1 million de malades, 80 000 morts : les 10 questions auxquelles doivent répondre les USA.

New-York épicentre du – crédit image Initiative Communiste

Le Quotidien du peuple, organe du Comité central du Parti communiste chinois, rappelle que le coronavirus a déjà infecté plus d’un million de personnes aux États-Unis et dénonce les dirigeants de ce pays qui, au lieu de se consacrer à la lutte contre la pandémie, s’obstinent à inventer des responsabilités prétendument étrangères dans sa prévention et son contrôle.


Dix questions auxquelles les États-Unis devraient répondre

Le gouvernement américain doit répondre aux questions suivantes.

1. Dans le cadre de l’expérience de modification du virus de la grippe aviaire qui a repris l’année dernière, pourquoi les États-Unis ne publient-ils plus de mises à jour ?

The Science a rapporté en février 2019 que les autorités américaines avaient tranquillement approuvé l’expérience de modification du virus de la grippe aviaire. Cette recherche, qui vise à transformer le virus H5N1 pour le rendre plus capable d’infecter les mammifères, a été controversée et est considérée comme extrêmement dangereuse. Certains experts estiment que la modification pourrait augmenter le risque de transmission interhumaine du virus.

La question est de savoir pourquoi le gouvernement américain a décidé de débloquer l’expérience quatre ans après son arrêt, et pourquoi il n’y a pas d’autres mises à jour concernant l’expérience.

2. L’Institut de recherche médicale sur les maladies infectieuses de l’armée américaine (USAMRIID) a été fermé auparavant. Quelle est la vérité derrière tout cela ?

Global Biodefence a rapporté en avril que l’USAMRIID, la principale institution et installation de recherche biologique de l’armée américaine basée à Fort Detrick, Maryland, a repris ses activités. L’institution a reçu l’ordre d’arrêter l’étude de certains agents biologiques et toxines (BSAT) en juillet dernier. En mars, une pétition a été déposée sur le site de la Maison Blanche pour demander des éclaircissements sur la fermeture de l’USAMRIID. Ces questions étant devenues une préoccupation publique majeure, quelle est la réponse du gouvernement américain ?

3. L’année dernière, le ministère américain de la santé et des services sociaux a exécuté un scénario similaire à celui de l’épidémie de .

En mars, le New York Times a cité un projet de rapport obtenu du gouvernement américain qui disait que de janvier à août 2019, le ministère américain de la santé et des services sociaux a réalisé un scénario appelé “Crimson Infection” qui simulait une épidémie fictive impliquant un groupe de touristes visitant la qui a ensuite été infecté et s’est envolé vers divers pays, dont les États-Unis.

En octobre dernier, deux organisations aux États-Unis ont organisé un exercice de pandémie de haut niveau appelé Event 201. L’exercice a simulé un scénario dans lequel un virus factice appelé CAPS, qui provoque des symptômes plus graves que le SRAS et qui est transmis par les voies aériennes comme la grippe ordinaire, avait provoqué une pandémie. Comme pour le COVID-19, il n’existe pas de vaccin pour le CAPS.

Étant donné que le virus factice ressemble beaucoup au COVID-19, est-ce juste une coïncidence ? Une autre question est de savoir pourquoi vous n’avez pas pris suffisamment de mesures préventives dans les premiers stades de l’épidémie de coronavirus, puisque les États-Unis ont prédit une pandémie similaire.

4.Les services de renseignement américains ont lancé une alerte sur la crise des coronavirus en novembre dernier. Pourquoi l’alerte a-t-elle été ignorée ?

En avril, selon l’American Broadcasting Corporation (ABC), des responsables des services de renseignement américains auraient averti l’Agence de renseignement de la Défense, le Pentagone et la Maison Blanche qu’une maladie infectieuse sévissait à Wuhan, en Chine, dès la fin novembre 2019.

En novembre dernier, le Centre national américain de renseignements médicaux (NCMI) a publié un rapport détaillant la pandémie de coronavirus, qui a ensuite été identifiée comme “COVID-19”. Certains analystes ont estimé que l’épidémie de Wuhan aurait pu devenir un événement catastrophique. Selon le Washington Post, en plus de deux mois, de janvier à février, Trump avait reçu des avertissements intensifs des services de renseignement américains au sujet du coronavirus. Pourquoi le gouvernement américain n’a-t-il pas déclaré une “urgence nationale” avant le 13 mars ?

