La délégation du KKE au Parlement européen dénonce la répression du mouvement social et des droits de manifester !

Manifestation du place Syntagma

La délégation du KKE au Parlement européen dénonce les deux résolutions inacceptables soumises au vote en plénière du Parlement européen sur “le pacifiquement et le recours analogue à la violence”: la première, cosignée par le Parti populaire européen, le Réformistes libéraux et conservateurs; le second, cosigné par les sociaux-démocrates, le soi-disant “parti de gauche” ( / NGL) et les Verts. Ce sont des résolutions tout aussi répréhensibles qui se font concurrence pour justifier et mieux légitimer les violences policières barbares contre des manifestations populaires dans plusieurs États membres de l’UE.

Non seulement ils ne sont pas en conflit les uns avec les autres, mais ils se complètent mutuellement pour ce qui est de leur réactivité. Tous deux ne jurent que par les “valeurs” de l’UE et sa “Charte des droits”. La première nous rappelle que, sur la base de la “charte”, la de réunion et de parole “est soumise aux restrictions prescrites par la loi et nécessaire dans une société démocratique pour préserver la sécurité nationale, l’intégrité du territoire et l’ordre public”. La seconde souligne que “les restrictions aux droits fondamentaux doivent respecter les principes de légalité, de nécessité et de proportionnalité”.

Utilisant exactement les mêmes mots, les deux condamnent “les interventions disproportionnées des autorités de l’État lors de manifestations et de manifestations pacifiques”. Ils exhortent “les États membres à ne pas utiliser une force excessive contre des manifestants pacifiques”. Le premier, le “conservateur”, souligne que les traités de l’UE exigent le respect de la “compétence des États membres pour maintenir l’ordre et la sécurité”. L’autre, le “progressiste”, reconnaît que “la police, qui compte également de nombreuses victimes, opère dans des conditions difficiles, en raison notamment de l’hostilité de certains manifestants, mais également de leur charge de travail excessive”! Les deux, en utilisant le même libellé, encouragent “

Le “conservateur” souligne que “l’exercice des libertés, étant donné qu’il a des devoirs et des responsabilités, peut être soumis à des formalités, des conditions, des restrictions ou des sanctions”, le second, le “progressiste”, appelle les États membres “à veiller à ce que le recours à la force par les autorités répressives soit toujours légal, proportionné, nécessaire et en dernier recours. “Sa différenciation” progressive “consiste à appeler les États Membres à” veiller à ce que toutes les armes (matériel de police) soient évaluées et testées de manière indépendante avant qu’ils ne soient mis sur le marché “!

Les deux résolutions reconnaissent le droit absolu de l’Etat bourgeois de restreindre la liberté de réunion, de parole et d’expression, ainsi que la liberté du peuple, afin de garantir l’ordre et la sécurité des capitalistes, de protéger leur pouvoir. Ils légitiment sans vergogne la violence policière brutale, l’autoritarisme et la répression brutale des mécanismes étatiques, à condition que ceux-ci soient “proportionnés, légaux et nécessaires”. Et ensuite, ils les envoient suivre des cours au Collège de police de l’UE!

Le KKE est farouchement opposé à la violence policière et à la répression étatique, dans son ensemble, contre le peuple. Il n’accepte pas la catégorisation, la “légitimité” et la “nécessité”; il ne le “blanchit” pas; il n’accepte aucune excuse pour cela. Il révèle que la répression est un complément nécessaire à la politique antipopulaire de l’Union européenne et de tous ses gouvernements, du gouvernement français Macron en passant par SYRIZA en , des gouvernements espagnols de centre droit et de centre gauche à Orban en Hongrie. et la situation en Pologne et en Roumanie; la répression est une seule et même chose. Il frappe les droits populaires, il est la main armée des monopoles contre les travailleurs et leurs droits. L’Etat bourgeois et ses gouvernements ont le pouvoir de définir la violence comme “légale”. Juger de sa “proportionnalité” selon les têtes écrasées, les manifestants blessés et même morts. Quiconque parle de “légitimité, proportionnalité et nécessité” de la violence étatique arme sa main barbare contre le peuple et ses droits afin qu’une poignée d’exploiteurs puisse imposer ses propres intérêts.

La détérioration des nouveaux opportunistes et sociaux-démocrates du GUE n’est pas terminée. On ne pouvait rien attendre de plus d’un groupe politique au sein duquel SYRIZA, dont le gouvernement en Grèce a fait preuve d’une répression spectaculaire, occupe une place importante, déclenchant les violences policières brutales en réprimant violemment les manifestations de retraités, d’étudiants devant la statue de Truman, enseignants, persécution et “tribunaux agraires” contre les agriculteurs en lutte des barrages.

Les résolutions du “néolibéral” et de “l’alliance progressiste” démontrent leur implication stratégique dans la défense du pouvoir bourgeois, la voie capitaliste du développement. Le prétendu «front du progrès» auquel appartient SYRIZA est du même côté que le «conservatisme» contre les travailleurs.

Toute personne qui s’identifie comme un gauchiste, un progressiste, un radical, un militant et qui, à tout moment, manifestait pour les droits du peuple, peut tirer des conclusions sur le rôle des opportunistes, des nouveaux sociaux-démocrates, en particulier SYRIZA, des services inestimables qu’ils fournissent. stabiliser et maintenir le système d’exploitation barbare, en contrôlant les gens avec la carotte et le fouet.

Ils devraient rejoindre le KKE sur tous les fronts de la lutte, prendre leur place dans le vrai peuple, l’Alliance sociale, contre les monopoles et leur pouvoir.