“Une fois de plus, l’exemple italien montre la nécessité absolue de mettre à bas l’Union européenne, afin de pouvoir rebâtir une république sociale” Olivier Delorme #Appel29mai

Signataire de l’ 2018, , , s’exprime sur sa page Facebook et appelle à signer cet appel, pour un large

Je suis heureux d’avoir été sollicité par Fadi Kassem pour être l’un des premiers signataires de cet appel dont le PRCF a pris l’initiative.
Une fois de plus, l’exemple italien montre la nécessité absolue de mettre à bas l’, afin de pouvoir rebâtir une république sociale, de rouvrir les choix démocratiques cadenassés par les traités et qui réduisent les élections – comme l’exemple italien vient une fois de plus de l’illustrer – à un choix entre ceux qui sont admis à gouverner parce qu’ils sont partisans de la même politique prédéterminée par les traités.
Détruire l’UE n’est pas un but en soi, mais c’est une condition nécessaire pour reconstruire la démocratie; c’est aussi la condition pour reconstruire, par la culture, l’entente, la coopération (pas par la contrainte, la concurrence du Marche ou crève, les Marchés financiers érigés en arbitres des élections, l’écrasement des peuples qui disent Non, la liberté d’échanger les capitaux pour les faire échapper à l’impôt et des travailleurs pour les réduire en semi-esclavage…), une entente de peuples égaux et souverains, alors que s’établit dans l’UE, au fil des ans, une pyramide des peuples, comme le IIIe Reich était fondé sur une pyramide des prétendues races.
Je ne crois pas aux Plans A, B, ou Oméga ; je ne crois pas que cette Europe soit réformable ou réorientable ; je ne crois pas que l’équation personnelle de tel leader (“Avec moi, ça ne sera pas comme avec Tsipras”, “La France n’est pas la Grèce” et autres balivernes) y change quoi que ce soit.
Je ne crois pas non plus aux agendas cachés : on le fera, mais on ne peut pas le dire, parce que si on le disait on perdrait les élections. On a gagné le référendum de 2005 alors que le rapport de force de départ était éminemment défavorable au Non, parce qu’on a réussi à poser politiquement les enjeux, de manière claire, de la droite à la gauche, parmi ceux qui avaient compris ce qu’impliquait ce traité, et parce qu’en le disant clairement, le peuple s’est massivement saisi du sujet.
Qui veut mener une “Autre politique”dans cette Europe sans avoir préparé la sortie, sans avoir averti le peuple qu’il faudrait en sortir, d’emblée, et sans rien négocier d’autre que les conditions de la sortie – ce qui signifie, si c’est la France qui sort, les conditions de la dissolution -, se fera écraser par la BCE, les Marchés…
Dans ces conditions, il faut appeler et appeler encore au rassemblement – sur le modèle du CNR – de tous ceux qui, de la gauche à ce qui reste de droite démocrate et sociale, sont conscients de cette nécessité.
Je suis fondamentalement un gaulliste social, je n’ai jamais été marxiste ni communiste, j’ai 60 ans et je n’ai plus eu d’engagement partisan depuis l’âge de 22 ans, lorsque j’ai rendu la carte du , que j’avais prise quelques mois plus tôt, après l’appel dit de Cochin, dès qu’il fut acquis que l’appareil et les élus de ce parti n’iraient jamais à la rupture européenne que j’appelais déjà de mes voeux. Aujourd’hui, j’ai signé cet appel… et je vous appelle à le rejoindre.