L’ex-ambassadeur du Venezuela en France salue le PRCF

Alors qu’il vient de quitter sa mission, Michel qui était ces dernières années ambassadeur du Venezuela en France salue dans un courrier le soutien des militants du PRCF au peuple vénézuélien et à la révolution bolivarienne.

À lire une sélection des interviews de Michel Mujica parues dans les pages d’Initiative Communiste ces 5 dernières années


Paris, 17 mars 2021 

Chers et chères camarades du Pôle de renaissance communiste en  France (PRCF) 

Tout d’abord, je voudrais exprimer dans ces lignes ma profonde reconnaissance à  tous les camarades de Pôle de renaissance communiste en France (PRCF) pour le soutien inaltérable, loyal et solidaire au peuple vénézuélien et à la révolution  bolivarienne pendant les sept années où j’ai eu l’honneur d’être ambassadeur de la  République bolivarienne du Venezuela auprès de la République française.  

Dans les moments les plus difficiles de la révolution bolivarienne : agressions, coups  d’État manqués, sanctions imposées unilatéralement par les États-Unis, l’Union  européenne, et leurs suiveurs, insurrections de la droite oligarchique vénézuélienne  et déstabilisation permanente des institutions démocratiques de mon pays. Dans  tous ces moments, nous avons toujours eu la main tendue et le soutien inaltérable  des camarades de Pôle de renaissance communiste en France (PRCF)

L’esprit de solidarité avec le peuple vénézuelien et la révolution bolivarienne a  montré que les camarades de Pôle de renaissance communiste en  France (PRCF) pouvaient transformer en gestes et actions concertés l’action  solidaire du peuple français. 

Unis-nous vaincrons 

Michel Mujica Ricardo 
Ancien Ambassadeur du Venezuela en France

« Mon salut au Commandant Chavez » Par Michel Mujica, ancien diplomate et Ambassadeur du Venezuela et professeur universitaire.

Michel Mujica, alors ambassadeur du Venezuela à Paris

vendredi 5 mars 2021

Le Président Chávez répétait sans cesse qu’il ne croyait pas au rôle prépondérant des individus dans l’histoire et avait l’habitude de se présenter comme un soldat d’un peuple en révolution. Et il est important de souligner qu’il fut le premier soldat d’une révolution inédite par sa réinterprétation par la pensée et par l’ de l’héritage des grands hommes et femmes de la geste émancipatrice du XIX Siècle contre l’Empire Espagnol.

Le président Chavez a dit un jour …que l’essentiel d’une révolution est de réussir à réveiller un peuple.

De cette révolution inédite il fut, il est et il restera un acteur décisif pour la transformation d’une société comme la société vénézuélienne, et dont le début institutionnel est l’élection présidentielle de 1998, qui vit son élection comme Président de la République. Hugo Rafael Chávez Frias a été le moteur du processus constituant qui aboutit à la Constitution de 1999, la plus démocratique et la plus participative de toute notre histoire républicaine. Le processus bolivarien s’est fait malgré les réactions, certaines prévisibles, d’autres imprévisibles, face au processus de changement fondés sur le projet bolivarien. Parfois, au commencement du processus, nous nous étonnions de voir que dans le même quartier résidentiel où nous vivions, nos voisins avaient des avis différents des nôtres, absolument légitimes, et nous avons vu avec surprise ce qui jusqu’à là était une simple différence devenir un antagonisme irréconciliable, évolution savamment instillée par des médias favorables à l’hégémonie néolibérale.

Il est important de signaler que dans l’imaginaire politico-militaire de Chávez et des fondateurs du Mouvement Bolivarien Révolutionnaire-200 (MBR200) a joué un rôle important dans la rébellion militaire du 4 février 1992 un projet politique comprenant une dynamique orientée vers deux buts concurrents : d’une part, les objectifs nationaux de souveraineté, d’indépendance et d’autodétermination face aux ambitions du prétendu «Nouvel ordre mondial » ; et, de l’autre côté, la lutte pour une démocratie populaire dans ses multiples manifestations, économiques, sociales et politiques, lutte dont le peuple était le protagoniste (1).

Dès le début, on a pu observer des forces sociales se transformer en mouvements et organisations politiques qui, parmi d’autres, ont orienté et déplacé le centre de gravité des partis politiques et des classes sociales jadis hégémoniques et qui avaient perdu leur capacité de diriger la société vénézuélienne. Intervient aussi, en parallèle, l’ du peuple organisé à travers des structures inédites. Si la société souhaite garder ou rétablir un nouvel équilibre, elle doit accomplir un travail de réadaptation de toutes les tendances et institutions qui coexistent en elle. La société, ses acteurs et ses dirigeants comprennent que ces nouvelles circonstances ne signifient pas un commencement autonome, sans aucune restriction.

Chávez s’est présenté aux élections de 1998 sans compter avec des ressources économiques, sans disposer d’espaces considérables dans les médias, sans compter avec des organisations politiques majoritaires et solides. Depuis, il remit en jeu sa légitimité en 16 élections où il a triomphé des forces d’opposition, sauf une fois et par une marge de moins de 1%.

