Un journaliste US prouve que la secrétaire d’état Hillary Clinton a soutenu le coup d’état au Honduras en 2009

En 2009, les impérialismes capitalistes occidentaux, Etats-Unis en tête, soutenaient le coup d’état contre le président Zelaya au Honduras de Hernandez. Coup d’état suivi d’une vague de répression contre l’opposition progressiste et les syndicalistes, ainsi que d’une montée de la corruption et du pillage capitaliste du pays.

Colère populaire contre le pillage impérialiste et la corruption en amérique centrale

zelaya honduras

Manuel Zelaya – Honduras

Mais les derniers scandales de corruption, notamment le détournement présumé de millions de dollars du fond de sécurité sociale afin de financer la campagne électorale truquée de 2013, ont poussé dans la rue des dizaines de milliers de travailleurs du Honduras, réclamant la démission de Hernandez dans des manifestations de masse tout au long du mois de juin et de juillet. La colère populaire contre les états corrompus et néo-coloniaux à la botte des Etats Unis secoue d’ailleurs une bonne partie de l’Amérique centrale, puisque un puissant mouvement anticorruption s’est développé au Guatemala poussant le président Otto Perez à la démission, et qu’un tel mouvement prend également forme au Salvador. Les récentes élections au Guatemala n’ont cependant pas confirmé la poussée populaire. Si le candidat de la droite ultra-libérale Manuel Baldizon a réalisé un résultat médiocre en dépit de sondage le donnant favori, c’est un candidat multimillionnaire, humoriste star dans son pays, investi par des partis de droite qui est arrivé en tête devant la candidate social démocrate Sandra Torres.

La “souveraineté limité” des états d’Amériques latine et centrale : ce sont les USA qui choisissent les gouvernements !

USA amérique latineDe fait, l’histoire autant que les faits récents confirment que les États-Unis – loin de l’image qu’ils voudraient se donner de champion mondial de la démocratie – poursuive toujours et plus que jamais leur politique impérialiste de domination de l’ensemble de l’Amérique. Chacun se souvient que nombreuses sont les belles personnes à condamner de façon grandiloquente la soit disant doctrine de la souveraineté limité des pays de l’Est au temps du bloc soviétique. Force est de constater que les mêmes passent systématiquement sous silence les coups d’états permanents et innombrables, des violences et des pillages systématiques qui les accompagnent du bloc capitaliste, Etats Unis en amérique et partout dans le monde, et encore de la France en Afrique. C’est que si le capitalisme, système politique violent ne peut dans les faits donner de leçon à personne, il est en revanche capable de se targuer d’être l’auteur, partout, des pires horreurs contre l’humanité.

Un journaliste US prouve que la secrétaire d’état Hillary Clinton a soutenu le coup d’état au Honduras en 2009

www.initiative-communiste.fr publie ci-après la traduction d’un article du journaliste américain Jonathan Marshall, révélant comment les USA et en particulièr la ministre des affaires étrangères de Barack Obama a impulsé et soutenu le violent coup d’état capitaliste contre le président Zelaya au Honduras.

Les valeurs du capitalisme à travers l’action des USA : guerre, dictature, pillage et corruption

Actuellement, face à la résistance des peuples vénézuélien, de l’Equateur, de Bolivie, les USA poursuivent leurs tentatives de déstabilisation, y compris par la violence, des gouvernements démocratiquement élus. Si l’on peut être sûr de voir en une des journaux et sur tout les journaux télévisés des reportages condamnant les gouvernements de , Morales ou Correa – la victoire de Cuba socialiste ayant conduit les USA à manger leur chapeau après des décennies de ruptures des relations diplomatiques avec Cuba les forçant à changer de ton concernant la Havane – chacun peut constater qu’aucun des régimes dictatoriaux, corrompus et pourris marionnettes des USA ne font jamais l’objet d’aucune critique. Si on peut constater que l’Union Européenne impose de dures sanctions contre les pays et peuples refusant de se soumettre aux pillage des monopoles, cette dernière au-delà de rares protestations de formes et d’arrière garde ne s’en prend jamais aux dictatures capitalistes qui ne contestent pas ses intérêts, que ce soit en Afrique, en Asie, ou en Amérique latine !

Les monopoles capitalistes peuvent constituer d’y exploiter tranquillement, semant la misère et la violence, détruisant l’environnement, sans que la presse “libre” ne viennent jamais en informer personne.

