Corée du Nord, Etats Unis, qui menace qui ?

Le récent tir de missile par la RPDC est l’objet de nombreux commentaires.
Juliette Morillot, historienne spécialiste de la interrogée par 20 Minutes explique que ce tir nord-coréen ” permet à Pyongyang de garantir son existence “. A la question du journal : “Quelles sont les attentes véritables de Kim Jong-un ?”

Juliette Morillot répond : “La Corée du Nord se sent menacée et aujourd’hui, Kim Jong-un a l’impression d’être comme David contre Goliath. Aux yeux des Nord-Coréens, le programme balistique est légitime et justifié dans le sens où, en tant que petit pays cerné de grandes puissances, il représente leur assurance-vie. Pour eux, seule l’ garantit leur existence. C’est également, selon eux, ce qui leur permet de montrer qu’ils sont capables de se défendre et de tenir la dragée haute à des puissances comme les États-Unis.Ce que veut vraiment Kim Jong-un aujourd’hui, c’est signer un traité de paix sur la péninsule, obtenir un pacte de non-agression des États-Unis et la reconnaissance du régime nord-coréen par les Américains.”

Voilà qui tranche avec l’hystérie anti-coréenne des médias de masse.

Ceux-ci décrivent une Corée du Nord menaçant les États-Unis d’Amérique : la première puissance mondiale, l’ armée la plus puissante du monde mentent.

Un simple regard sur le rapport des forces entre la Corée du Nord et les États-Unis démontrent le caractère mensonger et propagandiste de tels propos.

Le dirigeant nord-coréen est insulté en longueur de JT et dans les grands médias alors que le président des États-Unis, un personnage totalement imprévisible, belliciste, irresponsable est invité par E. Macron le 14 juillet.
Trump d’ailleurs ne menace pas seulement la Corée. Il menace aussi la Syrie, qui lutte en première ligne contre les fanatiques terroristes de l’OEI financés et armés par leurs alliés régionaux comme l’ Arabie Saoudite ou le Qatar, et Cuba en jetant à la poubelle le début de normalisation des relations entre les États-Unis et ce vaillant pays que son prédécesseur, B. Obama, avait été contraint, par réalisme, de concéder.

Le PRCF exprime sa solidarité à la RPDC face aux graves menaces que l’ étasunien fait peser sur ce petit pays de 25 millions d’habitants qui ne menace personne. Il dénonce les risques de que l’attitude des États-Unis de D. Trump font courir au monde, la Corée ayant des frontières communes aves la Chine et la Russie.
Le PRCF a été, est et sera toujours aux côtés des pays et des peuples menacés par l’impérialisme.