Portugal : Avril c’est une politique affirmant “la souveraineté du Portugal” rejetant “l’ingérence et les diktats de l’Union européenne.”

Le 25 1974, le Mouvement des forces armées MFA, appuyé sur la mobilisation populaire renversait la dictature fasciste portugaise.

C’était le début d’un processus révolutionnaire, dans lequel nos camarades du jouèrent un rôle éminent.

25 de abril siempre !

IC publie en ce jour anniversaire, le discours prononcé au parlement par le secrétaire général du .

“Avril appartient au peuple – c’est sa force qui l’a construit, c’est sa force qui le consolidera” – PCP

http://www.pcp.pt/abril-pertence-ao-povo-foi-sua-forca-que-construiu-sera-sua-forca-que-consolidara

Monsieur le Président de la République,Monsieur le Président de l’Assemblée de la République,Monsieur le Premier ministre,Présidents de la Cour suprême de justice, de la Cour constitutionnelle et d’autres juridictions supérieures,Capitaines d’avril,Mesdames et Messieurs,

Nous célébrons aujourd’hui le 45e anniversaire de la révolution d’avril – un moment unique dans l’histoire de notre pays et d’une profonde signification pour ce qu’il a renversé et pour ce qu’il a construit.Et si nous nous souvenons de l’alliance People / MFA, si nous saluons l’armée d’avril et le soulèvement populaire qui a suivi son action le matin du 25 avril 1974, nous n’oublions pas, nous n’oublions pas non plus les années sombres de la dictature fasciste. Parce que le fascisme existait. Il a semé la pauvreté, la famine, la pauvreté, l’analphabétisme et la maladie. Il imposait le travail des enfants. Il soumettait les femmes. C’était le pouvoir d’une demi-douzaine de familles multi-millionaires. Cela a provoqué la corruption politique de l’État. Censuré et oppression. Il a pourchassé et arrêté des opposants antifascistes. Il a construit le camp de concentration de Tarrafal – camp de la mort lente. Il a torturé. Et il a tué.Et c’est avril, avec son action libératrice, qui a mis fin à cette période de terreur, qui a apporté une période d’espoir et de force pour se transformer.N’oublions pas cela, car nous n’avons pas oublié le rôle du PCP, de générations de communistes, d’autres démocrates et d’antifascistes résistants qui, de manière ferme, courageuse et désintéressée, ont fait face à la dictature fasciste et, même dans la clandestinité, même sous le coup de la censure, la répression et la torture, se sont battus pour le renverser, payant souvent avec leur propre vie.Beaucoup n’ont pas vécu jusqu’au 25 avril. Mais tous étaient indispensables à la réalisation du mois d’avril.

Parce qu’avril n’est pas un jour – c’est des dizaines d’années d’un chemin creusé et construit pas à pas par ceux qui ont toujours cru que le n’était pas condamné à vivre bâillonné, ni son peuple à vivre écrasé et opprimé par les fers de la dictature fasciste.

Avril a apporté la liberté – la parole où la liberté d’opinion s’inscrit sans aucune censure.

Les droits fondamentaux sont inscrits dans notre Constitution, qui, issue de la révolution d’avril, traduit dans son texte les souhaits et les aspirations d’un peuple désireux d’être libre. Et qui a osé se battre pour cela.
Avril c’est la liberté d’expression, de manifestation, d’organisation politique et syndicale. C’est la liberté de la presse. C’est les élections libres et les droits de vote. C’est la fin de la guerre coloniale.

Avril c’est le gain du salaire minimum national, de l’allocation de Noël, des vacances et des congés payés. C’est le droit de travailler et de travailler avec les droits, la négociation collective, l’interdiction des licenciements sans justification des causes, l’égalité de rémunération, le droit de grève.

C’est le droit de chacun à la santé, à l’éducation, à la protection sociale et à la sécurité sociale; A la Culture, au savoir, au sport et au logement.
C’est le droit à la retraite, à la protection en matière de maternité et de paternité; C’est la protection de l’enfance et des droits de la jeunesse.
C’est le pouvoir local démocratique et la régionalisation. C’est l’accès aux services publics et aux biens fondamentaux.

C’est la défense de la paix, de la souveraineté et de l’indépendance nationale .

