Vérité pour la Biélorussie : entretien avec Bruno Drweski #vidéo

Alors que la Biélorussie vient d’arrêter de façon spectaculaire un militant soutien des milieux néo nazis soutenu par l’Union Européenne donnant une nouvelle fois lieu à une intense campagne de propagande, Aymeric Monville, secrétaire de la Commission internationale du PRCF, a souhaité poser quelques questions à Bruno Drweski, universitaire spécialiste des pays de l’Est, professeur à l’INALCO.

À la suite d’une alerte à la bombe, le vol Ryanair sur lequel se trouvait Protasevich qui vit actuellement en Lituanie- par ailleurs inscrit sur la liste des personnes recherchées – s’est posé en urgence à Minsk. En conséquence de quoi, Protasevich y a été arrêté conformément à l’enquête en cours à son encontre en Biélorussie, où la chaine de télévision Nexta a été condamnée le 20 octobre 2020 comme une organisation extrémiste par la Cour suprême du pays.

25 mai 2021, la chaine de télévision Belarus 1 a diffusé les aveux de Protasevich concernant sa responsabilité dans l’organisation d’émeutes à la suite des dernières élections présidentielles. Il risque pour cela une condamnation à 15 ans de prison.

Il n’est pas prouvé à stade – ni d’ailleurs indiqué par aucune chancellerie occidentale – que ce serait la Biélorussie qui aurait provoqué l’atterrissage du vol Athènes-Vilnius.

Immédiatement, l’Union Européenne a fait savoir son exigence de voir libérer son protégé, et de lancer un nouveau processus de sanctions contre la Biélorussie. Chacun pourra constater que cette réaction n’a que peu à voir avec les faits :

  • la responsabilité de la Biélorussie dans l’atterrissage de l’avion n’est à stade pas prouvée et l’UE n’a pas donné suite à la proposition de commission d’enquête formulée par Minsk.
  • surtout, l’Union Européenne, la Grande Bretagne et les USA et leur alliance OTAN n’ont que faire de la protection des journalistes. Ne sont- pas eux qui ont forcé l’atterrissage de l’avion du président Evo Morales pour tenter d’embastiller le lanceur d’alerte Edward Snowden et le remettre ainsi aux USA ? Ne sont-ce pas eux qui embastillent depuis des années le journaliste de wikileaks Julian Assange ? Et ne sont-ce pas eux qui n’ont imposé aucune sanction contre l’Arabie Saoudite qui a fait dissoudre dans une ambassade turque, pays membre de l’OTAN, le journaliste Jamal Kashoggi ? Et ce ne sont là que quelques faits mondialement connus et récents.

Les réseaux sociaux de leur coté n’ont pas manqué de souligner que le profil de Roman Protasevich est assez loin d’un « démocrate défenseur des valeurs de libertés », mais bien plus proche de la mouvance néo nazie, déjà soutenue par l’Union Européenne et les USA lors du putsch d’extrême droite d’euro Maïdan en 2014.

D’après les propres comptes sur les réseaux sociaux de Protasevich, il serait salarié à la radio EURORADIO soutenue par le financement américain de l’USAID depuis le 31 août 2018. Avant de rejoindre la chaine polonaise NEXTA.


On lira ci-dessous une traduction d’un article de Gevor Mirzayant

Minsk s’est emparé de la ressource la plus précieuse de l’opposition

Roman Protasevich n’était pas du tout là où il voulait

Texte: Gevorg Mirzayan, professeur agrégé de l’Université financière

https://vz.ru/world/2021/5/23/1100643.html

L’opposition biélorusse et un certain nombre de pays occidentaux sont indignés – Minsk a arrêté l’un des fondateurs de la chaîne Nexta Telegram, avec l’aide de laquelle les manifestations de l’opposition biélorusse ont été coordonnées. Pour cela, toute une opération spéciale a été déployée avec la participation d’avions de combat. Pourquoi Roman Protasevich est-il précieux pour les services spéciaux biélorusses?

