“Nous voulons la paix”, la lettre ouverte de Maduro au peuple des États-Unis d’Amérique.

Donald Trump, à la faveur de la pandémie du COVID-19, a avancé des plans militaires construits de longue date pour la 4e flotte et le commandement sud de l’armée américaine contre Cuba et le . Après avoir lancé un mandat d’arrêt contre , il a annoncé le déploiement avec l’aide de ses alliés vassaux d’une énorme flotte navale et aérienne en mer des Caraïbes soi-disant dans une opération anti-drogue. Rappelons que l’essentiel de la drogue envoyée aux USA provient… à plus de 90% de Colombie, via le Pacifique. Colombie dont le régime Duque, d’extrême droite, est le plus fidèle vassal de Washington.

Ce déploiement militaire est le plus important dans la région depuis 1989 et l’invasion du Panama pour renverser Noriega, là aussi sous prétexte d’un procès anti-drogue. Au même moment, les USA faisaient étalage d’un “plan de transition” visant une nouvelle fois à renverser les institutions et les dirigeants démocratiquement élus du Venezuela. Plan soutenu immédiatement tant par l’Union Européenne que par le régime Macron…. qui vient d’annoncer l’envoi en mer des Caraïbes d’un navire d’attaque et de débarquement, le porte hélicoptère Dixmude de la classe Mistral.

Au peuple des États-Unis d’Amérique:

Pendant des semaines, le monde a été paralysé, essayant de contrôler une pandémie qui est sans aucun doute le plus grand défi auquel nous avons été confrontés ensemble en tant que société et communauté internationale. Quant au peuple des États-Unis, l’affronter est notre priorité.

Heureusement, au Venezuela, nous avons eu certains avantages. Nous prenons très tôt des mesures d’isolement et élargissons le dépistage, en nous appuyant sur notre système de santé publique gratuit, qui compte des médecins de famille dans tout le pays. Nous avons également l’institution communautaire inestimable pour aider à sensibiliser la société et à fournir un soutien aux plus vulnérables. De même, la solidarité de Cuba, de la Chine, de la Russie et le soutien de l’Organisation mondiale de la santé nous ont permis d’obtenir les fournitures médicales nécessaires, malgré les sanctions illégales de Donald Trump.

En exprimant ma solidarité avec cet important défi historique et notre consternation et notre douleur devant les conséquences de la pandémie aux États-Unis, je suis également obligé de vous alerter que, alors que le monde se concentre sur la réponse à l’urgence de COVID-19, le gouvernement Trump, une fois de plus instrumentalisant les institutions pour atteindre ses objectifs électoraux et s’appuyant sur des infamies sous prétexte de lutte contre la drogue, a ordonné le plus grand déploiement militaire des États-Unis dans notre région en 30 ans, afin de menacer le Venezuela et conduire notre région à un conflit militaire coûteux, sanglant et indéfini.

En guise de précédent à cette manœuvre fallacieuse, le 26 mars, William Barr, un procureur général à l’indépendance douteuse (qui a recommandé l’invasion du Panama en 1989 contre Noriega et a aidé à dissimuler les irrégularités du scandale Iran-Contra), a présenté, sans montrer aucune preuve de tout, des accusations de trafic de drogue contre moi et contre de hauts fonctionnaires de l’État vénézuélien, malgré le fait que les informations du ministère de la Défense lui-même montrent que le Venezuela n’est pas un pays de premier transit de drogues vers les États-Unis, car c’est vers des pays alliés de Washington comme la Colombie ou le Honduras que ce trafic passe.

Il est clair que l’administration Trump construit un écran de fumée pour cacher la gestion improvisée et erratique de la pandémie aux États-Unis. Dès le début, Donald Trump l’a minimisé et l’a nié, tout comme il l’a fait avec le changement climatique. Aujourd’hui, la crise est exacerbée simplement parce que, malgré ses ressources, elle n’est pas disposée à transformer le système de santé en un système qui donne la priorité aux soins complets à la population et non aux profits de la médecine privée, des compagnies d’assurance et les produits pharmaceutiques.

Au Venezuela, nous ne voulons pas d’un conflit armé dans notre région. Nous voulons des relations fraternelles, coopératives, d’échange et de respect.

Nous ne pouvons accepter ni menaces de , ni blocus, ni l’intention pour installer une tutelle internationale qui viole notre souveraineté et ignore les avancées de l’année dernière dans le dialogue politique sincère entre le gouvernement et une grande partie de l’opposition vénézuélienne, qui veut des solutions politiques, et non les guerres pour le pétrole.

Pour tout ce qui précède, j’en appelle au peuple américain à mettre un terme à cette folie, à tenir ses dirigeant.e.s responsables et à les obliger à concentrer leur attention et leurs ressources urgemment sur la pandémie. Je demande, avec l’arrêt des menaces militaires, la fin des sanctions illégales et du blocus qui restreint l’accès aux fournitures humanitaires, si nécessaires aujourd’hui dans le pays. Je vous demande, le cœur entre vos mains, de ne pas laisser votre pays être entraîné une nouvelle fois dans un autre conflit sans fin, un autre Vietnam ou un autre Irak, mais cette fois plus près de chez vous.

Nous ne sommes pas si différents, car ils veulent que nous croyions à cette infamie. Nous sommes des peuples à la recherche d’une société plus juste, libre et compatissante. Ne laissons pas les intérêts particuliers des minorités aveuglés par l’ambition nous séparer. Nous, comme l’a dit un jour notre chef Hugo Chávez, partageons le même rêve. Le rêve de Martin Luther King est aussi le rêve du Venezuela et de son gouvernement révolutionnaire. Je vous invite à vous battre ensemble pour réaliser ce rêve.

Non à la guerre des États-Unis contre le Venezuela !

Arrêtons les sanctions pénales !

Nous voulons la !