Les preuves de l’absence de fraude électorale lors de la ré élection de Evo Morales ! #EvoElMundoContingo #GolpeDeEstadoEnBolivia

20 octobre 2019, au terme d’une journée d’élections générales en , le ( mouvement pour le socialisme) remporte largement les élections au Sénat et au Parlement. L’élection présidentielle elle est gagnée par Evo Morales qui sort largement en tête des urnes, manquant de peu la majorité absolue. Il dépasse largement son principal opposant. Mesa, poussé par les capitales européennes et Washington avant même que les résultats totaux ne soient connus revendique un second tour, affirmant que n’a pas les 10 points d’avance qui lui permettent d’éviter un second tour. Immédiatement, il déclenche des attaques contre les cours électorales, s’en prend violemment au tribunal électoral qui est obligé de suspendre ses travaux de vérifications des procès verbaux des opérations de vote. Pour autant, ceux ci sont totalement publiés en toute transparence, nous les avions d’ailleurs téléchargés sans difficultés et en avions cop

télécharger les Procès verbaux de vote : acta.2019.10.23.05.19.40

Transparent et n’ayant rien à craindre d’une analyse poussée des résultats des élections, Evo Morales accepte un audit des résultats par l’OEA.  Sans en attendre les résultats le fantoche Mesa immédiatement relégué au second plan derrière le chef de fil de l’extrême droite organise la prise d’assaut et la destruction de plusieurs lieux de dépouillement, pour tenter de rendre impossible la vérification des résultats du scrutin. Des manifestations violentes sont organisées,.

Lors que la présidence de l’OEA, dirigé par un Almagro qui a fait campagne contre Morales annonce regreté des irégularités dans l’élection, le chef d’état major de l’armée lance un putsch militaire en exigeant le départ de Evo Morales tout en refusant d’intervenir tandis que les familles de nombreux élus du MAS sont agressées. 

A ce jour aucune preuve d’une quelconque fraude électorale n’a été publié. Nos confrères de pagina12.com analysant une expertise mené par le CEPR un centre de recherche administratif, montrent que les preuves statistiques confirment l’absence de fraude électorale, mais au contraire la fraude de l’OEA. Ils précisent également ” Ni la mission de l’OEA ni aucun autre parti n’a démontrer qu’il y ait eu des irrégularités systématique ou répandues lors des élections du 20 octobre 2019″

traduction JBC pour www.initiative-communiste.fr depuis l’espagnol.

La fraude de l’OEA pour le coup d’Etat en Bolivie

Par Ernesto Tiffenberg

par Pagina 12 – https://www.pagina12.com.ar/231189-el-fraude-de-la-oea-para-el-golpe-en-bolivia – 16 novembre 2019

Comment l’histoire qui a donné lieu au renversement et à la proscription d’Evo Morales a été construite. Un document du prestigieux CEPR, qui comprend deux prix Nobel au sein de son conseil consultatif, démonte les conclusions qui ont alimenté le discours putschiste.

«Déclarer est très facile, prouver et vérifier c’est la chose difficile», a été la phrase avec laquelle Fernando del Rincón, journaliste de CNN, a ouvert son programme avec le but de parler de «fraude» aux élections boliviennes. Malgré tous ses efforts, il a également échoué. Il a déclaré beaucoup et ,’a prouvé rien du tout.

Quelque chose de semblable s’est produit à l’Organisation des États américains (OEA). S’employant depuis la nuit des élections à présenter des arguments aux opposants tentant un coup d’état – soulevant des suspicions quant au décompte des voix et évoquant «un changement inexplicable de tendance», elle a toutefois pris la précaution de ne pas utiliser le mot «fraude»., qui n’apparait dans aucune de ses déclarations.

Le seul qui ait violé le slogan n’était rien de moins que le secrétaire général de l’organisation, l’Uruguayen Luis Almagro, expulsé du Frente Amplio pour avoir encouragé une intervention militaire au Venezuela, qui a déclaré mardi lors de la session extraordinaire de l’OEA que «la Bolivie a subit un coup d’Etat le 20 octobre quand Evo Morales a commis une fraude électorale. “

Mais au-delà de l’utilisation du mot «fraude», les documents de l’OEA ont été la colonne vertébrale sur laquelle reposait l’histoire qui a permis le coup d’État en Bolivie. La validité de ses conclusions a été sérieusement mise en doute lorsque le Centre de recherche en économie et politique (CEPR) a publié une étude : Que s’est-il passé lors du décompte des voix lors des élections de 2019 en Bolivie? Le rôle de la Mission d’observation électorale de l’OEA, qui démonte les conclusions hâtives du document parrainé par Almagro.

Le CEPR est un centre de recherche prestigieux basé à Washington, fondé par les économistes Dean Baker et Mark Weisbrot. Son conseil consultatif comprend deux prix Nobel d’économie tels que Robert Solow et Joseph Stiglitz.

la fable de l’OEA

Toute la fable de l’OEA reposait sur l’interruption de près de 24 heures du dépouillement des résultats provisoires (appelé transmission des résultats électoraux préliminaires, TREP), alors que 83,85% des minutes des procès verbaux des opérations de chaque bureaux de votes étaient déjà validées.

