Gaz de schiste, OGM : l’UE, c’est le saccage de l’environnement ! [dossier spécial]

,,privatisation de l’énergie et des transports… l’Union Européenne du capital, c’est le saccage de l’ pour les profits des multinationales.

Pour une alternative écologique au service du peuple, il faut briser les chaines de l’Union Européenne, construire le socialisme !

l’Union Européenne vous fait manger des OGM pour engraisser les multinationales !

UE OGMVous faire manger des OGM, pour engraisser les multinationales, c’est bien l’objectif de l’Union Européenne. Depuis plus de 6 ans déjà, la commission européenne essaie par tous les moyens d’étendre les autorisations de culture des OGM. Et ce malgré l’opposition populaire massive. En matière de sécurité alimentaire et de santé publique, comme en matière de droit social, avec l’UE c’est pas le peuple qui gouverne, mais directement et sans contestations possibles les multinationales de la classe capitaliste. L’UE a été construite par elles pour qu’ils se remplissent les poches.

L’UE autorise les OGM, la commission européenne VRP de

Ces jours derniers, l’UE vient ainsi d’autoriser l’importation de 17 OGM dont 11 de Monsanto qui se frotte les mains.

Souvenons nous qu’en 2009, la Commission européenne avait usé de ses pouvoirs en vertu des traités (ceux dont  les soit disant « verts » d’EELV organisent la promotion, ces traités qui permettent à l’Union Européenne de rendre obligatoire une politique anti-écologique) pour « contraindre deux pays (la Hongrie et l’Autriche)à lever l’interdiction de cultiver le maïs génétiquement modifié MON 810 de Monsanto lors d’une réunion des ministres de l’environnement à Bruxelles ». Elle n’avait fort heureusement pas réussi à réunir la minorité de soutien d’un tiers qu’il lui suffit pour imposer un tel diktat. Démocratique l’UE? certes non puisqu’une minorité peut imposer à la majorité de devoir manger des OGM !

Mais la classe capitaliste poursuit son offensive pour imposer au nom de ses profits ses OGM. Et Monsanto donc de s’appuyer sur la  cour de justice européenne. Celle-ci lui donnant raison et conduisant dans la foulée le Conseil d’Etat à autoriser en France le Mais MON 810.

Miam Miam, avec l’UE du Capital, on se régale !

En février 2014, avec le soutien de 5 états seulement et contre l’avis de 19 autres (4 états dont l’Allemagne s’abstenant), l’UE autorisait la culture d’un OGM pioneer. Il aurait fallu que 21 états s’y opposent pour que la Commission ne puisse pas l’autoriser…

Alors que le président de la Commission Européenne JC Juncker a inscrit dans ses 10 priorités 2015 la culture des OGM, ce 24 avril, la Commission Européenne a donc autorisé l’importation et la commercialisation de 17 OGM destinés à l’alimentation humaine ou animale. Et ce malgré le fait que 19 états européens sont favorables à leurs interdictions et que jamais la Commission Européenne n’a réussi à obtenir la majorité qualifiée pour les obtenir. Anti-écologique, l’UE est antidémocratique !

Bien sûr, les états pourront toujours les interdire pour « des motifs de politique agricole, d’aménagement du territoire ou des conséquences socio-économiques ». Sauf que chaque état décidant de bannir les OGM devra alors négocier avec les multinationales sous la houlette de la Commision. Se moquerait on de nous? Sauf qu’ils auront alors à en répondre devant les multinationales auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce ou via les tribunaux d’arbitrages prévus par les traités de libres échanges (et notamment le Grand Marché Transatlantique / / TAFTA qui est en cours d’adoption par l’UE et les USA). Sauf que rien n’interdira que la viande ou les produits dérivés de ces OGM produits dans des pays de l’UE (par exemple en Espagne, ou en République Tchèque ou en Roumanie) se retrouvent sur nos étals. Avec l’UE, la malbouffe c’est la norme pour les travailleurs, et notamment les plus pauvres, qui pourront donc se « régaler » après les lasagnes au minerais de cheval, après la vache folle et les farines animales (à nouveau réautorisées par l’Union Européenne), de jambon et autre ailes de poulet d’animaux gavés d’OGM. Pourtant, il en est encore au sein des Verts et du parti de la gauche européenne pour nous contraindre à rester dans cette UE qui protège (les patrons) et qui nous permet de nous régaler encore et toujours plus ! Non ça suffit, pour s’en sortir, il faut en sortir !