Contre l’impérialisme capitaliste, pour la démocratie, pour les peuples, c’est tous ensemble qu’il faut résister par la solidarité internationaliste

JBC pour www.initiative-communiste.fr site web du PRCF

Pour une information libre et engagée, soutenez Initiative Communiste : abonnez vous, rejoignez ses équipes de publication en adhérant au PRCF.

Aftermath truand de la Coup du Honduras

19 août 2015

Exclusif: Jonathan Marshall explique qu’en tant que secrétaire d’Etat en 2009, Hillary Clinton a aidé un coup d’état de la droite au Honduras pour débarquer le président de centre gauche légitimement élu, faisant reculer la cause de la démocratie et permettant aux forces de la corruption et du trafic de drogue de contaminer encore plus le pays et de resserrer leur emprise conduisant à appauvrir encore plus le pays.

Par Jonathan Marshall

Imelda Marcos restera à jamais dans les mémoires pour son trésor de 3.000 paires de chaussures, un symbole ostentatoire des milliards de dollars de butin qu’elle a amassé comme Première Dame des Philippines. Maintenant, les chaussures sont de nouveau en train de devenir un symbole de la corruption, cette fois au Honduras, où les procureurs enquêtent sur des allégations selon lesquelles une ancienne première dame n’a pas acheté, ou jamais distribué, 42.100 paires de chaussures pour les pauvres, à un coût pour l’Etat de 348 000 $.

Ces allégations sont juste parmi les dernières révélation à faire surface dans une enquête sur la corruption de grande envergure qui a regonflé les énergies citoyennes pour s’intéresser à la politique et déclenché un mouvement de protestation à l’échelle nationale dans ce qui est un modèle typique de “république bananière.” en Amérique centrale.

Chaque vendredi soir durant ces trois derniers mois, des milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Tegucigalpa et de petites villes, portant des torches et des pancartes “Les corrompus ont déchiré mon pays» et «Assez est assez.”

Les manifestants, rassemblés à l’appel de “l’opposition outrée”,  demande que le président Juan Orlando Hernández soit poursuivi comme responsable de la fraude et de la corruption, qui aurait saigné le service national de santé de plus de 200 millions $ pour enrichir des hauts fonctionnaires et financer son élection en 2013 .

«Ceci est un moment vraiment historique en Amérique centrale”, a déclaré un analyste de l’International Crisis Group. “La question est de savoir si cela va vraiment se transformer en un moment critique dans laquelle la société, les organisations civiles, le secteur privé et les partis politiques peuvent. . . se réunir pour faire le meilleur parti de cette occasion et [pour commencer] nettoyage de nos institutions de l’Etat “.

Bien que le président Hernández a promis de poursuivre les coupables, il a jusqu’à présent refusé de suivre l’exemple du Guatemala et de nommer un organisme d’enquête indépendant sous la supervision des Nations Unies pour attaquer la corruption du gouvernement. Les révélations au Guatemala de la fraude douanière, la corruption politique et le blanchiment d’argent ont conduits à des marches de protestation hebdomadaires semblables dans la capitale de cette nation et la démission du vice-président.

L’administration Obama a exprimé sa sympathie pour les mouvements anti-corruption en Amérique centrale, mais n’a démontré son incapacité [ndt c’est un doux euphémisme] à protéger la démocratie au Honduras contre un coup d’Etat militaire en 2009, qui a ouvert la voie pour la crise actuelle de ce pays.

Cédant à la pression des républicains conservateurs au Congrès, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a refusé de condamner l’éviction du président de gauche Manuel Zelaya en 2009. De son propre aveu, elle a commencé à comploter dans les jours suivant pour l’empêcher de retourner à sa place de président.

Ses courriels publiés récemment montrent qu’elle a demandé l’aide d’un lobbyiste spécialisé dans les intérêts commerciaux du Honduras, favorable au coup d’état, pour établir des relations avec le nouveau président soutenu par l’armée. Elle a également approuvé la poursuite de l’aide américaine au nouveau régime illégitime, bloqué les demandes par l’Organisation des États américains pour le retour de Zelaya, et reconnu des élections présidentielles ultérieures qui ont été condamnées par la plupart des observateurs internationaux comme injustes et entachées de violences et d’intimidations.

En 2011, le président Obama a officiellement accueilli le nouveau et douteux président du Honduras à la Maison Blanche et a salué son «engagement fort pour la démocratie.” (Sa femme est la cible de l’enquête de l’achat de chaussures dont on a parlé plus tôt.)