Le système électoral bolivien prévoit que le candidat qui dépasse 50% des voix ou qui, avec plus de 40%, gagne 10 points de plus que son concurrent immédiat seroit déclaré vainqueur. Lorsque le décompte rapide a été interrompu, Evo Morales avait gagné 45,7% du total et dépassait de 7,87% Carlos Mesa, son premier concurrent.

Lorsque le décompte rapide a été repris et que 95,63% des minutes ont été atteintes, le résultat était de 46,86% pour le président et 36,32% pour son adversaire, avec plus de 10 points de différence. Enfin, au décompte final et officiel, le parti au pouvoir a atteint 47,08%, soit 10,5% de plus que Mesa. En d’autres termes, Evo avait été réélu sans recourir à un second tour.

L’argument principal de l’OEA pour exiger que ces résultats soient annulées et convoquer des élections était “le changement radical et difficile à expliquer dans la tendance des résultats préliminaires [du décompte rapide]”. Toutefois, selon le rapport du CEPR, “la mission [de l’OEA NdT] n’a pas fourni de preuves à l’appui de ses déclarations donnant à penser que le décompte rapide pourrait être incorrect ou” difficile à expliquer “.

Le décompte rapide et les résultats officels

Les enquêteurs américains du CEPR ont montré que la plupart des accusations portées par l’OEA étaient fondées sur un examen des résultats provisoires et non pas sur le décompte officiel, qui a commencé peu après et qui n’a jamais été interrompu.

Le décompte rapide est basé sur des photographies des PV et sa seule fonction est de répondre à l’anxiété des médias et de la population avec des résultats crédibles quelques heures après la fin du vote. (Au passage, il faut souligner que c’est l’OEA elle-même qui a recommandé qu’il soit procédé ainsi.) Mais ces résultats n’ont aucune valeur juridique.

En Bolivie, le seul décompte contraignant est le calcul officiel, préparé par les tribunaux électoraux sur la base des procès-verbaux. Cela explique pourquoi, la nuit des élections, des groupes coordonnés d’opposants ont attaqué et, dans plusieurs cas, incendié certains des locaux où le décompte officiel a eu lieu, forçant le déplacement du lieu de travail des autorités électorales. Ces “déménagements” seront ensuite utilisés par l’OEA pour contester le fonctionnement du contrôle.

L’étude du CEPR montre également que, contrairement à ce que l’opposition avait suggéré, les deux contrôles ont convergé vers un résultat très similaire. “Au final, le décompte officiel, qui est juridiquement contraignant et totalement transparent, a coïncidé étroitement avec les résultats du décompte rapide”, explique Guillaume Long, l’un des chercheurs.

Le changement de tendance

Ce qui explique le “changement de tendance” qui préoccupait tellement l’OEA n’est autre que le fort contraste entre le vote citadin et le vote rural. Les préférences dans les centres urbains, où le vote des secteurs moyens et supérieurs est plus élevé, sont moins favorables pour Evo Morales que dans les territoires paysans, les régions pauvres dont il est lui-même issu. Logiquement, les procès-verbaux des sondages auprès des centres urbains arrivent dans les centres électoraux avant ceux provenant des secteurs ruraux. De là découle la cohérence de la tendance projetée depuis le tout début du décompte, ce qui montre l’expansion progressive et permanente de la différence entre Morales et Mesa, jusqu’à atteindre les 10.5 points finaux.

Convergence des résultats des élections nominales des députés et de l’élection générale:
Le graphique montre que le différentiel MAS ISP augmente de façon constante lorsque plus de votes sont décomptés. Le même phénomène est observé pour la seconde élection, celle de l’assemblée législative

Ne se conformant pas à ces projections, les experts du CEPR ont effectué plus de 500 simulations sur la base des résultats rapportés avec 83,85% des PV, lorsque le comptage rapide a été interrompu, et ont conclu que la victoire d’Evo Morales par plus de 10 point d’avance étaient non seulement possibles mais hautement probables.

Sur la base des résultats rapides publiés pour 85% des PV, les chercheurs ont estimés pour 500 tirages aléatoires en exploitant les similarités géographiques le résultat final de l’élection. Le graphique A représente la répartition statistiques de ces 500 simulations aléatoires, en pleine correspondance avec les résultats officiel

De la fraude à l’inconstitutionnalité

Toutes ces données expliquent pourquoi l’argument de la «fraude» a été progressivement abandonné lors du dépouillement du vote, afin de ressusciter «l’inconstitutionnalité» de la participation du président aymara aux élections. Il convient de rappeler qu’Evo Morales a perdu en 2016, à une faible marge, un referendum sur la possibilité de permettre sa candidature pour un nouveau mandat. Et qu’il a finalement obtenu un jugement de la Cour suprême en 2017 qui a donné son feu vert à ses aspirations.

