Ukraine: Noël sous les bombes dans le Donbass, Persécution des communistes

Les enfants du n’ont ils pas eux aussi le droit à Noël?

Dans le Donbass pilonné par l’armée de Kiev sponsorisée par l’ et les USA, cernés par des milices nazies, c’est dans les caves et sous les menaces des obus que des centaines de milliers de gens et leurs enfants vont passer Noël. L’armée de la junte pro a mis en place un blocus contre le Donbass et Kiev refuse de verser salaires, pensions et prestations qui sont dus. Selon l’OSCE, dans ces conditions, si les enfants du Donbass ne sont pas privés d’écoles ces dernières ayant rouvert sous les bombes et alors que les professeurs ne sont plus payés, ces enfants souffrent de malnutrition et nombreux sont ceux qui sont affectés de troubles psychologiques en raison de l’état de siège et des bombardements.

Voila ce que c’est que l’Union Européenne du Capital.

Dans le même temps, l’oligarque Petro Poroschenko – le chef de la junte pro UE/USA – vient de faire adopter une loi réclamant le rapprochement de l’ et de l’OTAN.

Partout en Ukraine, il ne se passe pas un jour sans que la répression et les violences contre les communistes de la part des bandes nazies ou des autorités de Kiev ne s’aggravent.

Plus que jamais, solidarité internationaliste avec les travailleurs d’Ukraine et du Donbass. Le sort de nos libertés, de nos droits se joue là-bas.

No Pasaran !

22 décembre : A Gorlovka, en rentrant de l’école les enfants meurent sous les bombes de la junte pro UE

Девочка-погибшая-в-ГорлDe nouveau un enfant est mort dans le Donbass tué par les bombardements de l’armée de la junte pro UE sur le Donbass. Alors qu’elle revenait de l’école le 22 décembre, Karina Belonog a été tué par un éclat d’obus dans le de Gorlovka et sa mère très grièvement blessée.

Dans le Donbass pilonné par l’armée de Kiev sponsorisée par l’UE et les USA, cerné par des milices nazies, c’est dans les caves et sous la menace des obus que des centaines de milliers de gens et leurs enfants vont passer Noël. Voila ce que c’est que l’Union Européenne du Capital.

A Donetsk, un concert pour les enfants de réfugiés :

concert enfants réfugiés donetskCe 24 décembre, alors que les bombardements de l’armée de la junte des oligarques pro-UE se poursuivent sur le Donbass, malgré tout, les enfants de réfugiés pourront assister à un concert au palais des enfants;

Les communistes de Lugansk et du Donbass en lutte contre le génocide social de Porochenko

Mercredi 17 Décembre 2014

Le Premier secrétaire du Comité régional de Lugansk du Parti Communiste d’Ukraine (KPU), Spyridon Kilinkarov et les communistes des Républiques populaires de Donetsk et Lugansk, organisés dans l’Union des forces de gauche du Donbass (KPDNR et KPU), montent au front pour faire invalider le blocus social décidé par la junte fasciste de Kiev contre les populations du Donbass – article et traduction Nico Maury

Les communistes de Lugansk et du Donbass en lutte contre le génocide social de PorochenkoSpyridon Kilinkarov, Premier secrétaire du Comité régional de Lugansk du Parti Communiste d’Ukraine (KPU), a lancé une procédure judiciaire contre le décret honteux du Président de l’Ukraine Porochenko visant à affamer les populations du Donbass.

Dans un décret Porochenko avait ordonné d’interrompre le service des comptes bancaires des entreprises et des personnes dans la zone de l’opération spéciale à l’Est de l’Ukraine, ainsi qu’arrêter les activités des entreprises d’Etat, des institutions et des organisations dans certaines zones des régions de Donetsk et de Lugansk. Les communistes de Lugansk ont protesté contre le décret du Président.

Selon le leader des communistes de Lugansk, ce décret vise les résidents des régions de Lugansk et de Donetsk, il instaure une discrimination illégale, territoriale qui viole toutes les normes juridiques internationales en vigueur et les normes juridiques ukrainiennes.

