Plan A , Plan B … : Pour s’en sortir, il faut sortir de l’UE et de l’Euro !

Pierre-Laurent_1er_mai_2014 pins UELe fait est que l’alignement de Tsipras et Syriza derrière l’austérité européenne au nom de la priorité affichée par le PGE de ne pas sortir de l’Euro et de rester à tout prix au sein de cette prison des peuples ouvre les yeux de nombre de militants à gauche. Car les faits – et ils sont particulièrement cruels pour un peuple grec qui vient pourtant de voter NON à 61% au memorandum mis en place par SYRIZA, memorandum dont P Laurent président du Parti de la Gauche Européenne se félicite en déclarant que la Grèce ” a marqué des points”, les faits donnent raison au : il n’est aucune alternative démocratique, populaire, internationaliste possible sans briser les chaines de l’Union Européenne (UE), sans sortir de l’euro. C’est, soit dit en passant à l’adresse de ceux qui opposent sortie de l’UE et révolution socialiste immédiate, la condition élémentaire pour que puisse reprendre la lutte pour le socialisme puisque l’UE, qui s’autodéfinit comme une « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée », PROHIBE l’économie socialiste de manière parfaitement totalitaire.

juncker UE dictature europeCeux qui depuis des années prétendent mobiliser le peuple en appelant à la “réforme de l’UE” pour créer une sociale (sans se préoccuper le moins du monde de ce que leurs appels demeurent inaudibles auprès des travailleurs lesquels boudent massivement les urnes alors même qu’ils avaient voté massivement NON en 2005…), ceux qui prétendent que ‘l’euro protège”  sont désormais obligés de faire face à un débat qu’il n’est plus possible d’éluder, même s’il est totalement censuré par les médias du capital.

Pour une alternative politique, briser les chaînes de l’Union Européenne

mélenchon ueDans une récente note de son blog, Jean-Luc Mélenchon produit un long discours quant à l’articulation d’un plan A et d’un dans la stratégie du Parti de Gauche.

On ne manquera pas d’observer que plan A, plan B (et pourquoi pas C ou même D ?) sont assez loin du parlr cru et dru revendiqué par celui qui à gauche est l’un des rares à disposer d’un accès aux grands médias.

Surtout, on ne peut que s’interroger sur la façon dont nos concitoyens pourraient considérer comme crédible ce type de stratégie prévoyant de “négocier” et de “réformer l’UE” en priorité, alors que l’écrasement de la Grèce de Tsipras vient de démontrer que rester dans l’euro c’est se livrer pieds et poing liés à la violence des marchés capitalistes armés de l’UE et de l’euro qui sont leurs armes d’exploitation massive, c’est s’interdire de fait toute possibilité de changement du système, s’interdire toute alternative politique de gauche et accepter tacitement, comme le fait honteusement Hollande après Sarkozy, la tutelle politique sur tout le continent de l’impérialisme allemand en phase de grande revanche historique.

monique pinçon charlotDe fait, les proclamations du type “J’aime l’Europe sociale” et “il faut réformer l’euro” sont totalement incohérentes avec la réalité factuelle de ce qu’est l’UE, de ce qu’est l’euro. Nos concitoyens, travaillant dans l’industrie, dans les services publics, dans l’agriculture et les millions de ceux qui sont privés de travail et qui constatent dans leur quotidien les ravages de cette arme d’exploitation massive qu’est l’euro, tous ceux qui souffrent du joug de cette dictature implacable du capital qu’est l’Union Européenne ont un besoin urgent au contraire de pouvoir rejoindre et construire un Front populaire, progressiste et patriotique, pour faire réellement ! Personne ne peut soutenir un mouvement politique dont le programme serait totalement conditionné à l’autorisation d’institutions dont on sait d’expérience qu’elles refuseront l’application du moindre paragraphe atténuant leur dictature et qui sont bâties pour échapper totalement à la souveraineté populaire et à ses moyens de résistance ! Proposer une perspective permettant de réaliser concrètement les changements politiques, c’est construire une large mobilisation populaire apte à remettre le camp des travailleurs à l’offensive !.

plan A plan B sortie de l'UE europe PRCFIl est donc temps plutôt que de continuer à se laisser écraser par le panzer patronal de l’, en espérant pouvoir négocier avec son pilote totalement sourd, de résister, d’oser affirmer haut et fort que la dictature de l’oligarchie capitaliste, ça suffit. Il est plus urgent que jamais, alors que le mouvement social malgré des mobilisations populaires exemplaires répétées va de reculs en reculs, que la question de la sortie de l’euro et de l’UE soit posée sérieusement, pour stopper la spirale menant la classe des travailleurs d’échecs en défaites.

Notre plan A, notre plan B et notre plan Z, c’est de faire place au peuple, en brisant les chaines de cette qu’est l’Union Européenne et en mettant en place solidairement, à travers une large discussion dans tout le pays, un programme révolutionnaire axé sur l’indépendance nationale, le progrès social, la coopération internationale, la nationalisation des secteurs-clés de l’économie et la relance planifiée du « produire en France ». Tous ensemble, faisons FRONT, pour la démocratie, la paix, le progrès social et la solidarité internationaliste, pour la sortie de l’UE, de l’euro, de l’OTAN et du capitalisme !

JBC pour www.initiative-communiste.fr

A lire également :

Tract du PRCF adressés aux participants des Rémue-Méninges à Toulouse

trat rm 2015

 

5 Commentaires de lecteur “Plan A , Plan B … : Pour s’en sortir, il faut sortir de l’UE et de l’Euro !