5. Parmi les décès dus à la grippe signalés aux États-Unis, les États-Unis peuvent-ils préciser combien de cas sont réellement infectés par le COVID-19 ?

La télévision japonaise Asahi a rapporté le 21 février que certaines des 14 000 personnes qui sont mortes de la grippe aux États-Unis pourraient être mortes de coronavirus, un sujet qui est devenu un sujet brûlant peu après.

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont publié un rapport fin février, montrant qu’il y a eu au moins 32 millions de maladies causées par la grippe aux États-Unis cet hiver.

Le 11 mars, à la Chambre des représentants, Robert Redfield, directeur du CDC américain, a admis que certaines personnes aux États-Unis que l’on pensait auparavant mortes de la grippe pourraient avoir été infectées par le coronavirus.

Parmi les décès dus à la grippe signalés aux États-Unis, combien de cas ont été infectés par le COVID-19 ? Le gouvernement américain a-t-il couvert la propagation du coronavirus par la grippe ? Quand le gouvernement américain publiera-t-il les échantillons du virus de la grippe américain et leur séquence génétique, ou permettra-t-il à des experts de l’OMS ou des Nations unies de prélever et d’analyser la question ?

6. Quand le nouveau coronavirus est-il apparu pour la première fois aux États-Unis et la transmission communautaire du coronavirus a-t-elle commencé plus tôt que prévu ?

Un rapport publié fin avril par les autorités sanitaires locales suggère qu’une femme de 57 ans du comté de Santa Clara, en Californie, est morte du COVID-19 le 6 février, environ 20 jours avant que les États-Unis n’annoncent son premier décès causé par le virus.

Le Los Angeles Times a cité Sara Cody, responsable de la santé du comté de Santa Clara, dans un article qui disait : “Nous supposons que chacun représente une transmission communautaire et qu’au début du mois de février, un niveau important de virus circulait dans notre communauté.

Jeffrey V. Smith, directeur exécutif du comté, a déclaré que cela prouve que le coronavirus circulait en Californie dès le mois de janvier, voire plus tôt.

Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a ordonné à tous les comtés de l’État de revoir les autopsies des décès suspectés de coronavirus remontant à décembre.

7. Quand le nouveau coronavirus est-il apparu aux États-Unis ? La transmission communautaire du coronavirus a-t-elle commencé plus tôt que prévu ?

Comment les États-Unis ont-ils pu obtenir les souches du virus si rapidement pour commencer le premier essai sur l’homme d’un vaccin COVID-19 ?
Le 16 mars, le Wall Street Journal a rapporté que le premier essai sur l’homme du vaccin expérimental COVID-19 de Moderna Inc. avait déjà commencé. Les experts se sont immédiatement interrogés sur la rapidité du développement du vaccin, affirmant que cela ne serait pas possible si les États-Unis n’avaient pas obtenu les souches du virus dès le départ. Comment les États-Unis ont-ils commencé si tôt le premier test du vaccin sur l’homme ? Quand et comment ont-ils obtenu les souches du virus ?

8. Pourquoi le gouvernement américain a-t-il continué à minimiser la pandémie alors que ses fonctionnaires ont pris des mesures privées ?

Selon le Washington Post, le président de la commission des renseignements du Sénat américain, Richard Burr, et son épouse ont vendu jusqu’à 1,7 million d’actions dans 33 titres différents juste une semaine avant que le marché ne s’effondre. Pourquoi ces responsables de la commission ont-ils agi si rapidement alors que le gouvernement n’a cessé de sous-estimer la pandémie ?

Pourquoi des informations vitales ont-elles été gardées confidentielles pour le public alors que des fonctionnaires en ont profité pour pratiquer des délits d’initiés ?

9. Pourquoi les experts américains ne sont-ils pas autorisés à discuter de COVID-19 en public ?

Le New York Times a rapporté que la Maison Blanche a commencé à renforcer le contrôle de tous les messages sur les coronavirus envoyés par les responsables de la santé le 27 février, après que le vice-président Mike Pence eut commencé à diriger les efforts de prévention et de contrôle de l’épidémie dans le pays.