Les communistes de Lugansk et du Donbass en lutte contre le génocide social de Porochenko

Tout d’abord ces actions de représailles de la junte fasciste de Kiev visent les retraités qui voient leurs pensions bloquées. Kilinkarov rappelle que le paiement des pensions est un devoir constitutionnel non négociable. Selon la Constitution de l’Ukraine, la cessation d’activité des comptes bancaires ne sont pas inclus dans les pouvoirs du Président.

Le Premier secrétaire du KPU de Lugansk insiste l’illégalité du décret présidentiel.

Les communistes du Donbass mobilisent les habitants contre ce blocus social

C’est au tour de l’Union des forces de gauche du Donbass d’utiliser la voie judiciaire contre le décret de Porochenko. Cette organisation fondée par Boris Litvinov, qui regroupe le KPDNR, les comités locaux du KPU et les forces progressistes dans les Républiques populaires de Lugnask et Donetsk, exprime son “profond ressentiment et de la colère” contre la junte fasciste de Kiev.

Dans un communiqué, l’Union déclare que cette idée n’a pu germer que “dans le cerveau des partisans d’Hitler pour faire naître cette idée nazie : commettre un génocide contre les personnes qui vivent des ressources sociales dans le Donbass.” Ils dénoncent le silence la communauté internationale «démocratique» et la plupart des médias occidentaux.

L’objectif : tuer des milliers de personnes, les personnes âgées, les handicapés, les mères avec leurs enfants pour résoudre leurs problèmes politiques, et mettre genoux les récalcitrants “séparatistes et terroristes”.

“Nul n’a le droit de priver les gens de leurs pensions légales, même si leurs opinions sont différentes de ceux qui soutiennent le retour des nazis au pouvoir et de leurs mécènes oligarques.” Les communistes du Donbass appellent les habitants à défendre “LEURS DROITS” devant les cours de justice, devant la Cour européenne des droits de l’homme et les tribunaux ukrainiens.

Par conséquent, l’Union des forces de gauche du Donbass prépare une action judiciaire auprès de la Caisse des retraites de l’Ukraine pour défendre leurs droits.

Le procès politique contre Sergey Tkachenko, Premier secrétaire du Comité de ville du Parti communiste (KPU) de Dniepropetrovsk (député au Conseil municipal), et contre Denis Timofeev, Deuxième secrétaire du Comité de district de Bagleyskiy (Dniepropetrovsk) du Parti communiste (lui aussi élu municipal) continue – article et traduction Nico Maury

Pendant ce temps là, à Dniepropetrovsk, se tient un procès politique contre les communistes Sergey Tkachenko et Denis Timofeev

L’accusation contre Tkachenko et Timofeeva tien a peine debout, ils sont accusé par le SBU de comploter contre l’Etat, contre la Constitution et de fournir des armes aux séparatistes du Donbass, bref pour “séparatisme et soutien au terrorisme”. Des prétextes ridicules et frivoles contre Sergey Tkachenko et Denis Timofeev avait été avancé contre eux. Rappelons qu’ils avaient été arrêté alors qu’ils étaient candidats pour les législatives.

La Défense est intervenue pour démontrer que les accusations ont été fabriqué par le SBU et que la manipulation est flagrante, le SBU a fabriqué de toute pièce une affaire criminelle contre les dirigeants du KPU de Dniepropetrovsk.

Un parachute, une balalaïka, une bouteille de vodka et un ours en peluche

Dans une perquisition chez Sergey Tkachenko, le SBU déclare avoir retrouvé une grenade dans une poubelle et 11 copies du journal “Nouvelle Russie”. Chez Denis Timofeev, le SBU déclare avoir trouvé une grenade, de la TNT et 9 copies du même journal.

Une accusation ridicule car, selon la défense, les communistes n’auraient jamais caché dans leurs foyers, là ou vivent leurs familles et leurs jeunes enfants, des armes et des explosifs, les exposants ainsi à un grand danger. Pour compléter se moquer du SBU et de ses accusations, la défense a annoncé avoir trouvé un parachute, une balalaïka, une bouteille de vodka et, bien sûr, un ours en peluche sur un meuble. Selon la défense se sont des preuves qui montrent que les deux communistes sont des agents du GRU ou du KGB.

