Elections en Hongrie : Orban ou l’un des symptomes de l’Euro Fascisation en marche !

QUI EST VICTOR ?

En 1989 Orban obtient une bourse de la fondation Soros pour étudier  la philosophie libérale britannique à l’université d’Oxford. De retour en il devient un des meneurs de l’opposition au gouvernement de la socialiste.

En 1998 il devient premier ministre. Il mène alors une politique consistant à faire baisser les impôts des entreprises, les cotisations sociales. tout en poursuivant la réduction du déficit budgétaire par une politique d’austérité pour les travailleurs et les classes moyennes. Il a en outre entrepris de casser ce qui restait de l’ état social  en  renvoyant des milliers de fonctionnaires..Enfin son mandat est marqué par l’adhésion de la Hongrie à l’ OTAN en 1999. En 2002 il doit quitter son poste et devient le chef de l’opposition pendant huit ans.

C’est en 2010 qu’il redevient premier ministre.

il fait adopter une loi sur le contrôle des médias. Il adopte une nouvelle Constitution cléricale qui fait références “aux racines chrétiennes” du pays, homophobe qui rend constitutionnel “le mariage entre un homme et une femme” et anti-avortement avec  “la protection de la vie dès son commencement” et irrédentiste avec l’octroie de la nationalité hongroise aux Hongrois citoyens des pays voisins. Le taux d’imposition sur les revenus, fixé à 16 %, est inscrit dans la nouvelle constitution. La Constitution rend rétroactivement responsables les dirigeants du Parti Socialiste, issu de l’ancien Parti communiste, des “crimes commis sous le régime communiste jusqu’en 1989”. Inutile de dire la violence de la répression anti-communiste : par exemple en 2014  l’ancien dirigeant communiste Bela Biszku, 92 ans, a été condamné à cinq ans et demi de prison pour “crimes de guerre” commis durant la répression du soulèvement contre-révolutionnaire de 1956. Orban embauche des policiers à la retraite pour surveiller les allocataires d’aides sociale ou de chômage lorsque ces derniers effectueront les travaux d’intérêt général, que la loi impose dès septembre 2011 pour continuer d’en bénéficier. Citons encore parmi les mesures d’Orban la diminution de 5 % du nombre de fonctionnaires.  Le gouvernement de Viktor Orbán impose aux diabétiques des contrôles de leur régime alimentaire avec refus d’accès aux médicaments pour ceux ayant commis des dépassements….C’est aussi la question des migrants qui permet à Orban de faire montre de son attachement aux valeurs chrétiennes : le 21 septembre 2015, à l’initiative du gouvernement Orbán, le parlement hongrois adopte une loi qui renforce les pouvoirs de l’armée et de la police à l’égard des migrants et qui autorise l’armée à utiliser tout moyen de contrainte, notamment balles en caoutchouc. D’autres mesures suivent comme la construction de murs entre la Serbie et la Hongrie ou l’ introduction d’une peine d’emprisonnement pour franchissement illégal de la frontière. Récemment, en mars 2017, le  gouvernement hongrois propose d’enfermer les migrants dans des conteneurs le temps d’examiner leur situation.

Enfin rappelons qu’ Orban et son parti Fidesz  ont réhabilité l’amiral Miklós Horthy le dictateur nazi, anti-sémite, anti-communiste qui dirigea la Hongrie de 1920 à 1944  comme un “héros national”.

par Antoine Manessis. pour la commission internationale du PRCF

Macron s’affichant avec Orban le 23 juin 2017

Commentaire de lecteur “Elections en Hongrie : Orban ou l’un des symptomes de l’Euro Fascisation en marche !

  1. etoilerouge
    9 avril 2018 at 11:56

    Et ce fasciste reste dans l’Union européenne où il se trouve comme un poison dans l’eau!