50 milliards de coupes supplémentaires… et la culture dans tout ça ! – Lettre de la CGT à Mme Filippetti

cgt cultureLes syndicalistes s’adressent dans une lettre ouverte à leur ministre de tutelle :

“Ces décisions visant à satisfaire portent la marque d’un nouveau durcissement de la politique d’austérité menée contre la population et les services publics et dont chacun peut mesurer les conséquences sociales  désastreuses”  écrivent ces syndicalistes
Comme tout un chacun, ils constatent que la n’est que la continuation sous un autre nom par la droite complexée qu’est le PS de la mise en oeuvre par la droite dure de Sarkozy. Et pour cause, puisqu‘il s’agit tout simplement de répondre aux diktats imposés depuis Bruxelles par la classe capitaliste. Une fois de plus, les travailleurs – en l’occurrence ceux de la culture – ne peuvent qu’observer que l’UE et l’ sont des “leviers du libéralisme” comme le dit M Pinçon Charlot, des armes d’exploitations massives des travailleurs. La construction européenne depuis l’origine consacre le dogme de la concurence libre et non faussée. L’UE supranationale retire tout pouvoir aux travailleurs en méprisant la souveraineté populaire base de la démocratie. Au contraire, l’UE et l’euro permettent de protéger et sacraliser le pouvoir et la domination de la classe capitaliste, pouvoir de plus en plus prédateur à mesure que s’aggrave la crise systémique du capitalisme.
Pour s’en sortir, pour défendre nos services publics, la culture, la santé, l’éducation, nos infrastructures collectives, pour permettre de défendre les conquis du CNR, pour permettre une politique démocratique, de progrès social, de coopération internationale entre les travailleurs, oui il faut sortir de l’UE et de l’Euro par la porte de gauche.

50 milliards de coupes supplémentaires… et la culture dans tout ça !

Madame la Ministre,

Le gouvernement auquel vous appartenez a annoncé en début d’année vouloir réaliser de nouvelles économies drastiques sur les « dépenses publiques ». François Hollande a prévenu : son pacte de responsabilité sera financé par 50 milliards d’euros d’économies budgétaires d’ici à 2017.

Depuis le 23 janvier dernier, François Hollande a déjà présidé deux réunions du nouveau Conseil de la dépense publique, l’instance chargée de suivre la mise en œuvre de ces 50 milliards d’euros d’économies. Ce Conseil, dont rien ne filtre dans le détail, prévoit des réformes structurelles en lien avec la modernisation de l’action publique : la MAP, sorte de RGPP socialiste. Nous savons également que le gouvernement impose une accélération du calendrier des discussions budgétaires. C’est ainsi que le Premier ministre vous a adressé dès le 15 janvier, comme à chacun des ministres, une lettre de méthode. Nous savons aussi que depuis le 3 février Bernard Cazeneuve auditionne tour à tour les membres du gouvernement pour trouver ces 50 milliards d’euros. Ainsi, au mois d’avril, sur la base de ces différentes réunions, Matignon adressera aux ministres une « lettre de cadrage » précisant, pour chacune des années 2015 à 2017, « le volume d’économies qui devra être mis en œuvre dans le champ de votre ministère et des opérateurs qui s’y rattachent ».

Ces décisions visant à satisfaire Bruxelles portent la marque d’un nouveau durcissement de la politique d’austérité menée contre la population et les services publics et dont chacun peut mesurer les conséquences sociales  désastreuses. Elles interviennent dans un contexte où le budget de votre ministère a déjà subi des coupes claires dramatiques : – 4,5% en 2013 ; – 2% en 2014. Et alors que la rumeur bruisse d’une baisse de celui-ci de 20% sur les exercices 2015, 2016, 2017. En arrivant rue de Valois à l’été 2012, vous aviez déclaré avoir trouvé « un ministère exsangue ». Vous reconnaissiez ainsi implicitement que la culture et les politiques publiques ne pourraient supporter plus longtemps ces baisses et ces restrictions.

Vous êtes à présent au pied du mur et vous devez la vérité aux personnels et aux professionnels de la culture comme aux créateurs.

Madame la Ministre, dans quel vif allez-vous trancher ? Où allez-vous couper ? Qu’allez-vous supprimer, fermer, sacrifier ? Qu’allez-vous céder aux intérêts privés et à ceux qui considèrent que la culture est une marchandise et un « business » comme les autres ?

Allez-vous baisser le rideau sur des festivals, fermer des musées, des théâtres, des écoles, des bibliothèques, des conservatoires… ? Allez-vous abandonner l’archéologie préventive et les politiques scientifiques et de recherche ? Allez-vous sacrifier les DRAC sur l’autel d’une décentralisation qui prend le chemin d’un dépeçage de la culture et s’apparente à un tournant réactionnaire ? Allez-vous laisser mourir la presse et regarder sans rien faire l’audiovisuel public se déliter ?

Allez-vous renoncer aux politiques publiques, à la démocratisation de la culture ?

Allez-vous renoncer à l’ambition d’une démocratie culturelle ?

Allez-vous, Madame Filippetti, vous rendre complice de l’enterrement en grandes pompes d’un ministère que même la droite la plus libérale n’a pas réussi à rayer de la carte du service public ?

Madame la Ministre, nous n’attendrons pas plus longtemps. Vous devez impérativement et immédiatement recevoir nos organisations syndicales et faire preuve de transparence et de loyauté. Vous le devez à votre ministère, à la culture dans son ensemble et à tous ses travailleurs.

Paris, le 4 mars 2014

2 Commentaires de lecteur “50 milliards de coupes supplémentaires… et la culture dans tout ça ! – Lettre de la CGT à Mme Filippetti

  1. marsoin
    7 mars 2014 at 09:15

    bonjour
    vous perdez votre temps le tscg a été signé par hollande
    le gouvernement ayrault na plus aucun pouvoir de décider en France
    nous ne sommes plus qu’une république bananiere

  2. JBC
    7 mars 2014 at 11:13

    C’est pour cela qu’il faut que le peuple se fasse entendre. Cela commence par une grande campagne de boycott militant de l’élection européenne. L’abstention citoyenne, voila le moyen pour re dire NON. Pour revendiquer la souveraineté populaire