Cet empressement à permettre la culture et la consommation des OGM révèle à la fois la servitude totale aux intérêts privés de la classe capitaliste et le caractère profondément antidémocratique d’une construction à sens unique, opposée aux intérêts des travailleurs, prenant des décision qu’une très large majorité de citoyens refuse, y compris malgré l’opposition de la grande majorité des gouvernements. L’UE, c’est le bras armé de Monsanto & Cie. L’Union Européenne, c’est la dictature du capital.

TAFTA / TTIP / : la porte grande ouverte aux OGM

De leurs cotés, les USA ne se cachent pas qu’avec le TAFTA en cours d’adoption dans le dos des peuples par la Commission Européenne, ils s’attendent à pouvoir déverser leurs OGM en Europe. Et de taper du poing sur la table pour que l’UE libéralise totalement le commerce et la culture des OGM. Dan Mullaney – d’après Le Monde –  représentant adjoint pour le commerce américain déclare ainsi à l’issue de la neuvième séance de négociation sur l’accord de libre échange entre l’europe et les Etats Unis (TTIP) que « C’est difficile de réconcilier cette proposition avec les obligations de l’Union européenne et l’aspiration à un marché intérieur sans entraves ». Au passage, on apprend incidemment, que la Commission Européenne en est à sa neuvième séance de négociation. Sans jamais avoir consulté aucun des peuples de l’UE. C’est que l’UE, c’est pas fait pour que les peuples décident, c’est fait pour la dictature des monopoles capitalistes. Si on veut la démocratie, il faut sortir de l’UE.

Une conclusion claire et évidente : pour qui ne veut pas manger d’OGM, une seule solution, sortir de l’Union Européenne par la porte de gauche, en reprenant le pouvoir aux multinationales pour le confier aux travailleurs.

Le 30 mai prochain, soyons nombreux à Paris pour manifester à l’appel du PRCF et d’autres organisation, pour la démocratie et le progrès social, pour la paix, pour la sortie de l’UE, de l’euro, de l’OTAN et du capitalisme à l’occasion des 10 ans de notre NON majoritaire au Traité Constitutionnel Européenne du référendum de 2005.

les OGM autorisés par la Commission Européenne le 24 avril 2015

  • pour le maïs : MON 87460
  • pour les sojas : MON 87705, MON 87708, MON 87769, 305423 et BPS-CV127-9
  • pour le colza : MON 88302 
  • pour les cotons T 304-40, MON 88913 et LLCotton25 × GHB 614.
  • pour les maïs : T 25 et NK 603, le colza GT 73  (renouvellement)
  • pour les cotons MON 531 × MON 1445, MON 15985, MON 531 et MON 1445. (renouvellement)

JBC pour www.initiative-communiste.fr site web du PRCF – @PRCF_

L’UE fait pression pour les gaz de schiste : contre l’environnement, pour les multinationales !

UE gaz de schisteLe journal en ligne Bastamag révèle que la Commission Européenne fait pression pour lancer l’exploitation des gaz de schistes.  Elle vient ainsi de créer un groupe de travail affin de collecter des informations en vue de l’exploitation.
Sans surprise la grande majorité des « experts » sont issus de l’industrie pétrolière et gazière et le groupe a pour but de  » rendre l’attitude des citoyens plus pragmatique et favorable aux gaz de schiste« .
C’est donc à cela que les fonds publics (plusieurs milliards versés par les travailleurs français) de l’UE servent : financer les campagnes de propagande des monopoles capitalistes.

Pourtant, les travailleurs des différents pays européens sont massivement opposés à la destruction de l’environnement pour installer des forages de fracturations hydrauliques destinés à remplir les poches des grands monopoles pétroliers privés  (Total, Shell, Exon ….). Rappelons que l’UE a déjà exempté d’études d’impact environnementales spécifiques ces activités.  les ONG dénoncent déjà la grande dépendance des experts du groupe de travail à ces multinationales de la classe capitaliste :

  • Sur les 60 membres du groupe de travail, 40% travaillent pour des entreprises directement impliquées dans le gaz de schiste (Total, GdG, Suez etc…) et des lobbies capitalistes du secteur des hydrocarbures (comme le syndicat patronal, Union Française des industrie pétrolières).
  • Sur les 60 membres, il n’y a que cinq représentants de la société civile.
  • 70 % des membres, choisis par la commission ont des liens financiers étroit avec les monopoles capitalistes de l’exploitation des hydrocarbures.
  • Sur les 5 présidents des groupes de travail désignés par la Commission, on trouve :  2 représentants d’entreprises pétrolières (Cocono Phillips et Cuadrilla), 2 représentants de gouvernements pro-gaz de schiste (Pologne et Royaume-Uni), un employé de Institut Français du pétrole et une organisation de recherche française connue pour ses prises de positions favorables aux énergies fossiles et ses liens avec les monopoles…

