Réflexion à propos de la crise traversée par l’UPR, par la Commission des relations politiques du PRCF.

De notoriété publique, l’Union populaire républicaine traverse une tempête politique interne.

Publiquement, un nombre significatif de cadres de ce parti porte de graves accusations contre le Président-fondateur du parti et ancien candidat à l’élection présidentielle, M. François Asselineau. Il revient bien entendu aux seuls adhérents de l’UPR, convoqués prochainement en congrès extraordinaire, de résoudre les questions posées au mouvement et bien évidemment, le PRCF ne s’ingérera pas dans les questions de droit et de personnes qu’auront alors à traiter les militants de l’UPR en leur âme et conscience.

affiche du PRCF

Engagé de manière pionnière dans la lutte pour un Frexit progressiste, depuis sa création en 2004, le PRCF ne peut pour autant rester indifférent aux effets politiques que ne peut manquer de comporter la crise existentielle que subissent les militants de base de l’UPR, en particulier les jeunes qui pensaient être efficaces contre l’UE en dans ce parti. 

C’est pourquoi nous rappelons ici les points qui nous distinguent de l’UPR :

a)  Nous ne séparons pas la lutte pour l’indépendance nationale de sa dimension intrinsèquement anticapitaliste, anti-impérialiste et antifasciste.

Quasiment toute l’oligarchie hexagonale, CAC 40 en tête, est fanatiquement engagée dans la funeste construction euro-atlantique et dans la promesse de mondialisation des profits qu’elle comporte. Dans ces conditions, seul le monde du travail, et tout particulièrement la classe des travailleurs salariés, est socialement et politiquement à même de conduire à son terme la lutte pour un Frexit digne de ce nom, lequel ne peut mener qu’à un affrontement de classes majeur entre le peuple travailleur et l’oligarchie capitaliste. Or, une telle confrontation poserait objectivement la question du socialisme pour notre pays tout en stimulant les luttes anticapitalistes à l’échelle du continent…

C’est pourquoi la lutte pour l’indépendance nationale a besoin de la reconstruction d’un vrai parti communiste et d’un fort ancrage dans le combat social et dans le syndicalisme de classe. Une question que l’UPR est structurellement hors d’état de se poser.

b) Il est hors de question, sous couvert de patriotisme, de faire alliance, fût-ce de loin, avec des forces fascisantes et xénophobes et de s’afficher aux côtés des Dupont-Aignan, Philippot, Poisson et autres satellites de la galaxie lepéniste comme l’a fait M. Asselineau en organisant avec eux une étonnante “soirée Brexit”. Tendre la main, si peu que ce soit, à des xénophobes, c’est trahir l’esprit antifasciste et antiraciste du CNR et c’est aussi discréditer la belle idée de l’émancipation nationale auprès des vrais républicains. C’est aussi salir notre pays à l’échelle internationale.

c) Contrairement à ce que croit M. Asselineau, l’union pour un nouveau CNR ne peut pas se faire derrière un seul parti et derrière un seul homme. C’est pourquoi le PRCF promeut une initiative unitaire et plurielle à l’approche du 15eme anniversaire du Non français à la constitution européenne. Nous appelons tous les patriotes antifascistes, tous les syndicalistes de lutte, tous ceux qui ne confondent pas l’Internationale avec l’Europe supranationale et avec la mondialisation capitaliste, à signer cet appel

Communistes héritiers de l’œuvre sans égale d’Ambroise Croizat, patriotes attachés à l’esprit du 18 juin 1940, socialistes fidèles à l’engagement anti-impérialiste de Jaurès, syndicalistes conscients de la radicale nocivité de l’UE du capital, démocrates qui refusez le totalitarisme insidieux des traités néolibéraux européens, écologistes qui comprenez combien les traités -échangistes transatlantiques sont ravageurs pour la planète, Gilets jaunes qui rêvez de justice sociale et de directe, féministes qui constatez que l’UE orchestre la régression des droits sociaux des femmes à l’échelle continentale, il vous revient de faire émerger ensemble, dans la fidélité aux valeurs du CNR historique, mais en affrontant audacieusement et au pluriel les problématiques vitales de notre époque, une toute novatrice CONVERGENCE NATIONALE DES RÉSISTANCES.

Personne ne sera de trop, avec son vécu militant propre, dans ce combat vital pour déconfiner l’avenir.

6 Commentaires de lecteur “Réflexion à propos de la crise traversée par l’UPR, par la Commission des relations politiques du PRCF.