Trump, Biden : l’enjeu de la situation pour le peuple. Entretien avec Joe Kaye du mouvement social et progressiste aux États-Unis.

Aux États-Unis d’Amérique, c’est sous la garde de 15 000 soldats en armes que se tiendra l’investiture de Biden. Entretien avec J. Kaye, professeur américain. Fin connaisseur du mouvement social et progressiste aux États-Unis.


Initiative Communiste : Selon vous, M. Trump était-il fondé à remettre en question le résultat de l’élection ? La légitimité de Biden est-elle contestée par l’opinion publique ?

L’élection de Biden était valide. Pas la moindre preuve de fraude grave. Les affirmations de Trump visent à créer un large corps d’opinions contestant la légitimité de l’élection pour une utilisation politique et économique FUTURE. Il convient de rappeler que la situation économique personnelle de Trump est toujours numéro 1 dans ses calculs. Il envisage de s’engager dans une nouvelle entreprise médiatique qui pourrait lui être extrêmement profitable. De plus, en soulevant ses partisans concernant ses revendications sauvages, il garde le contrôle sur la plupart des politiciens républicains qui dépendent de lui, puisque les politiciens sont sélectionnés lors de primaires où seuls les électeurs les plus déterminés ou les plus fanatiques se présentent.

Soyons clairs : lorsque nous disons que les résultats indiquant une victoire de Biden étaient un reflet exact du vote réel, cela ne signifie pas que l’élection était un véritable exercice de démocratie.

Il existe des milliers de façons dont notre système politique déforme, viole les intérêts des masses populaires – par l’influence de l’argent, le de l’information dont jouit le Grand Capital, etc.

Donc, ce dont nous parlons dans cette élection est un résultat exact de l’expression populaire très limitée permise par la ploutocratie. Néanmoins, même cela a été contesté par Trump et ses adeptes, ainsi que par les forces fascistes qui se sont attachées à Trump. Et ce qui était censé être un morceau de théâtre politique au Capitole s’est avéré un peu plus grave en raison de la connivence des forces de sécurité infiltrées par la droite.

IC : Y a-t-il un risque de guerre civile latente ou ouverte aux États-Unis ? Quelles sont les véritables forces socio-politiques que représentent les camps “démocrate” et “trumpiste” ?

Il faut s’attendre à ce que les forces d’extrême droite (les néonazis, milices de la suprématie blanche et autres groupes organisés) deviennent de plus en plus actives. Leur croissance n’a pas commencé avec Trump mais a été un phénomène courant depuis de nombreuses décennies. La base sociale de l’extrême droite est constituée par les millions de personnes qui ont été marginalisées économiquement par le néolibéralisme – de vastes zones rurales et de petites villes dans le pays, et dont le mécontentement a été détourné du grand Capital qui est responsable de leur situation, mais aussi des immigrants et des personnes de couleur en général.
Ils sont particulièrement révoltés par ce qu’ils considèrent comme la perte de contrôle des blancs sur les communautés de couleur, en particulier les Afro-Américains, suite aux gains assez limités de ces communautés grâce au mouvement pour la liberté des Noirs. Cependant, les menaces de guerre civile, tout comme la description des événements du Capitole, sont complètement exagérées. Il n’y a pas eu d' »Insurrection » et la foule n’a pas « pris d’assaut » le Capitole. Cela devait être un théâtre politique orchestré par Trump pour montrer que la majorité des gens rejetaient Biden, mais cela a dégénéré AVEC LA CONNIVENCE DE LA POLICE (car il y a une grave infiltration fasciste au sein des forces de police partout dans le pays). L’idée d’une insurrection ou d’un coup d’État est le récit du Parti démocrate et des libéraux, ainsi que le mythe de notre « démocratie » — notre « démocratie » étant « résiliante », etc.

Alors que les médias et les politiciens libéraux sont assez indignés par le refus de reconnaître notre nouveau président dûment élu, ils ont refusé de reconnaître le président vénézuélien Maduro, dûment élu, de soutenir l’étranglement économique du Venezuela – et d’agir pour contrecarrer ou détruire la démocratie partout où elle se manifeste dans le monde. Comme je l’ai souligné dans ma précédente communication, la grande majorité de la classe dirigeante est favorable à une transition ordonnée et pacifique du pouvoir à Biden, et les principaux organes du Big Business appellent même à la démission de Trump. Ils ont également donné plus d’argent à Biden qu’à Trump pendant la campagne présidentielle. Aussi longtemps que les choses iront bien pour eux – et d’ailleurs, pratiquement chaque jour, la Bourse s’élève à de nouveaux records – ils continueront à soutenir les lambeaux de démocratie qui couvrent le régime ploutocratique. Ce n’est pas que Trump n’ait pas été généreux pour eux et le Grand Capital continuera à soutenir le Parti républicain à l’avenir, tout comme il soutient les Démocrates. Nous avons un SYSTÈME à deux partis, travaillant en tandem, et c’est le rôle des Démocrates d’être légèrement plus ouverts aux réformes, d’être le « moindre des deux maux ». Leur rôle est d’empêcher la formation d’un véritable parti des travailleurs et opprimés, ce que nos progressistes et même ceux qui se prétendent marxistes, ont du mal à comprendre.

IC : Une force alternative progressiste peut-elle se développer aux États-Unis et les espoirs placés par certains dans Sanders sont-ils de pures illusions ?

Oui, une alternative progressiste est possible – mais pas DANS le Parti Démocratique, qui est une illusion tragique des progressistes qui hallucinent qu’il est possible d’une manière ou d’une autre de capturer ce parti, de soutenir les « progressistes » au sein de ce parti. Et l’histoire a montré, non seulement aux États-Unis mais partout dans le monde (l’analogie la plus proche étant le parti travailliste du Royaume-Uni) que de tels espoirs sont illusoires.

L’alternative, à l’heure actuelle, est de commencer à jeter les bases d’un véritable parti de la classe ouvrière, en particulier la moitié inférieure de la classe ouvrière, qui est composée principalement d’ouvriers de couleur. Mais en plus de cela, nous ne pouvons pas nous contenter d’un simple véhicule électoral. Les progressistes doivent, comme ils ne l’ont pas fait depuis longtemps, s’exprimer dans les communautés de la classe ouvrière, sur les lieux de travail, dans les rangs des syndicats et sur les campus autour des besoins de survie des travailleurs – y compris le besoin de paix.

IC : Avec Biden au pouvoir, pourrait-il y avoir des changements positifs sur des questions internationales ?

Nous pouvons nous attendre à une intensification des tensions internationales – une réduction dans certains domaines, peut-être dans le cas de l’Iran, avec un retour à l’accord multi-gouvernemental, une réaffirmation de certains traités sur les armes. Mais dans le cas de la Russie et de la Chine, Washington rétablira ses relations avec ses alliés de l’OTAN, et tentera de consolider ses relations avec certains pays asiatiques pour confronter la Chine. Le fait est qu’avec toutes les fanfaronnades de Washington sous Trump, ses mesures agressives étaient plutôt (à quelques exceptions près) de nature économique. Son changement le plus notable a été son adhésion plus ouverte à l’expansionnisme israélien et la fin de la mascarade de soutien à la solution à deux États. Bolton, ce vieux faucon de guerre, avait tout préparé pour la guerre avec l’Iran quand Trump a débranché la prise.

C’est précisément dans le domaine de la politique étrangère que je considère que Biden représente le plus grand danger, d’autant plus que sa politique intérieure plus populaire lui donnera un soutien plus large pour des actions plus belliqueuses à l’étranger.