDI, du collège, de l’hôpital, du « produire en France », de la Sécu, etc.) sans craindre, pour ce qui est du PRCF, de dénoncer l’UE maastrichtienne, ce chef d’orchestre continental de la casse des nations et des acquis sociaux, et d’exiger un référendum permettant au peuple français de dire non à l’euro et à l’UE, ces machines à casser la France des travailleurs !

 Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, Jo Hernandez, secrétaire du secteur Luttes et entreprises du PRCF, 2 novembre 2015