Si importants que soient nos autres combats sociaux (services publics, emploi, protection sociale…) et/ou politiques (souveraineté nationale et populaire, libertés démocratiques) et/ou sociétaux (égalité hommes/femmes, environnement) qu’il faut évidemment continuer de mener avec détermination, la défense de la paix mondiale les conditionne tous. Car si survenait demain le « conflit de haute intensité » projeté par l’OTAN servilement suivie par l’UE et Macron contre la Chine et la Russie, alors les risques d’escalade, y compris nucléaire, entre les plus grands États du monde, pourraient mettre en cause l’existence même de l’humanité ; sans parler du risque d’anéantissement direct de notre pays entraîné par le jeu des alliances, mais aussi par la faute de ses gouvernants euro-atlantistes, dans des conflits (Mer de Chine, Ukraine) où le peuple français a absolument tout à perdre et absolument rien à gagner.

On peut bien entendu débattre longuement sur les droits de l’homme en tel ou tel pays, et nul ne propose à personne de s’aligner sur Vladimir Poutine et Xi Jinping sous prétexte de défendre la paix. Mais outre qu’aucun pays n’a reçu de mandat céleste pour jouer les justiciers internationaux et que, bien étrangement, la question des droits de l’homme est écartée d’un revers de main par nos gouvernants quand il s’agit des exactions commises par l’Arabie Saoudite, Israël ou d’autres vassaux de Washington, qui peut croire que le motif des droits de l’homme pût donner à qui que ce soit le permis d’enclencher un troisième conflit mondial potentiellement exterminateur de… tous les humains ? Pour qu’il y ait des droits de l’homme, encore faut il qu’il y existe des humains !

Enfin, et quoique l’on pense encore une fois de la République populaire de Chine ou de la fédération de Russie, il faut une énorme dose de mauvaise foi ou d’aveuglement pour relayer l’idée, ressassée par nos médias liés au complexe militaro-financier que le bloc euro-atlantique se défend contre une double menace russe ou chinoise : ni en Ukraine ni en Mer de Chine, ce ne sont les armées russe ou chinoise qui patrouillent à des dizaines de milliers de kilomètres de leurs frontières, mais bien les troupes américaines appuyées par leurs affidés européens.

C’est pourquoi le PRCF suggère à tous les amis de la paix qui ont conscience de ces évidences et de l’imminence de ce péril énorme, de se regrouper pour combattre ensemble la désinformation et la propagande de guerre.

Il est minuit moins cinq, ne laissons pas les forces irresponsables liées aux marchands de missiles et de fausses nouvelles déclencher l’irréparable en notre nom !

Contactez nous si ce message vous interpelle.

  • Fadi Kassem, secrétaire national, et Georges Gastaud, secrétaire national adjoint, pour le PRCF

 

Les premiers amis de la paix qui ont signé et rejoint cet appel :

  • Léon Landini, président du PRCF, ancien officier FTP-MOI, Médaille de la Résistance et officier de la Légion d’honneur
  • Pierre Pranchère, président de la commission intenrationale du PRCF, ancien résistant FTPF et ancien député
  • Michel Aymerich, auteur, créateur du blog “A contre-air du Temps” (France)
  • Alcide Carton, président de l’association des Amis de Robespierre pour le Bicentenaire de la Révolution (ARBR)
  • Bruno Guigue, chercheur en philosophie politique et analyste politique
  • Annie Lacroix-Riz, historienne,
  • Jean-Pierre Page, ancien responsable du département international de la CGT, co-auteur de La Chine sans œillères
  • Pierre-Olivier Poyard, membre du Conseil National du Mouvement de la Paix
  • Jean-Luc Pujo, président des clubs Penser la France
  • Adrien Roussel, photographe retraité de l’E.N.E.S.
  • Stéphane Sirot, historien du syndicalisme
  • Maxime Vivas, écrivain
  • Stephane Rials, professeur d’université émérite à l’Université Paris II
  • Gabriel Rockhill, professeur de philosophie, directeur de l’Atelier de théorie critique (PAris)
  • Bérenger Tourne, avocat, Paris
  • Gérard Jeannesson, ancien élu PCF, Commercy
  • Thomas Ligeon, responsable de la commission Environnement du PRCF
  • Patrice Hemet, porte-parole du Mouvement pour le socialisme du XXIème siècle
  • Aurélien Djament, mathématicien et syndicaliste CGT
  • Jean Van Hees, membre du Comité Central du Parti Communiste de Belgique, fondateur de « Dialogue des peuples »
  • Yves Vargas, philosophe, communiste
  • André Prone, poète, essayiste et environnementaliste
  • Arsène Schmitt, président du Comité des Travailleurs Frontaliers de la Moselle
  • Boris Differ, doctorant en histoire, Université Bordeaux-Montagne
  • Francis Combes, poète

A signer en ligne sur change.org

https://chng.it/Xp9KHPk4Qc