La mission officielle est très claire. Ce « réseau européen scientifique et technologique européen sur l’extraction des hydrocarbures non conventionnels] » doit collecter les informations pour le développement et l’évaluation des technologies relatives aux gaz de schistes, étudier les méthodes de fracturations hydrauliques, dans le but évident d’en lancer la mise en œuvre partout en Europe comme l’un des membres du groupe de travail, le polonais Grzegorz Pienkowski l’explique :  « [ce groupe de travail commandité par la commission européenne] est un pas en vue de renverser l’attitude défavorable ou soupçonneuse envers le gaz de schiste qui prévaut en Europe en une attitude plus pragmatique, et en dernière instance, favorable » . Tellement à l’abri de la contestation populaire, l’Union Européenne permet à la classe capitaliste d’agir brutalement pour ne défendre que ses intérêts. C’est pour cela qu’elle a été construite, depuis l’origine par et pour l’oligarchie, contre les peuples !

Bien sûr, ce fait est un éniemme nouvel exemple de la façon dont dans tous les domaines l’UE impose de façon totalitaire et dictatoriale les décisions des monopoles. OGM, médicaments, santé, privatisations et libéralisations de tous les secteurs de l’économie (Énergie, transport, télécommunication, éducation…), casse des droits des travailleurs, guerre au salaire et suppression des conquêtes démocratiques par la liquidation de la souveraineté populaire, c’est cela l’Union Européenne du Capital. Pour défendre notre environnement, pour le progrès social, pour la démocratie, pour s’en sortir, il faut en sortir.

Le 30 mai soyons nombreux à Paris, pour les 10 ans du Non au TCE le 29 mai 2005, pour la sortie de l’UE, de l’euro de l’OTAN et du capitalisme pour remettre le peuple à l’offensive et bâtir un avenir de liberté, de paix, de démocratie, d’émancipation et de progrès social, respectueux des travailleurs et donc de l’environnement.

JBC pour www.initiative-communiste.fr – @PRCF_

Désindustrialisation : Montebourg laisse l’UE détruire le produire en France et relance les gaz de schistes !

Comment un caniche rayé « made in UE » laisse briser l’industrie française pour mieux fracturer le sous sol de la France.gaz-schiste1

Florange, PSA Aulnay, Continental, Goodyear, et tant d’autres avant eux, la liste est longue des destructions industrielles en France… Et pourtant elle est loin d’être close, le dernier carrossier d’autocars en France, la société Carrier va fermer ses portes. Et c’est encore 180 emplois industriels détruits sur notre sol (210 avec les intérimaires et combien chez les sous-traitants ??). Pourtant Carrier c’était 400 autocars produits par an… Nous les importerons, c’est « bon » pour la balance commerciale !

Alors oui il faut constater que derrière les gesticulations du bonimenteur en marinière, la casse industrielle de notre pays continue. Il faudrait faire la liste des outils industriels détruits sur notre sol depuis l’adhésion à la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier). Des Houillères du Nord aux aciéries de Florange en passant par l’industrie sucrière, soixante années de casse industrielle ininterrompue, comme si un pays pouvait vivre en ne produisant que de la finance et de l’assurance saupoudrées d’une pincé de tourisme.

Alors pendant des années, la doxa néolibérale nous a seriné que ce n’était pas grave puisque « les cerveaux » resteraient au pays (un peu de racisme colonial ne fait pas de mal en passant !), que la classe ouvrière c’était du passé et que les cols bleus devaient faire place aux cols blancs ! (Oubliant aux passage que les ingénieurs et les techniciens de production, c’est aussi la classe ouvrière !).lire la suite cliquez ici…

GEG : une autre politique est possible… à condition de construire une alternative politique qui remette en cause le système, et sorte du carcan de l’UE ! Alors que la décision de la majorité municipale…

Retrouvez dans ce dossier, plusieurs articles du PRCF démontrant que l’Union Européenne impose la privatisation de l’énergie : Loi de transition énergétique = privatisation des barrages hydroélectriques #scandale – 15/10/2014 Le gouvernement prêt à brader…

Nous relayons ici un communiqué de la CGT équipement – environnement. Car après la privatisation des autoroutes, après la décentralisation qui a vu le transfert de la plupart des routes aux conseils généraux, ainsi qu’une…

Aujourd’hui, ils sont nombreux ces gribouilles – qui hier votaient le PPP scandaleux d’Ecomouv (UMP et PS ) puis ses décrets d’applications (UMP) et n’ont rien remis en cause de sa mise en œuvre (PS)…

La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie n’aura donc pas tenu plus d’une demi-journée après sa timide critique d’un budget qui lamine encore un peu plus ce grand ministère ; rappelons que…