L’Islande tourne le dos à la crise en tournant le dos à l’UE et à l’Euro, la Grèce risque d’y rester en y restant !

Point de salut hors de l’ (UE) et de l’ bêlent en boucle et en chœur les médiacrates. Point de salut sans sauver les banques sans conditions et en faisant payer au travailleurs la crise du Capitalisme, point de salut sans liberté totale des capitaux clame la commission européenne et les patrons… Et l’UE, le MEDEF, le Parti Maastrichien Unique (PS, UMP-Ripoublicains, EELV, UDI et Cie) de nous serrer la ceinture à nous les travailleurs. De forcer tous les peuples d’europe à l’ austérité, à payer pour les banques et d’accélérer les libéralisations privatisations.

BRISONS-LES-CHAINES-DE-L-UNION-EUROPEENNE200Ah bon?  vraiment ? c’est vrai qu’en restant dans l’UE et l’euro, il n’y a pas d’alternative, pas d’alternative de gauche.

Mais comme dirait le sinistre apathie, “mais que font nos voisins ?”. Et bien comparons la situation de deux pays, l’un resté dans l’UE et l’euro – la Grèce – , l’autre qui a fait le choix de refuser de rentrer dans ce carcan totalitaire et de suivre les décisions de son peuple.

Le gouvernement islandais – à la grande colère des européens – a refusé de renflouer ses banques, refusant de s’endetter pour les sauver de la faillite. Et mis en place des mesures de contrôles des capitaux.

La (UE FMI Banque centrale européenne) a contraint la Grèce à une blitzkrieg d’austérité.
Résultat, l’Islande – disposant de sa souveraineté monétaire – a retrouvé la et se prépare à remonter ses taux d’intérêt alors que son économie accélère. Mais conservera une taxe de 39% sur les fonds qui quitteraient le pays. Une disposition impossible à prendre pour combattre les spéculateurs en restant dans la zone euro
Alors que la Grèce s’enfonce dans la récession. Alors que le peuple grec est totalement rackettée par les marchés financiers les mains liées dans le dos par l’Union Européenne et l’euro !

croissance islande grèce

Evolution comparée du taux de croissance du PIB de la Grèce et de l’Islande

Vue sur la page facebook communiste pour la sortie de l'UE

Vue sur la page facebook communiste pour la sortie de l’UE

Mais il paraît selon certain – tel Pierre Laurent dirigeant du Parti de la Gauche Européenne (pcf) – qu’il ne faut pas sortir de “l’euro qui nous protège“. Il est vrai que l’UE subventionne le PGE…

Pendant ce temps, chaque travailleurs peut constater comment le gouvernement grec légitime, élu par les travailleurs pour mettre fin à l’austérité et conduire une politique au service des classes populaire, en est réduit  en moins de six mois à essayer dans des négociations terribles d’avoir le droit de supprimer des virgules des mémorandums austéritaires rédigés par la troika. Mais l’UE exige que la Grèce baisse les pensions de retraites et augmente la TVA, prenant un plaisir sadique à humilier le gouvernement syriza pour mieux faire les poches des travailleurs grecs… c’est cela l’UE, c’est cela l’euro et l’europe sociale !
Pour s’en sortir, il faut en sortir. Tous ensemble brisons les chaînes de l’Union Européenne. Rejoignez le PRCF dans la lutte !

JBC pour www.initiative-communiste.fr – @PRCF

3 Commentaires de lecteur “L’Islande tourne le dos à la crise en tournant le dos à l’UE et à l’Euro, la Grèce risque d’y rester en y restant !

  1. alain harrison
    30 juin 2015 at 05:43

    Bonjour.

    La pluspart des pays, lors de la crise, avaient au pouvoir les hommes de main du néo-libéralisme, et nombreux sont encore en poste (hollande France, couillard_amateur de la guillotine_Québec…..il y en a partout dans le monde), soignent et nourissent la finance, et bien sûr la leur.

    L’Islande, les citoyens ont fait la différence.
    En Grèce, l’histoire récente (le siècle dernier) a profondément marqué la population….
    L’Italie, un cas dès plus intéressant, son histoire marqué par les infiltrations mafieuses dans toutes les sphères du pays jusqu’à l’église, sans parler de Naple-mafia et pollution de l’environnement, et tout ça une gracieuseté de la CIA. La CIA après le deuxième guerre a réparti en trois groupes localisés géographiquement le contrôle de la drogue: l’un, la mafia italienne-sicilienne. Le peuple italien, n’est pas sorti du bois.