Un an plus tard, deux grandes organisations des droits de l’homme ont signalé que plus de 100 assassinats politiques avaient eu lieu depuis le coup d’Etat, accompagné de “menaces de mort contre des militants, des avocats, des journalistes, des syndicalistes et des paysans, ainsi que des tentatives d’assassinat, la torture, des violences sexuelles , des arrestations et  des détentions arbitraires. “

Le coup d’Etat a représenté un désastreux pas en arrière pour la société hondurienne ainsi que pour sa politique. L’historien Dana Frank de Université de Californie  a observé que “Un cercle vicieux lié à la culture de la drogue existait déjà avant le coup d’Etat, avec les gangs et les fonctionnaires corrompus. Mais la criminalité en profondeur du régime de coup d’Etat a ouvert la porte à son épanouissement sur une échelle sans précédent.

“Le trafic de drogue est maintenant intégré dans l’état lui-même. . . à tous les étages jusqu’au sommet même du gouvernement. . . Un ancien parlementaire au Congrès commissaire de la police chargé des enquêtes de drogue ont déclaré que un membres sur dix du Congrès est un trafiquant de drogue et qu’il avait des preuves prouvant que «grandes figures nationales et politiques” ont été impliqués dans le trafic de drogue. Il a été assassiné le 7 Décembre de [2011] “.

Pourtant, l’administration Obama a continué de donner des dizaines de millions de dollars d’aide à la police honduriennes et militaire au nom de la lutte contre la drogue.

De tels crimes et la corruption ont rendu des millions de Honduriens démunis et désespérés. Deux-tiers de sa population vit aujourd’hui en dessous du seuil national de pauvreté et la flambée du taux d’homicides au Honduras atteint le record mondial de près de un pour mille personnes chaque année. Ces conditions, à leur tour, ont entraîné une progression terrifiante de l’émigration des enfants aux États-Unis. [ndt en 2014, plus de 70 000 enfants ont été arrétés à la frontière américaine]

Cherchant à poursuivre une politique de réforme au Honduras, l’épouse de M. Zelaya s’est présentée à la présidentielle en 2013 sur une plate-forme sociale démocratique, mais le Parti national au pouvoir aurait arrêté sa campagne avec l’aide de dizaines de millions de dollars détournés de l’Institut hondurien de sécurité sociale, le fonds national de santé .

“Il est largement admis que Hernández doit sa victoire électorale en partie à ces fonds volés”, a déclaré Frank. (le Président Hernández a nié connaître la source des fonds mal acquis et déclare qu’ils se sont élevées à seulement 1,5 million $. Le procureur chargé de l’affaire a dû fuir le pays face à des menaces de mort.)

Hernández est également contester pour  avoir mis en scène la destitution des juges de la Cour suprême pour faire adopter par une loi créant des zones franches pour les investisseurs, indépendants de gouvernance normale, et supervisé par des ultra-libéraux étrangers comme Grover Norquist et Michael Reagan, le fils de Ronald Reagan.

La bonne nouvelle c’est que les protestations populaires au Honduras ont un certain effet sur le gouvernement Hernández. Il a accepté un médiateur extérieur, nommé par l’Organisation des États américains, et de réunir les parties rivales, ainsi que des membres de la indignada de oposición ‘opposition indigéne”, pour trouver un terrain d’entente sur un programme national de réforme.

Le 14 août, le médiateur a auditionné près de 50 organisations de la société civile qui ont identifié la corruption et l’impunité politique comme les défis majeurs de l’État du Honduras et ses aspirations démocratiques. Le médiateur de l’OEA, qui a salué la première ronde de dialogue, prévoit de tenir sa prochaine réunion avec les représentants des partis politiques du pays.

Discuter ne coûte pas cher, pour être sûr. Mais l’implication officielle de l’OEA, avec un intérêt croissant au Congrès en utilisant l’aide américaine pour soutenir la justice au Honduras, permettent d’espérer que les demandes du peuple hondurien seront entendus. Il peut être trop tôt pour déclarer une amérique centrale débarrassé de la corruption, mais cette région traumatisée au moins a des raisons d’espérer.

A lire également :

  • http://www.telesurtv.net/english/news/Hondurans-March-Against-Corruption-Unite-to-Strengthen-Demands-20150711-0004.html
  • http://www.telesurtv.net/english/telesuragenda/6-Years-After-Honduras-Coup-20150627-0016.html