Ces derniers temps, les services spéciaux biélorusses ont fait preuve de prouesses de professionnalisme, même si professionnalisme s’exprime dans une reproduction intelligente des opérations d’autrui. Ainsi, pour commencer, ils ont copié l’opération des agents de sécurité soviétiques «Trust» – ils ont provoqué les opposants de Loukachenko à organiser un coup d’État, documenté les préparatifs, découvert les cellules cachées des putschistes et coffré tout le monde. Maintenant, ils ont montré à leurs voisins ukrainiens une classe de maîtres sur la façon de capturer les bonnes personnes dans un avion volant à travers le territoire du pays (Kiev à l’été 2020 voulait capturer trois douzaines de Russes de cette manière, parmi lesquels se trouvaient des personnes qui combattaient dans le Donbass. ).

Bienvenus chez nous

Le 23 mai, il a été rapporté qu’une bombe avait été posée à bord d’un avion du discounter irlandais Ryanair volant d’Athènes à Vilnius. À ce moment-là, l’avion survolait le territoire de la Biélorussie et, conformément aux instructions standard, a demandé un atterrissage d’urgence. À la demande de l’équipage, l’avion a atterri à l’aéroport de Minsk et, avant d’atterrir, il était accompagné d’un chasseur biélorusse MiG-29.

La décision d’escorter a été prise conformément aux instructions habituelles. Selon le premier commandant adjoint de l’armée de l’air et des forces de défense aérienne Andrei Gurtsevich, «afin d’évaluer la situation et de prendre la bonne décision à l’avenir». Traduit en clair – au cas où l’avion serait détourné par des terroristes et utilisé pour attaquer n’importe quel objet.

Après l’atterrissage à Minsk, aucune bombe n’a été trouvée à bord, mais Roman Protasevich faisait partie des passagers à bord. Ancien rédacteur en chef de la chaîne Nexta Telegram (l’une des principales sources d’information pour les coordinateurs des manifestations en Biélorussie après les élections présidentielles d’août 2020). En novembre 2020, Pan Protasevich a été inscrit sur la liste des terroristes par le KGB biélorusse et mis sur la liste internationale des personnes recherchées. Quant à la chaîne Nexta Telegram, elle était depuis longtemps incluse dans la liste des extrémistes.

En Europe, ils ont été scandalisés par ce qui s’est passé. L’Allemagne et l’Autriche ont demandé une enquête. La Pologne –une nouvelle vague de sanctions. Bruxelles, représentée par le président du Conseil européen Charles Michel, comme à son habitude, “exprime son inquiétude”. La Lituanie (revendiquant le statut de chef de file de la politique de l’UE dans le dossier biélorusse et le principal bénéficiaire de fonds pour soutenir l’opposition locale) a qualifié les actions des autorités biélorusses d ‘«acte scandaleux, derrière lequel se tient le régime biélorusse», et a exigé la libération immédiate de Protasevich.

Les opposants biélorusses y font écho. «Cela confirme une fois de plus que le droit international est violé en Biélorussie, que la vie des citoyens étrangers et biélorusses est en danger», a déclaré Pavel Latushko (également attendu à la maison d’arrêt de Minsk). À son avis, la Biélorussie devrait être punie en fermant le ciel biélorusse au trafic aérien et / ou en refusant les vols de transit à travers son territoire. Et la dirigeante autoproclamée de l’opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaya a exigé d’exclure la Biélorussie de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Tout selon la loi

D’un point de vue formel, les Biélorusses ont agi conformément à la loi. L’équipage a agi conformément aux instructions et, après avoir reçu un message sur la présence d’une bombe, a demandé un atterrissage. Oui, à Vilnius, à en juger par la carte de vol, c’était plus proche, mais pour une raison quelconque, l’équipage a demandé un atterrissage à Minsk. Toutes les questions doivent être adressées à l’équipage (en Russie, ils plaisantent déjà sur le fait que les bien connus Petrov et Boshirov étaient probablement le commandant et le copilote du navire).