Au-delà des opinions qui méritent ces deux initiatives du président déchu, elles ne peuvent pour le moment avoir la moindre pertinence. La décision qui l’a permis a été acceptée à la fois par l’opposition interne, qui a légalisé les élections lors de sa présentation, et par les organisations internationales qui figurent désormais en tête des questions, telles que l’OEA, qui l’a pleinement soutenue en mai 2018. ” décider qu’Evo Morales ne peut pas participer serait absolument discriminatoire », proclamait Luis Almagro lui-même à cette époque.

Mais les vents ont changé. L’une des rares définitions de la présidente autoproclamée provisoire de la Bolivie, Jeanine Áñez, était précisément d’annoncer sa décision d’annuler cette décision de la Cour constitutionnelle.

Si tel était le cas, l’objectif principal du coup d’Etat serait mis en évidence : l’interdiction d’Evo Morales, au même titre que la destitution de Dilma Rousseff et la prison de Lula da Silva, avaient pour objectif d’interdire le premier président des travailleurs de l’histoire du Brésil.

Les élections avec le principal candidat interdit seraient-elles démocratiques, alors qu’il vient d’obtenir pas moins de 47% des voix ? Les Argentins sont qualifiés pour le commenter, après tout, quelque chose de très similaire a été vécu après le coup d’État militaire qui a renversé Juan Domingo Perón et l’a interdit pendant des décennies. Il n’y a pas que le sang des victimes de la répression unit les deux pays.

Quelques données plus qu’intéressantes pour continuer à lire

  1. Antonio Costas, vice-président du tribunal électoral qui, avec sa démission, a alimenté une bonne partie des allégations journalistiques sur la prétendue «fraude», a assuré aux médias qui souhaitaient l’entendre que son dégoût était lié à la suspension «inutile» du décompte rapide. Et il a révélé que cela était dû à une alerte d’attaque informatique, mais que le “tumulte” technique et l ‘”impericie” de la Cour ne changeaient rien à la véracité des résultats.
  2. Selon la législation bolivienne, une fois que les jurys électoraux ont signé le procès-verbal de dépouillement du tableau, le jour du scrutin, les votes physiques n’ont plus de valeur, car ils ne doivent en aucun cas être recomptés. Si un acte reçoit des observations, il est à nouveau voté à la table à laquelle il correspond. Donc, personne ne se soucie trop de garder les votes avec soin. Cela explique pourquoi les vidéos de dénonciation, qui ont fait l’objet d’une diffusion virale sur les réseaux sociaux et les médias le soir des élections, sont tombées dans l’oubli, où des jeunes exaltés ont montré des bulletins de vote et des urnes comme “preuve” de la fraude, pendant que leurs compagnons incendiaient ces mêmes preuves.
  3. Déclarations d’Evo Morales au journal espagnol El País du Mexique: “Le coup d’État a commencé le 21 octobre, après les élections, avec une fausse accusation de fraude. Maintenant, je me rends compte que la plainte est la vraie fraude. Pendant deux semaines, cela s’intensifie et le coup est consommé lorsque la police se révolte et devient putschiste. Nous demandons un dialogue avec les quatre partis représentés au Parlement. Pour éviter des morts et des blessés, je dis qu’il n’y a pas de second tour mais des élections et sans candidat Evo, avec de nouveaux membres du tribunal électoral. Et ils ont continué à attaquer. Jusqu’à ce que je démissionne, il n’y avait pas de mort par balle. Ensuite, il y en a quatre ou cinq.
    Dimanche, à l’aube, l’OEA disposait déjà du rapport préliminaire indiquant qu’il y avait eu fraude. L’engagement était différent, car ils nous avaient dit qu’ils ne l’auraient pas préparé avant le 12 et il nous ont demandé de le faire avant le 13, c’est-à-dire jusqu’à aujourd’hui. J’ai demandé à être contacté par le secrétaire général, Luis Almagro, à trois ou quatre heures du matin, mais il ne voulait pas. J’ai parlé à son chef de cabinet, Gonzalo Koncke, je lui ai dit qu’avec ce rapport,ils allaient mettre le feu au pays, qu’il allait y avoir des morts. Ils disent que j’ai gagné, mais pas clairement, et donc qu’il devrait y avoir un deuxième tour, mais non, ils veulent de nouvelles élections. C’est une décision politique. Maintenant, ils disent qu’on s’est fait un coup d’état contre nous-mêmes. Luis Almagro attend les instructions du gouvernement des États-Unis, c’est cela qu’il faut comprendre. J’avais un certain espoir dans l’OEA. Nous lui avons dit de faire la vérification, nous étions convaincu qu’il n’y avait pas de fraude. Je n’ai jamais aimé faire quelque chose d’illégal de ma vie. En fin de compte, ils n’acceptent pas le vote autochtone. Après le premier rapport, le TREP a gagné avec 7% mais le vote rural manquait, le vote autochtone. J’ai dit qu’on allait gagner. Ils rejettent le vote indigène, c’est pour revenir aux temps du passé, aux temps de la colonie. ».

Le Rapport du

acta.2019.10.23.05.19.40 bolivia-elections-2019-11