#RomanProtassevitch un combattant néonazi du bataillon #Azov arborant l’insigne de la division SS Das Reich ? #Bielorussie

Il est présenté par les chancelleries occidentales comme un défenseur de la « liberté » et de la « démocratie » le Roman Protassevitch arrêté dans le cadre d’une enquête pour terrorisme et provocation à l’émeute par la police à Minsk. Ce qui est certain c’est que l’homme n’est en rien un militant ou un journaliste indépendant, mais est un activiste pro-occidental. Présenté comme un journaliste de la chaine de télévision Nexta établie en Union Européenne pour attaquer le gouvernement biélorusse, il a en effet été recruté et formé par Radio liberty, l’un des médias de propagande de Washington, directement hérité de la guerre froide et de ses officines de propagande et d’espionnage. Loin d’être indépendant, il a ainsi été financé par une bourse Vaclav Havel de Radio Free Europe, programme subversif de propagande euroatlantique contre la Russie.
Comme nous avons été parmi les premiers à le rapporter, le profil particulièrement trouble du jeune activiste fait question. La question posée de plus en plus fort par les réseaux sociaux, mais censurée par les médias officiels du régime Macron et des milliardaires, est également de savoir si Roman Protassevitch est un combattant néonazi. Car des informations très inquiétantes faisant état de son implication, les armes à la main en Ukraine, dans le bataillon Azov ouvertement néo nazi – de sinistre connaissance dans le Donbass – y circulent largement, photos et déclarations d’Azov à l’appui. Pour mémoire aux Français le logo de Azov est une copie inversé du logo de la 2eme division SS Das reich qui est passé par Tulle et Oradour !!!

L’enquête d’IC et la revue de presse de deux articles très documentés.

D’Oradour-sur-Glane à Roman Protassevitch ?

Les éléments que nous avons pu lire sur les réseaux sociaux sont particulièrement inquiétants : L’homme serait membre des réseaux d’extrême droite du Young Front, à l’été 2014 il serait parti en Ukraine pour combattre contre le Donbass. Il y aurait rencontré l’un des leaders de l' »alliance nationale » d’extrême droite et participant actif de l’euro Maïdan ‘igor Guz. C’est dans ce cadre qu’il apparaîtrait une photo de Protassevitch au pied d’une statue de Lénine venant d’être abattue. Il aurait ensuite rejoint le bataillon Azov, où il aurait suivi une formation spéciale aux combats d’infanterie, mais également au sabotage et au travail subversif. En 2015 il y aurait accédé au grade de commandant adjoint des communications de la 2e compagnie d’assaut de choc ; sa participation au recueil de financements polonais et américain pour les besoins d’Azov est parfois évoquée.

La BBC confirme sa présence au coté d’Azov – comme photographe (https://www.bbc.com/news/world-europe-57239521), et Protassevitch confirme lui même sa présence lors de émeutes de Maïdan à Kiev, tout en minimisant sa participation (https://youtu.be/jrOxsjdeccw?t=2770).

         Plusieurs informations tendent ainsi à confirmer que Roman Protasevich a bien fait partie du bataillon néonazi Azov.

Tout d’abord c’est le fondateur et commandant du bataillon Azov, ANDRIY BILETSKY, comme confirmé sur son blog[1] du journal Ukrayinska Pravda le 26 mai 2021 : « Oui, Roman, avec Azov et d’autres unités militaires, s’est battu contre l’occupation de l’Ukraine. Il était avec nous près de Shyrokyne (oblast de Donetsk), où il a été blessé. Mais son arme en tant que journaliste n’était pas une mitrailleuse, mais des mots ».

Diverses photos du bataillon Azov[2] semblent confirmer la présence de Roman au sein du bataillon Azov mais pas en tant que simple journaliste. Une de photos le 3 Janvier 2015 prise à Kiev lors du départ « des volontaires du bataillon Azov pour défendre la patrie » on le voit vêtu d’un manteau arborant les insignes du bataillon Azov et « chanter en chœur » la main sur la poitrine[3] étrange pour un simple journaliste.

Une autre de photos et vidéos [4] datant du 13 juin 2015 lors de la fête de la victoire de l’invasion de Marioupol où l’on voit Roman habillé en militaire, gilet par balle et mitrailleuse à la main.

Son équipement militaire correspond à la couverture[5], du n°15 du 3 Juillet 2015, du mensuel Soleil noir édité par le bataillon Azov. La ressemblance physique correspond avec l’équipement porté par Roman lors du défilé à Marioupol (Lunette jaune, cache coup noir)

Le 18 septembre 2015 un Biélorusse, se faisant appeler « Kim », combattant pour le bataillon Azov donne un interview pour le journal biélorusse Nacha Niva [6]. Il fait partie du détachement Pahonie (c’est un symbole historique du grand-duché de Lituanie notamment à l’époque où il incluait la Biélorussie !!). Plusieurs indices laissent à penser que la personne interviewée est Roman Protasevich tout d’abord il dit avoir été blessé près de Shyrokyne le 22 Mars 2015 ce qui correspond aux dires de ANDRIY BILETSKY (même si l’age indiqué lors de l’interview ne correspond pas 22 ans alors que Roman est né en 1995 et aurait donc 20 ans). Et il y aurait apparemment environ 40 Biélorusses au sein du bataillon Azov

L’Union Européenne, et avec elle Emmanuel Macron soutiennent ouvertement un combattant nazi ?

Cela fait beaucoup, et il serait bon de savoir si l’Union Européenne, et avec elle Emmanuel Macron, soutiennent ouvertement un combattant nazi. RFI, la voie médiatique officielle du pour les questions internationales s’inquiète d’ailleurs de ce que l’on accuse l’Europe de défendre l’indéfendable riposte en euphémisant (lire ici) arguant de « photos ambiguës » et de la soi-disant absence d’images le montrant « sur le terrain, portant les armes ». Chacun jugera si des images armes à la main au sein des défilés militaires du bataillon Azov sont « ambiguës » pour un se prétendant journaliste.

Il y a donc urgence à faire la lumière sur qui est Roman Protassevitch : de fait, la campagne actuellement à l’œuvre contre la Biélorussie dont le tort principal n’est pas la question éventuelle des droits de l’homme -Bruxelles et Washington n’ont pris aucune sanctions ni contre Tel Aviv, ni contre Bogota, ni contre Ryad pour ne citer que ces exemples – serait alors éclairée sous un jour particulièrement cru. Dont les sombres reflets ne seraient pas sans rappeler les réseaux Gehlen, utilisés dans le cadre de la guerre froide contre l’Union Soviétique par les États-Unis en exploitant des nazis et des collaborateurs du IIIe Reich pour qui douteraient que Washington, son OTAN et son Union Européenne ne soient pas capables de telles ignominies.


Revue des réseaux sociaux

Azov un bataillon néonazi tourné contre le Donbass dont ferait parti Roman Protasevitch

Revue de Presse : Roman Protassevitch un néo nazi ?

1 – la synthèse très documentée des confrères de les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/l-activiste-bielorusse-roman-protassevitch-aurait-bien-accompagne-la-milice-neonazie-azov-en-ukraine-en-2014/

20210528-LesCrises Bielorussie roman prostasevitch

2 – les informations des journalistes francophones basés aux Donbass de Donbass Insider
Biélorussie – Les médias occidentaux, et même Bellingcat, échouent à sauver la réputation du soldat néo-nazi Protassevitch

Biélorussie – Les médias occidentaux, et même Bellingcat, échouent à sauver la réputation du soldat néo-nazi Protassevitch – AgoraVox le média citoyen