Oui, à Novaya Gazeta, se référant à Ryanair, ils ont écrit que l’ordre d’atterrir à Minsk avait été donné par les contrôleurs aériens biélorusses (dans la zone desquels l’avion se trouvait), et le pilote, en fait, n’a fait qu’exécuter leur ordre. Cependant, comme plusieurs pilotes actifs de l’aviation civile l’ont déclaré au journal VZGLYAD, en cas d’urgence, la décision finale, selon les protocoles standard, appartient toujours au commandant du navire. Et s’il voulait atterrir à Vilnius, il aurait mis le cap sur Vilnius.

Ils ont attendu l’avion sur le terrain selon le programme complet dans le cadre des protocoles existants – avec une série d’ambulances, de services spéciaux, de pompiers, de sapeurs, etc. Les passagers ont été emmenés pour une fouille complète, et parmi eux se trouvait un citoyen recherché en Biélorussie. Puisqu’il a quitté la zone extraterritoriale (à savoir l’avion), il s’est retrouvé sur le territoire de la Biélorussie, où des agents de sécurité locaux l’ont placé en garde à vue.

Si les opposants au« petit père » réussissent à prouver que la personne qui a rapporté la tentative d’exploitation minière parlait avec l’accent caractéristique de Loukachenko ou se présentait comme Nikolai Aleksandrovich, alors il sera possible de déclarer qu’il y a eu une provocation des services spéciaux biélorusses. Et sinon, ce ne sont que des conjectures.

Il convient de rappeler que la technologie d’atterrissage forcé d’un avion avec un personnage intéressant à bord a été développée et testée pour la première fois non pas à Minsk ni même à Kiev. En 2013, des agents de renseignement américains ont fait atterrir l’avion du président bolivien de l’époque Evo Morales à Vienne – uniquement en raison du soupçon qu’Edward Snowden était à bord. Dans le même temps, ils ne se sont même pas donné la peine d’inventer une histoire de bombe ou autre – il a été forcé d’atterrir sous la menace de l’usage de la force, avec la fermeture de tous les couloirs aériens. Et personne après cela n’a interdit l’espace aérien de l’Autriche.

Au mieux, les partisans des sanctions peuvent être en mesure de faire pression pour obtenir le refus de certaines compagnies aériennes de traverser le territoire biélorusse, mais cela entraîne de graves pertes pour les opérateurs (ne serait-ce qu’en raison de l’augmentation de la consommation de carburant et du temps de vol). La situation sur le marché de l’aviation n’est déjà pas très bonne (bonjour au coronavirus) et il est peu probable que de nombreuses compagnies décident de faire une telle démarche.

    En conséquence, il s’avère que les conséquences négatives de cette opération pour la Biélorussie sont minimes. Mais l’avantage pour Minsk officiel est colossal.

Premièrement, Roman Protasevich est la source d’information la plus précieuse. En tant qu’ancien rédacteur en chef de Nexta, il peut disposer de données sur les canaux de financement, les personnes impliquées et, surtout, les complicités dans les services biélorusses qui ont divulgué diverses informations utiles. Ainsi, après avoir fait parler Protasevich, les services spéciaux biélorusses mettront au jour tout un réseau d’agents dans leur pays. Deuxièmement, l’opération a été une démonstration des capacités de ces services spéciaux.

Un député biélorusse bien connu, lors d’une conversation avec le journal VZGLYAD, a exprimé l’opinion que les services spéciaux biélorusses et russes méritaient des lauriers pour l’opération. Oui, Minsk a effectué la dernière étape de la capture – mais avant cela, il devait d’une manière ou d’une autre obtenir des informations selon lesquelles Protasevich avait acheté un billet et était monté à bord de l’avion de la compagnie irlandaise. Il est possible que les services spéciaux bélarussiens aient été aidés par leurs collègues russes, qui ont beaucoup plus d’opportunités de suivre les déplacements de certaines personnes à l’étranger.

<https://histoireetsociete.com/2021/05/25/minsk-sest-empare-de-la-ressource-la-plus-precieuse-de-lopposition-lue-et-les-usa-regrettent-leur-neo-nazi/>