L’Espace doit rester un espace de paix ! manifestation le 21 août à Toulouse !

L’Espace doit rester un espace de paix – www.initiative-communiste.fr

L’OTAN c’est la guerre. La guerre tout le temps, la guerre partout. La guerre jusque dans l’Espace. Pour garantir l’hégémonie impérialiste de l’Axe euro atlantique, Washington et ses alliés et vassaux de l’Union Européenne militarise à grande vitesse l’Espace. essais d’armes anti satellites, manœuvre d’engins agressifs en orbite, déploiement massif de constellations de satellites à usage militaire, l’arsenalisation de l’espace, c’est à dire sa militarisation, ne cesse de s’accroitre. Car les Etats-Unis et l’Union Européenne et leur OTAN, non contents d’accélérer la privatisation de l’espace (lire ici), on bien pour ambition d’y installer leurs armées et d’y mener la guerre.

L’OTAN militarise l’espace

C’est ainsi que les Etats-Unis de Trump ont très officiellement lancée la création d’une force spatiale. Un mouvement officialisant ce que les Etats Unis n’ont eu de cesse que de mener. Reagan ne menaçait il pas l’Union Soviétique d’extermination à travers une « guerre des étoiles » ? Et n’y change évidemment pas un iotat.

Et c’est donc à cette botte que le régime Macron s’est lui aussi lancé depuis 2019 dans la militarisation de l’espace. Sa doctrine de « défense active » des satellites et de surveillance tout azimut, est bien une stratégie offensive et belliqueuse. Avec la création d’un « commandement de l’Espace » implantée à Toulouse et le très officiel changement de nom de l’armée de l’Air. Un mouvement qui n’a au demeurant rien d’autonome mais qui est un préalable à l’extension des activités de l’OTAN dans ce domaine.

OTAN qui ne cache désormais même plus son jeux, comme en témoigne dès novembre 2019 son secrétaire générale Jens Stoltenberg, prenant pretexte d’action défensive. Mais de défense contre qui ? puisqu’aucune autres puissances ne s’est lancée dans cette course officielle à la militarisation de l’espace ? « Notre approche restera défensive et pleinement conforme au droit international. L’Otan n’a pas l’intention de placer des armes dans l’espace. Mais nous devons nous assurer que nos missions et opérations bénéficient du soutien approprié »

Et c’est donc bien les moyens de l’armée française qui seront mis à contribution, pour l’Europe. Financer et entretenus par la France principalement, mais bénéficiant à l’Allemagne et son Union Européenne. De fait, le commandement dédié à la question spatiale de l’OTAN est installée sur la base américaine de Ramstein, en Allemagne. Le message est on ne peut plus claire. Et pour appuyer ce commandement militaire américano allemand sous parapluie de l’OTAN, la France doit doter l’organisation d’un « centre d’excellence ». Il a été annoncé à Toulouse le 5 février dernier par la ministre des armées.

« Ouvert à nos alliés et partenaires, ce centre sera situé au cœur du plus grand écosystème spatial en Europe, entouré du commandement de l’espace de l’armée de l’Air et de l’Espace, du Space Lab, d’industries spatiales internationales de premier plan, d’acteurs du ‘New Space’, de laboratoires innovants, d’universités et de centres de recherches. Il bénéficiera d’une expertise unique, à la fois privée et publique, militaire et civile, industrielle et académique », souligne le ministère des Armées. Un centre qui n’est pas consacré à la défense nationale, mais bien à renforcer les actions belliqueuses et impérialistes de l’Union Européenne, de l’OTAN et de de leur parrain etats-uniens.

« À travers le centre d’excellence espace de Toulouse, la France s’engage pour le renforcement des compétences spatiales en Europe », a fait valoir le ministère des Armées. Ce qui n’est pas dit c’est que commande de l’espace de l’armée française et centre d’excellence européen de l’OTAN ne seront qu’une seule et même entité, consacrant toujours plus profondément le détachement de l’armée française de son nécessaire commandement sous l’exclusive souveraineté nationale et sa légitimité exclusivement au service de la défense nationale. Rappelons que les français ne sont une fois de plus pas consulté sur la question, tandis que le débat est réduit à néant devant la représentation nationale.

Manifestation pour la paix à Toulouse le 21 aout 2021

C’est bien pour agir pour la paix, pour que l’Espace demeure un espace de paix que le PRCF appelle à une manifestation à Toulouse le 21 aout 2021. Pour dire non au centre d’excellence spatiale de l’OTAN à Toulouse. Pour défendre la paix et la coopération internationale.
Celle qui a fait ses preuves pour offrir les plus belles conquêtes spatiales de l’Humanité. Rappelons ainsi que le premier spationaute européens, un français, aura gagné l’espace grâce au programme de coopération impulsé par l’Union Sovietique Intercosmos. Une réussite qui a permis la station Mir (paix en russe), puis la station spatiale internationale désservie par les vaisseaux soviétique Progress et Soyouz (Union en russe)

Oui l’espace doit rester un Espace de paix, celui dédié à la conquête de la connaissance partagée pour toute l’humanité comme l’a montré l’avant garde de la station MIR, celui du progrès des techniques au service de tous, comme annoncé par le bip bip du Spoutnik, ouvrant la voie aux télécommunications renforçant le partage et le dialogues entre les hommes et femmes de toutes la planètes.

JBC pour www.initiative-communiste.fr


Le communiqué du ministère des armées

Au cours du jeudi 28 janvier 2021, l’Organisation du traité Atlantique Nord (OTAN) a retenu la suggestion française d’accueillir au sein de la ville de Toulouse un centre d’excellence exclusivement dédié à l’espace. Florence Parly, ministre des Armées, tient à saluer cette décision illustrant à l’échelle nationale et internationale l’expertise française dans le domaine spatial. En outre, cette grande nouvelle permet à Toulouse de garder sa vocation aérospatiale.

Ce centre d’excellence OTAN (CEO) situé dans le sud-ouest de la France sera au cœur du plus grand écosystème spatial en Europe. En effet, il sera entouré du Commandement de l’espace (CDE) de l’armée de l’Air et de l’Espace, du Space Lab, d’industries spatiales internationales, ainsi que de laboratoires innovants, d’universités et de centres de recherches. Cet écosystème permettra au CEO d’obtenir une expertise hors du commun, autant publique que privée, militaire que civile, industrielle qu’académique. 

Les missions confiées au CEO concerneront des travaux de doctrine, des formations, des exercices, des analyses et de la prospective de manière autonome ou avec le Commandement de l’espace. De ce fait, le CDE poursuit son travail avec l’OTAN afin d’accueillir le CEO dès l’été 2021. À terme, le centre devrait recevoir 42 personnes dont 17 étrangers.

C’est en 2019 que les alliés reconnaissent l’espace comme un milieu d’opérations, au même titre que les milieux aérien, terrestre, maritime et cyber. Dès lors, la politique souhaitée par l’OTAN est une politique d’encadrement concernant l’espace et de soutien sur les opérations et les missions de l’Alliance. Ce soutien sera apporté dans les domaines de la communication, de la navigation et du renseignement. En effet, à l’aide des satellites, l’OTAN a la possibilité de répondre plus rapidement, plus efficacement et avec plus de précisions, aux futures crises.

La France, quant à elle, pionnière européenne, a adopté, en juillet 2019, une stratégie spatiale de défense afin de tenir compte des réalités de l’environnement spatial et des menaces croissantes qui pèsent sur les moyens spatiaux, désormais vitaux à la fois pour leurs applications civiles et militaires. Ainsi, avec le CEO, la France s’engage à renforcer les compétences spatiales européennes.