En Pologne, les monuments aux soldats morts pour libérer l’Europe du nazisme détruits !

À l’emplacement du carrefour Georges Washington, entre le 10 et le 15 septembre 1944, 26 soldats soviétiques sont morts à cet endroit, en rive droite de la Vistule dans des combats de la bataille lancée en janvier 1944 ayant pour objectif de repousser les armées nazies au-delà de la Vistule et de l’Oder. Une offensive qui permettra la libération de plusieurs camps de concentration et d’extermination, notamment le camps d’Auschwitz par l’. Ces soldats soviétiques sont morts pour la libération de la et pour défaire les armées fascistes et nazies. C’est pourquoi à cet endroit a été érigé un monument à leur mémoire. Un monument sur lequel est gravé un poème de Tadeusz Kubiak, ainsi que ” Gloire éternelle aux héros de l’Armée Rouge qui sont tombés durant la libération de la ville de Varsovie, capitale de la ”. C’est ce monument que la municipalité social-libérale de Varsovie – en plein accord avec la politique fasciste de l’extrême-droite au pouvoir du parti PiS – a décidé de détruire.

Dans un communiqué, le parti communiste polonais condamne la destruction de ce monument. Rappelons que le régime d’extrême-droite au pouvoir en Pologne à la faveur de la contre- révolution a entrepris, avec le soutien de l’, de détruire à travers tout le pays les monuments aux morts des soldats de l’Armée Rouge tombés pour la libération de la Pologne et de débaptiser les lieux nommés du nom des personnalités de la Pologne Populaire. Dans une vaste campagne de négationnisme à grande échelle. Dans le même mouvement fasciste, le régime réprime les militants du parti communiste polonais, parti qu’il tente d’interdire. Là aussi avec le soutien de l’ et des capitales occidentales.

En France et dans le monde, à l’initiative du PRCF, une pétition internationale a été lancée auprès de l’ONU pour protéger le parti communiste polonais, et avec lui la liberté. Signez cette pétition. Car on sait ce qui commence quand ils commencent à venir chercher les communistes. Que vous soyez ou non communiste, votre tour viendra ensuite !

Le Capitalisme et ses structures – Union Européenne, Euro – portent le fascisme comme la nuée l’orage !

Ce qui se passe en Pologne, en Hongrie, dans les pays baltes, en Italie, en Espagne, mais également en France – où le régime mène une campagne policière, judiciaire et médiatique politique contre l’un des principaux mouvements d’opposition populaire et en menant une féroce répression policière et des procès politiques contre les manifestants, syndicalistes et militants du monde du travail – doit alerter pour résister tous ensemble et maintenant à la qui s’accélère.
JBC pour www.initiative-communiste.fr


Protestation du Parti communiste de Pologne contre la destruction du monument aux soldats soviétiques à Varsovie

Le Parti communiste de Pologne tient à exprimer sa profonde indignation devant la destruction du monument à la mémoire des soldats de l’Armée rouge situé dans le parc Skaryszewski à Varsovie. Il a été érigé sur le site où sont enterrés les soldats tombés en 1944 pendant la libération du quartier de Praga. Les habitants de ce quartier considèrent ce monument comme faisant partie intégrante du parc depuis des années et l’écrasante majorité d’entre eux souhaite le conserver. C’était le dernier monument commémorant la libération de Varsovie situé à l’extérieur du cimetière-mausolée des soldat soviétiques.

Les autorités polonaises réécrivent et falsifient l’histoire. Une institution spéciale a été créée à cette fin – l’Institut de la mémoire nationale. Pour atteindre ces objectifs, la « loi spéciale sur la décommunisation » a été adoptée, qui oblige les autorités locales autonomes à éradiquer tous les monuments liés au communisme, y compris ceux dédiés aux soldats soviétiques. Néanmoins, il n’est pas possible de cacher le fait évident qu’en 1944-1945, la Pologne a été libérée par l’Armée rouge et les soldats de l’Armée polonaise qui combattaient à ses côtés. Au cours de la campagne qui a amené la libération du territoire de la Pologne actuelle, plus de 600 000 soldats soviétiques ont péri. C’est à eux que le peuple polonais doit d’avoir échappé à l’extermination physique totale projetée par les nazis allemands.

Mort au fascisme

Contrairement aux déclarations antérieures sur l’intention de le déplacer à un autre endroit, le monument a été détruit. La décision de la démolition a été prise par les responsables de la Mairie de Varsovie, c’est-à-dire des gens affiliés à la Plateforme civique. Cela démontre clairement que la soi-disant « opposition démocratique » ne s’oppose pas à la politique de réécriture de l’histoire du parti au pouvoir, le Parti droit et justice (PiS). Les administrations d’autres villes et villages qui s’opposaient aux pressions pour qu’elles détruisent les monuments commémoratifs et d’autres sites semblables ont su trouver les moyens pour les préserver.

La destruction de monuments est un exemple de barbarie comparable à ce que font les talibans ou État islamique, qui suppriment toutes les reliques historiques qui ne correspondent pas à leur idéologie. Mais la vérité historique ne peut pas être précipitée dans l’oubli avec un marteau pneumatique.

Traduction depuis l’anglais, DG pour la commission internationale du PRCF –  www.initiative-communiste.fr


Signez la pétition