La Constitution de la République bolivarienne du Venezuela de 1999 non seulement préserve l’État de droit et garantit la souveraineté nationale, mais introduit en plus des nouveautés importantes pour la création d’une société plus digne, prenant la défense des minorités indiennes, l’ampliation des droits civils des étrangers résidant au Venezuela, la reconnaissance de la double nationalité et du protagonisme des secteurs populaires, tout cela dans un pays doué de formidables richesses mais dévasté jusqu’en 1998 par les inégalités économiques et sociales héritées des politiques néolibérales dominantes pendant la dernière décennie de la IV République. Sans oublier le rôle d’une politique internationale fondée sur la création de la Grande Patrie Latino-américaine, la défense de l’intégrité territoriale, de la souveraineté et de l’autodétermination des peuples et des nations.

Après le coup d’État d’avril 2002 et du complot pétrolier de février 2003 et grâce aux bons offices de Teresita Maniglia, j’ai ai eu à 2 ou 3 reprises des contacts téléphoniques avec le Président Chávez lors d’émissions d’ALO PRESIDENTE. Ces coups de force de la bourgeoisie en connivence avec les États-Unis et l’Espagne ont échoué par l’union des forces populaires, des travailleurs de l’industrie pétrolière et des Forces Armées. Je l’ai connu personnellement quand j’ai eu le grand honneur de prêter serment au Palais de Miraflores comme Ambassadeur auprès de la République Algérienne Démocratique et Populaire et de la République arabe Sahraoui. J’ai également pu m’entretenir avec le Président lors de ses deux visites présidentielles en Algérie, en mai 2006 et en septembre 2009. À cette dernière occasion je me suis entretenu avec lui à deux reprises et il m’a transmis son profond intérêt pour renforcer la coopération et les relations entre l’Algérie et le Venezuela. Il voulait connaître dans le détail plusieurs aspects du travail de notre Mission Diplomatique à Alger. Le Président Chávez respectait et admirait la lutte héroïque du peuple algérien pour conquérir son indépendance, ainsi que le courageux combat du peuple Sahraoui pour obtenir son indépendance.

Je voudrais terminer ces lignes en citant des paroles prononcées par le Président Chávez sur les États-Unis. On n’est pas un ennemi des États-Unis, il n’a pas de préjugés ni de sentiments d’aversion à leur égard. « Bien au contraire, mais je me méfie des tentations hégémoniques d’où qu’elles viennent. L’impérialisme et le colonialisme, la façon dont les grands pays du Nord imposent leurs modèles économiques et leurs régimes politiques au reste du monde, c’est cela qui m’oblige à me révolter dès 1492, la haine de l’impérialisme court dans nos veines : peu importe qu’il s’exprime en français, en anglais, en allemand ou en espagnol : toute prétention du Nord de dominer le Sud, de nous exploiter et de nous prendre pour des Indiens ignorants doit être combattue. Ce combat n’a rien à voir avec Washington » (Hugo Chávez, interview avec Patrick Wajsman pour la revue Politique Internationale, www.politiqueinternationale.com)

Un grand leader et homme d’État révolutionnaire mondial a disparu physiquement. Il est le symbole et l’ d’une révolution jolie et continentale, un symbole en acier trempé, et contre ce symbole tous les empires sont impuissants.

Vive Chávez et la révolution bolivarienne ! La souveraineté du Venezuela l’exerce le peuple souverain, n’oublions pas qu’aucune disposition de la charte des Nations Unies n’obligent à intervenir dans des affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d’un État … Remember Biden !!!

MICHEL MUJICA

_

Note :

1) Dans un document du Front National Bolivarien (1995) adressé à la nation vénézuélienne. Les fondateurs du BR-200 ont su incorporer les symboles nationaux vénézuéliens à leur projet politique dès les années 1980 : « … Cette dernière circonstance les a amenés à mettre en question l’institutionnalité politique en vigueur, ce que l’on appelait le « puntofijismo », qui montrait une corruption grandissante et une incapacité chaque jour plus accentuée à faire face à la crise économique et sociale de plus en plus grave qui caractérisa la décennie de 1980. La réceptivité que les conspirateurs ont trouvée parmi les jeunes officiers s’explique, en premier lieu, pour leur idéologie « bolivarienne », fortement enracinée dans l’institution ; ensuite, par l’accent mis sur la lutte contre la corruption, largement condamnée par ses compagnons ; et finalement, car, au lieu de questionner l’institutionnalité démocratico-représentative en elle- même, ils dénonçaient le fossé grandissant entre les valeurs constitutionnelles et le fonctionnement du système politique déjà considéré comme illégitime. C’est ainsi que pendant la clandestinité, faisaient partie du mouvement de Commandants, Capitaines et Lieutenants (Comacate)dirigé par le MBR-200, des officiers qui, plus tard, développeraient de positions idéologiques et politiques très diverses. En tout état de cause, l’inclusion d’Ezequiel Zamora, leader aux idéaux libéraux des forces fédérales lors de la guerre civile de 1840-1850, auteur d’un projet de Réforme agraire pour les paysans est affronta l’oligarchie terrienne. Il croyait fermement à l’unité civico-militaire et a remporté des victoires importantes dans Los Llanos. Il mourut lors de l’assaut de San Carlos, en 1860. D’autres sources d’inspiration ont été le Libertador Simon Bolívar et Simón Rodríguez, maître du Libertador, qui professait des idées novatrices et révolutionnaires pour l’époque et qui a eu une grande influence sur son disciple. Ces sources d’inspiration formaient « L’arbre aux 3 racines » et montraient clairement le potentiel populiste du mouvement » Vid. Parker, El Chavismo, Populismo Radical y Potencial revolucionario. In: Revista Venezolana de Economía y Ciencias Sociales, 2000, Vol.7 N° 1 – janvier-avril: 24.