    Avec la saga de Syriza, le bras de fer nous permet de bien voir le visage de l’UE.

    Un momentum qui peut permettre à des millions de citoyens de prendre conscience de ce qu’est, en réalité, cette UE.

    Podemos peut en prendre bien des leçons et des enseignements, comme la gauche française, de même que les communistes.
    La gauche et les communistes qu’ont-ils à offrir: des demis-mesures…….
    des politiques d’équilibrages……sont la marque du néo-libéralisme.
    Mais, il faut en prendre la juste mesure qui dépend du contexte (programmé) social-économique.
    Il y a un travail de fond à faire. L’improvisation hum hum, le PQ y a joué..Kaput…

    Podemos, Le Monde Diplomatique janvuer 2015, à lire.

    Et puis une bonne nouvelle.

    Sur CEPAC, aujourd’hui dimanche 28 juin 2015, un discours remarquable du Sénateur Bernie Sanders qui se présente pour les investitures démocrates.
    Il ne mâche pas ses mots, directe, claire, mais circonscrit et intelligent. Hillary Clinton aura du chemin à faire.
    Un homme intègre. De plus à 73 ans, il peut se sentir libre et dire les vérités que la pluspart renient par
    ” intérêt “, quelque soit l’habit. Dans les années 70, s’il avait été élu, il aurait sûrement été dans la mire des ténébreux.
    Publié le 30 avril 2015 à 12h53 | Mis à jour le 30 avril 2015 à 15h39
    Ivan Couronne
    Agence France-Presse
    WASHINGTON

    Bernie Sanders candidat à l’investiture démocrate contre Hillary Clinton

    «« Comment est-il possible que les 1% les plus riches détiennent presque autant de richesses que les 90% les moins riches?», a déclaré Bernie Sanders lors d’une conférence de presse à l’extérieur du Capitole, programmée la veille et sans fanfare, à l’image de cet iconoclaste qui a passé sa carrière à dénoncer la démesure des dépenses électorales.

    «« Il s’oppose vivement à la première guerre du Golfe, «une terrible erreur que ce pays regrettera pendant des décennies». Et vote contre la guerre d’Irak en 2002

    «« il a rappelé qu’il menait la résistance au Sénat contre l’accord de libre-échange transpacifique que Barack Obama négocie actuellement

    http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201504/30/01-4865841-bernie-sanders-candidat-a-linvestiture-democrate-contre-hillary-clinton.php

    Il fait un travail de réveille des états-uniens. Et ce n’est pas rien.

    Maintenant, il a une véritable plate-forme, l’investiture démocrate.

    Aujourd’hui, l’investiture est suivie dans bien des parties du monde…. Cela fera naître bien des questionnements…!?

  2. alain harrison
    30 juin 2015 at 05:57

    Plus le bras de fer perdurera et plus les populations verront le véritable visage de l’UE, le cheval de troie du trium vira OMC, FMI et BM, le véritable gouvernement mondial.

  3. alain harisson
    30 juin 2015 at 06:15

    Faisons attention dans nos jugement, facile à dégainner, nos préjugés, bien souvent nous aveugles.

    Ne sous-estimons pas le conditionnement, prenons plutôt le temps d’examiner ce processus mental bien humain. Il a ses atouts, sinon comment pourrions nous maintenir dans le temps nos apprentissages d’une façon cohérente..Mais il a ses côtés sombres qu’un bon manipulateur sait user à ses fins.

    Tous manipulés tous manipulateurs, un livre à considérer. Chapitre 1 et 9.

    En regard des jeux de manipulation tout azimut, ne serait-il pas temps d’en apprendre un peu plus sur notre nature humaine, c’est d’elle, que dépend la tournure que prend nos constructions mentales, scientifiques, philosophiques, mythiques, nos relations, nos politiques, les guerres ou la paix, le sens de l’économie, la sauvegarde ou la destruction de notre environnement….
    C’est de nous que tout part, selon notre conditionnement, nos habitudes profondéments ancrées.