C’est de tout cela (et bien plus encore) que nous parlons, quand nous parlons de ce que le 25 avril signifiait pour le peuple portugais.Et c’est aussi une grande partie de ce qui a été conquis et détruit par la responsabilité des gouvernements successifs, qui remet en question les réalisations d’avril et l’accomplissement de ce qui est inscrit dans la Constitution de la République portugaise.

Monsieur le Président, messieurs les députés

Comme par le passé lorsque la lutte était essentielle pour vaincre le fascisme.aujourd’hui encore, la lutte est indispensable pour faire avancer les droits et garantir le progrès et la justice sociale.
Dans un pays frappé par plus de quatre décennies de politique de droite, particulièrement brutale au cours de la période politique du PEC et du pacte d’agression, il reste beaucoup à faire pour contrecarrer les plans de ceux qui, des groupes économiques et du PSD / CDS, cherchent à perpétuer la politique de réduction des droits, d’aggravation de l’exploitation et d’appauvrissement.

Il était nécessaire de se battre plus, mais avec la lutte des travailleurs et l’action décisive du PCP, cet objectif immédiat a été atteint, ce qui se traduit maintenant clairement par la récupération des droits et des revenus et par les nombreuses mesures qui ont permis, entre autres, dans cette nouvelle phase de la vie politique nationale des augmentations de salaire, pour garantir des augmentations extraordinaires des pensions, pour augmenter les allocations familiales et autres avantages sociaux, pour garantir la gratuité des manuels jusqu’à la 12e année, pour réduire le fardeau fiscal des travailleurs, pour améliorer l’accès à la retraite les travailleurs ayant de longues carrières ou des professions pénibles dans les carrières et les mines.

Toutes les mesures prises sont certes de petits pas compte tenu de l’ampleur des problèmes de la population et du pays, mais ce sont des étapes à valoriser pour ce qu’elles signifient dans la vie du peuple portugais, car elles montrent qu’il vaut la peine de se battre et confirme que ce qu’il faut faire, c’est continuer.

Il est nécessaire d’aller plus loin et de s’orienter résolument vers une véritable politique alternative, attachée aux valeurs d’avril, pour répondre aux problèmes structurels qui touchent la population et le pays et ne pas revenir en arrière.

Une politique de défense et de respect des droits des travailleurs (condition préalable au développement et au progrès d’un pays), créant des emplois avec des droits, augmentant les salaires et les retraites, renforçant la protection sociale.

Une politique de lutte contre la précarité, le chômage, les inégalités sociales et une répartition meilleure et plus équitable de la richesse.

Une politique qui défend les droits sociaux des peuples en renforçant et investissant dans les fonctions sociales de l’État – un service national de santé, universel et gratuit; une école publique gratuite de qualité; une sécurité sociale publique, universelle et solidaire; un service public de la culture.

Une politique de défense et d’investissement dans la production nationale et la relance de secteurs stratégiques pour notre économie; libérer l’économie portugaise de ses dépendances structurelles et de la domination des groupes monopolistiques.

Une politique affirmant la souveraineté du Portugal et son droit au développement, rejetant l’ingérence et les diktats de l’.
Une politique qui défend le droit des peuples à l’autodétermination et à la souveraineté et qui oppose au militarisme un projet de coopération internationale pour la paix et le désarmement.

La révolution d’avril est la preuve vivante que cela vaut la peine de se battre, que la force d’un peuple fait échec à la fatalité.

Il y a beaucoup de moments, au cours de ces 45 années, qui démontrent bien que c’est par le combat que nous allons et qu’il est nécessaire d’avancer.

Que la lutte des travailleurs et du peuple est essentielle à la transformation sociale.

Parce qu’April appartient au peuple – c’est votre force qui l’a construite, ce sera votre force qui la consolidera.C’est avec les valeurs d’avril que l’avenir du Portugal sera construit: un pays plus libre, plus démocratique, plus développé, plus juste et plus solidaire .

Parce que nous ne renoncerons pas à rêver, ni ne lutter pour “transformer le rêve en vie”.

Parce que, comme disait le poète, “les portes qu’April a ouvertes, personne ne les ferme jamais!”

Vive Avril !

Traduction JBC du portugais pour www.initiative-communiste.fr