Le Parti Communiste Grec (KKE) et la lutte contre le covid-19.

Discours de Dimitri Koutsoubas Secrétaire National du KKE (parti communiste grec)

On lira ci-dessous le communiqué du premier responsable du KKE (parti communiste grec) sur les questions sanitaires. Sans nier en rien la gravité de l’épidémie, les communistes grecs mettent en cause radicalement sa gestion capitaliste dans le cadre de l’UE, de l’odieuse politique des « brevets » capitalistes, de l’austérité paneuropéenne et de l’incurie du gouvernement grec. La phrase de Dimitri Koutsoumpas résume clairement les choses

« Nous soulignons la nécessité d’une industrie pharmaceutique socialisée par l’État et d’une coopération internationale pour promouvoir la recherche, l’étude, la production de vaccins et de médicaments »

Dimitri Koutsoumpas – secrétaire Général du KKE

COMMUNIQUE DE DIMITRIS KOUTSOUMPAS, sécrétaire général du Comité central du Parti communiste de Grèce (KKE) – Déclaration du SG du CC du KKE

Dans une déclaration sur les développements concernant le processus de vaccination, le Secrétaire général du Comité central du KKE, Dimitris Koutsoumpas, a souligné ce qui suit:

Les vaccins et les médicaments sont soumis aux profits et à la concurrence des groupes et des États capitalistes

«Il y a quelques jours, le processus de vaccination a commencé, dans un climat de complaisance et d’optimisme excessif cultivé par le gouvernement.

Le KKE avait déclaré depuis le début que ce processus serait long et ne devrait pas servir d’alibi pour que la protection nécessaire du système de santé publique et les mesures de protection dans les lieux de travail critiques, dans les écoles, les moyens de transport, etc. ne se poursuivent pas. Les vaccins, bien que nécessaires pour protéger la santé du peuple de la pandémie, ne peuvent pas remplacer les énormes carences du système de santé publique et des mesures préventives, notamment dans les conditions d’attente de la 3e vague de la pandémie. De plus en plus de régions du pays sont déjà devenues «rouges» (c’est-à-dire des zones à haut risque), sous la seule responsabilité du gouvernement, qui n’a pris aucune mesure pour assurer la protection de la santé du peuple.

Nous avons également déclaré que la Grèce ne devrait pas dépendre des accords de l’UE avec certaines sociétés pharmaceutiques, qui servent à d’autres fins, et qu’il devrait y avoir accès à tous les vaccins disponibles qui sont considérés comme sûrs et efficaces, afin de disposer de vaccins adéquats et d’atteindre l’objectif d’une vaccination de masse en temps opportun. Nous avons exigé la divulgation publique des contrats signés par l’UE avec ces entreprises.

Le cours des développements confirme tragiquement les évaluations et les positions du KKE. Les longs délais de livraison, les guerres commerciales et la concurrence géopolitique, le traitement privilégié des États forts au détriment des plus faibles, le prouvent.

Il est confirmé que tout cela provient du fait que les vaccins et les médicaments sont des marchandises lucratives, dont la recherche, la production et la distribution sont soumises aux profits et aux compétitions des grands groupes et des États capitalistes.

Et alors que cette situation menace la santé et la vie des peuples, le gouvernement promeut des «certificats de vaccination», qui servent essentiellement les intérêts des entreprises de tourisme et de transport, tout en pouvant être utilisés pour réduire les moyens de protection nécessaires. Il y a un risque que le résultat de l’ouverture incontrôlée du tourisme l’été dernier, sans aucun moyen préventif tels que les tests, se répète ».

Se référant à la proposition du de SYRIZA, il a déclaré: «Cependant, cela ne peut pas être abordé par des vœux pour l’« acquisition du brevet », qui ouvrent un nouveau cercle vicieux de négociations et d’accords avec les laboratoires pharmaceutiques. Le brevet, qui est directement lié à la propriété capitaliste, doit être aboli. Nous soulignons la nécessité d’une industrie pharmaceutique socialisée par l’État et d’une coopération internationale pour promouvoir la recherche, l’étude, la production de vaccins et de médicaments.

Cette réalité met une fois de plus en évidence la contradiction flagrante de notre temps: d’une part les énormes sauts et réalisations de la science, de la technologie, du travail humain collectif, et d’autre part l’appropriation de ces acquis pour augmenter les profits des groupes d’entreprises au détriment des besoins populaires, voire de la santé et de la vie. C’est le capitalisme, l’ennemi visible qui fait obstacle au progrès social et à la prospérité. »

Commentaire de lecteur “Le Parti Communiste Grec (KKE) et la lutte contre le covid-19.