Missiles israéliens contre la Syrie et offensive impérialiste contre l’Iran et la paix mondiale

une fois encore, une fois de plus, a agressé la déjà martyrisée par Daesh et ses sponsors impérialistes.

Les médias osent parler de “riposte” israélienne. Riposte contre quelle attaque ?

Cela fait des mois qu’Israël bombarde impunément la Syrie.

Le 8 avril dernier plusieurs missiles israéliens ont touché un aéroport militaire dans la province de Homs, dans le centre de la Syrie.

Le 9 janvier l’armée israélienne a mené dans la nuit plusieurs frappes aériennes et des tirs de missiles en Syrie.

On pourrait multiplier les exemples d’agressions caractérisées d’Israël contre la Syrie.

Le gouvernement fascisant et colonialiste israélien prétend avoir “riposté” à un vingtaine de tirs de roquette tirés par les troupes iraniennes stationnées en Syrie contre Israël.

Rappelons plusieurs faits qu’il faut sans cesse opposer aux fausses nouvelles (les ainsi-dites “fakes news”) des impérialistes et de leurs alliés locaux.

1- Le territoire visé par ces roquettes (en supposant que ce tir ne soit pas une énième provocation sioniste) est le Golan. Le Golan est une partie de la Syrie occupée indûment par Israël depuis 1967, puis annexé unilatéralement en 1981, annexion condamnée par résolution 497 du Conseil de Sécurité de l’ ONU. Ce qui n’a pas empêché Israël  de coloniser le territoire syrien du Golan.

2- Contre ces 20 supposées roquettes qui n’ont fait aucune victime  selon Tsahal, l’armée israélienne a utilisé 28 avions et a tiré 70 missiles contre les infrastructures iraniennes en Syrie : on voit de nouveau la conception israélienne de la “riposte”.

3- Face à cette nouvelle agression sioniste Macron et Merkel se sont faits de nouveau les complices de l’agresseur israélien, Berlin allant même jusqu’à condamner “vigoureusement” les tirs attribués à l’ :  “Ces frappes sont une grave provocation. (…) Israël a le droit de se protéger”, a indiqué dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères allemand.

4- Rappelons aussi que l’Iran,  comme la Russie, d’ailleurs, a envoyé de l’aide à la Syrie en toute légalité, à la demande du gouvernement syrien dans sa lutte contre le terrorisme de Daech, Al Nosra et autres gangs d’égorgeurs financés, soutenus et armés par l’Arabie Saoudite, elle-même alliée des États-Unis et d’Israël dans la région.

Bien entendu il faut situer ce grave incident dans le contexte géopolitique régional et tout particulièrement de l’offensive impérialiste des États-Unis.

Les E.U. ont deux vassaux principaux au Proche-Orient : Israël et l’Arabie Saoudite. Or depuis l’ accord sur le nucléaire et la levée des sanctions contre l’Iran, ce pays prend une place de plus en plus importante comme puissance régionale et surtout l’Iran joue un rôle certain dans la défense de la souveraineté de la Syrie agressée par l’ et par le terrorisme. Cela menace l’hégémonie américaine d’autant que la Russie a fait un retour remarqué dans la région en synergie avec la Syrie et l’Iran, même si chacun des pays a son propre agenda politique. Sa contribution à la victoire militaire contre les terroristes ayant été décisive, les États-Unis et le bloc impérialiste de l’UE-OTAN veulent donc, plus que jamais, affaiblir l’Iran et la Russie.

Mais l’Iran est la première cible : en dénonçant l’ accord avec l’Iran, en activant ses alliés contre ce pays, les E.U. veulent plonger l’Iran dans la misère totale et le chaos afin de rayer de la carte cette puissance régionale qui est un défi à ses yeux. L’étranglement économique avec de nouvelles sanctions sera sans doute l’arme principale de cette déstabilisation-destruction.
L’UE, dont les capitalistes allemands, français ou anglais voient d’un mauvais œil la perte du marché iranien, sera obligée de rentrer dans le rang, car les menaces étasuniennes de représailles économiques feront taire les récalcitrants.
Trump, Bolton et leur gang néoconservateur veulent plonger le peuple iranien dans la désolation pour reprendre la main dans la région. Et bien entendu les chiens de garde locaux des E.U., Israël et l’Arabie Saoudite, vont harceler l’Iran y compris militairement.

La Russie tente de préserver les équilibres actuels et fait preuve d’une grande retenue pour éviter que la conflagration ne se généralise. Bien entendu l’avenir de l’accord sur le nucléaire montrera l’état du rapport des forces.

Quelle que soit notre appréciation sur le régime des Mollahs qui a naguère assassiné, torturé, emprisonné nos camarades communistes iraniens du parti Toudeh, il est clair que face à l’agression impérialiste multiforme qui est en cours, les communistes défendront la souveraineté de l’Iran et la vie du peuple iranien.

Antoine Manessis, secrétaire de la Commission internationale du PRCF – 12 mai 2018