Plusieurs scientifiques et responsables gouvernementaux de la santé, dont le principal expert national en maladies infectieuses, Anthony S. Fauci, n’ont fait de déclarations publiques sur COVID-19 qu’après avoir consulté le bureau du vice-président américain.

Pourquoi les États-Unis, qui revendiquent la liberté d’expression, ne permettent-ils pas aux experts et aux universitaires de discuter en public du nouveau coronavirus ? Les États-Unis veulent-ils cacher quelque chose ou craignent-ils quelque chose ?

10. Quelles sont les recherches menées dans les laboratoires biologiques américains à l’étranger et pourquoi les États-Unis se taisent-ils à ce sujet ?

Natalia Poklonskaïa, vice-présidente de la commission des affaires étrangères de la Douma d’État, a proposé de vérifier la légitimité des laboratoires biologiques américains dans le monde, selon l’agence de presse Spoutnik.

Il n’y a pas longtemps, un porte-parole du ministère russe des affaires étrangères a exprimé son inquiétude quant à la création d’un laboratoire biologique dans les pays de l’ex-Union soviétique.

Grigory Trofimchuk, un expert russe dans le domaine des affaires intérieures, des affaires étrangères et de la défense nationale, a déclaré que le travail de ces laboratoires biologiques n’a jamais été révélé au monde extérieur et qu’ils ont causé plusieurs problèmes, avec des épidémies généralisées de maladies infectieuses dangereuses comme la rougeole en laboratoire.

Quelles sont les recherches menées dans ces laboratoires biologiques ? Pourquoi les États-Unis se taisent-ils sur la fonction, l’utilisation et la sécurité de ces laboratoires biologiques ?

Source : Edition en ligne du Quotidien du Peuple

Commentaire de lecteur “1 million de malades, 80 000 morts : les 10 questions auxquelles doivent répondre les USA.

  1. SNOWDEN
    14 mai 2020 at 08:16

    Seule la Chine communiste triomphera de ce COVID 19 et le capitalisme mafieux occidental en Europe, aux USA, au Japon, en Inde, Russie, etc…sombrera. C’est pourquoi tous les médias macroniens ultralibéraux hyperatlantistes anticommunistes, BFM, LCI, CNEWS, France 5, TF1, France 2, France Inter, France Culture, Le Figaro, Le Monde, Les Echos, Le Parisien, Libération, fulminent contre la Chine communiste et sur ordre de Trump et Macron lancent des Fake-News tous les jours contre la Chine communiste. Très drôle et pitoyable. Triste fin pour le capitalisme mafieux, mais heureuse nouvelle.
    La Chine communiste enregistre 0 morts et 0 cas depuis plus d’une semaine dans un pays de 1,5 milliards d’habitants. Mais le déconfinement dans la Chine communiste est beaucoup plus strict que ce qu’on appelle le confinement dans un pays capitaliste mafieux comme les USA, les UK, la France, l’Allemagne, le Japon, etc….donc tous aux abris le 11 mai en France: pas de masques, pas de test, écoles, lycées et transports en communs bondés sans masques ni test et avec des hôpitaux ruinés en 20 ans. Et pas de suivis des contaminés via la 5G qui n’existe pas en France et qui n’est pas près d’exister sans Huawei, l’équipementier qui a 10 ans d’avance sur la 5G….
    ET en Chine communiste la recherche publique sur les traitements et les vaccins mobilise des dizaines de milliards d’Euros…
    Tout reportage sur la situation en Chine est interdit dans les médias macroniens, 90% des médias, car depuis 3 semaines grâce à un vrai confinement de 76 jours, le port du masque systématique (il y en a des centaines de milliards en Chine communiste..), des tests par millions et une quarentaine vraie stricte avec les testés positifs et leurs contacts.
    Et oui la Chine communiste a donné toutes les informations et alerte en temps et en heure mais ces ploucs de Trump, Macron, Johnson et leurs médias se sont moqués pendant 2 mois de la Chine communiste pour ne rien faire. Seule l’Allemagne, Singapour, Taiwan, la Corée du Sud et le Japon ont écouté la Chine communiste et on voit la différence sur le nombre de morts. Et non la Chine communiste n’a pas caché ou sous-évalué le nombre de ses morts. Et aujourd’hui depuis 3 semaines il y a Zéro morts et quelques cas (moins de 10) tous importés. Mais chut ne le répétez pas…..