Les accusations du SBU sont tombées à l’eau …

Des Néo-nazis attaquent le quartier général du parti communiste à Kiev

KPULa nuit du 10 décembre, un groupe de 20 jeunes néonazis masqués sous des cagoules et armés de barres de fer, de marteaux et de matraques ont attaqué les bureaux du district communiste parti Comité d’Ukraine dans le district de Shevchenko à Kiev. À la suite de l’attaque, un membre du parti a été blessé et a dû recevoir des soins médicaux et le siège a été détruit.

L’attaque a eu lieu le même jour, où les  jeunes communistes et les organisations de vétérans ont participé à une manifestation  devant la mairie de Kiev contre la suppression des prestations sociales pour les anciens combattants, les étudiants et les autres groupes sociaux vulnérables. La manifestation a rassemblé plus de 150 personnes.

Ce  n’est pas la première fois que les bandes fascistes attaquent le siège du Comité du parti communiste à Kiev, qui a été déjà dévasté en avril dernier. Depuis la victoire du mouvement Euromaidan en février dernier, la campagne d’attaques par des bandes  fascistes, agissant en toute impunité, contre les sièges du parti communiste, contre toute manifestation ou  protestation et contre les activistes s’est développé partout dans le pays.

Pour sa part, l’État a entrepris une procédure pour interdire  la KPU avec une affaire qui est instruite par le ministère de la Justice, qui, pour l’instant, est encore en cours d’étude par le Tribunal de District de Kiev. L’ accord de la nouvelle  coalition gouvernement inclut un point qui porte « la condamnation du régime communiste totalitaire. » et l’interdiction de la propagande communiste, anti-Nazie et anti-ucraniana sous quelque forme que ce soit. L’ Élimination complète du communisme dans toutes les sphères de la vie publique ».

Les attaquants , ont  publié fièrement   cette vidéo de l’attaque

http://youtu.be/I2zvWhf5DCk

Les jeunes du Parti communiste ont répondu à l’attaque avec cette déclaration

« 10 décembre 2014, à 18:00 une attaque brutale a été menée  sur le comité  du district Shevchenko du  parti communiste de l’Ukraine. Une vingtaine de jeunes gens masqués, armé de barres de fer, marteaux et bâtons ont fait irruption dans le Comité de District et  ont blessé une personne, qui a dû être hospitalisé en raison des coups reçus sur le visage et les mains, exigeant des points. Le matériel du parti communiste, ordinateurs, bureau fournitures et mobilier, a été brutalement détruite.

Le même jour, les communistes, les Konsomol Kiev et les organisations d’anciens combattants de la ville avaient bloqué l’administration municipale de la ville contre la suppression des prestations sociales pour les étudiants et autres secteurs défavorisés de la société. Le même jour, le « Seigneur » Klitschko (le maire boxeur de Kiev;ndlt) et sa troupe, devaient écouter la vérité sur eux-mêmes et sur leurs actions directement de la part de classe ouvrière. L’attaque a eu lieu  quelques heures après que nous ayons manifesté, en Ukraine, déjà nous ne croyons plus qu’il y ait des coïncidences.

L’Ukraine a mis en place un régime fasciste, mafieux et  oligarchique qui croit qu’il ne suffit pas que la civile règne  dans le pays et qui a déclaré une ouverte contre  la classe ouvrière et le parti communiste en tant que représentant de ses intérêts en Ukraine. Après plusieurs tentatives d’interdire le KPU et d’expulser des députés communistes du Parlement, les autorités ukrainiennes ont opté pour l’extermination physique des communistes, membres de la jeunesse communiste et autres esprits sensés dans le pays.

Réveillez-vous, Ukraine !

Comme Ernest Hemingway l’a dit, le « fascisme est un mensonge dit par des voyous ».

traduit pour Histoireetsociete 

http://slavyangrad.es/2014/12/13/neo-nazis-atacan-la-sede-del-partido-comunista-en-kiev/