#Covid-19 : la stratégie française en question [#tests #Chloroquine…]

À titre liminaire, on ne le répétera jamais assez : respectez strictement les consignes données pour lutter contre la propagation du , c’est-à-dire d’appliquer les mesures barrières et de respecter scrupuleusement le confinement et son slogan « restez chez vous ! ».

Toutefois, cette stratégie suffit-elle, à elle seule, à stopper la pandémie? D’autres moyens ne devraient-ils pas être mis en œuvre, notamment au regard de ce qui se fait dans d’autres pays? Des traitements prometteurs contre le covid-19 sont-ils écartés par pure idéologie?

Si le respect des consignes est une priorité, elle ne doit pas nous aveugler. La gravité du moment ne doit pas nous faire perdre notre esprit critique et notre faculté d’analyse. D’autant plus quand cette stratégie est mise en place par un gouvernement de brutes totalement inféodé à l’Union Européenne du Capital et qui a montré à quel point il pouvait martyriser son peuple en chaque instant. D’ailleurs, dans cette crise, les Macron/Philippe ne cessent de multiplier les contradictions et à mettre en danger la vie des Français,  caractérisé par l’injonction contradictoire perverse « restez chez vous, allez travailler ».

La question du dépistage

Le gouvernement Philippe a décidé de ne pas dépister le Covid-19, aucun test n’est donc pratiqué quand la maladie est seulement suspectée, les ne sont réalisés qu’une fois que l’état clinique du malade s’est aggravé.

Cette stratégie est en totale contradiction avec la recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui exhorte au contraire les pays à « tester, tester, tester » et le directeur de l’organisation de marteler que « Vous ne pouvez pas combattre un incendie les yeux bandés »[1].

Jusqu’à lors aucune raison scientifique n’est avancée pour justifier l’entêtement français. L’argument qui revient le plus souvent – incompréhensible pour la 6e puissance économique mondiale – est « nous n’avons plus les tests », un autre veut que les laboratoires de villes ne disposent pas de protections suffisantes pour les réaliser. Il s’agit, encore une fois, du manque de matériels adaptés et notamment de masques, manquement qui se transforme chaque jour un peu plus en un gigantesque scandale d’État [2].

Au surplus, pour réaliser ces tests – qui consistent en un prélèvement à l’aide d’un écouvillon (comparable à un coton-tige) de sécrétions nasales –  il est nécessaire, en laboratoire, d’avoir un précipité (appelé également réactif) pour détecter le virus. Or, ce précipité ferait également défaut par manque de production.[3]

L’amateurisme du gouvernement est donc patent, à l’image d’un Macron flânant dans les rues de Paris début mars tout en appelant à aller au théâtre et à sortir pour faire tourner la machine économique, au lieu d’être sur le pied guerre pour trouver une solution à la production massive et urgente de matériels de protection (masques, gel hydroalcoolique), de soins (respirateurs…) et de précipités pour les tests. Si la réorganisation de l’industrie est bien plus complexe en système capitaliste qu’en système socialiste – ce qui est également l’un des nombreux aspects de la supériorité du deuxième sur le premier – elle n’est pas, à elle seule, une excuse. D’autant que les Chinois avaient essuyé les plâtres et ont montré le chemin à tous les autres, permettant un délai de plus de deux mois qui aurait dû être salutaire à notre pays.

L’aspect « soudain » de l’épidémie n’est donc aucunement une excuse, d’autant qu’Agnès Buzyn lâchait la bombe, en révélant qu’elle avait prévenu l’exécutif de l’imminence du danger[4].

L’un des nombreux contre exemple de la stratégie française et celle mise en place en Allemagne, que pour, une fois, nous aurions dû imiter. Non pas sur l’absence totale de solidarité du gouvernement Merkel, qui gardait égoïstement pour lui masques, appareils respiratoires et traitements (démontrant au passage que l’UE n’est faite que pour le dumping antisocial pas pour la solidarité entre les peuples), mais bien par la mise en place d’une campagne de dépistage massive[5].

Les Allemands ne font là que copier la stratégie chinoise et sud-coréenne. Ce dernier pays a de loin réalisé le plus de tests, or, seulement un peu plus de 100 personnes y sont, à ce jour, décédées.

D’ailleurs, en Italie, une ville a décidé de pratiquer une campagne de dépistage systématique et a réussi l’exploit d’éradiquer la maladie à l’intérieur de la cité[6].

Si les résultats sont si probants c’est qu’une fois le patient dépisté, il peut être confiné chez lui et ne contamine donc plus personne. Autre élément d’importance capitale, cela permet également de lui apporter un traitement adapté, ce qui est, il nous semble, la base de la .

La question de l’

L’hydroxychloroquine, médicament de type antipaludéen aujourd’hui prescrit dans le traitement des troubles rhumatismaux et le lupus (lire ici l’interview d’un malade sous plaquenil), est au centre de tous les espoirs pour traiter le covid-19.

Ce traitement aurait un effet spectaculaire sur la charge virale – le nombre de copies du virus dans un fluide –, permettant de diminuer le risque d’aggravation de la maladie.

En France, le Professeur Raoult de l’IHU de Marseille, l’un des plus imminents infectiologues au monde, n’a de cesse de défendre ce médicament et de justifier de son effectivité dans le traitement du Covid-19.

Il n’a pourtant rien inventé et c’est lui qui le dit. Il explique s’être appuyé sur des travaux de scientifiques chinois et arabes qui utilisent cette molécule dans le traitement des coronavirus. Il précise, à cet effet, que si les Chinois ont été les premiers à être touchés par le Covid-19, le pays le plus touché au monde par des coronavirus (hors covid-19) est l’Arabie-Saoudite. Ainsi, ils sont les mieux armés pour lutter contre la maladie. Il est également important de noter que selon le Professeur Raoult, la Corée-du-Sud, déjà citée ci-dessus, inclut dans son protocole de soins cette molécule.

Toutefois, en France, politiques et scientifiques ne prennent ni les travaux du Professeur Raoult (et de toute son équipe!), ni des scientifiques chinois et arabes aux sérieux.

La raison? Il révèle notamment dans une interview que « Ces deux scientifiques sont les meilleurs au monde pour traiter les coronavirus, mais en France, peut-être parce que l’un est Chinois et l’autre Arabe, on ne les écoute pas. » et de conclure « C’est bizarre à une époque où l’on parle sans cesse de mondialisation. En France on réclame de fournir des résultats déjà trouvés ailleurs. »[7].

L’avenir donnera raison ou non au professeur Raoult, mais, nous, communistes, n’avons aucun préjugé sur l’origine des recherches. Une découverte scientifique à la même valeur, qu’elle soit chinoise, russe, américaine, arabe, cubaine ou française.

De plus, la pugnacité des équipes de l’IHU de Marseille, ajoutée aux déclarations fracassantes du professeur Raoult du type « La chloroquine guérit le Covid-19 »[8], tendent à démontrer qu’ils savent très bien ce qu’ils font et qu’ils auront donc eu raison avant tout le monde.

D’autant que de nombreuses voix commencent à s’élever contre l’entêtement des autorités françaises, comme le virologue Hervé Fleury déclarant « nous aurions dû faire confiance aux scientifiques chinois »[9].

Si tel est le cas, tous ceux (politiques comme scientifiques) qui auront freiné des quatre fers pour l’utilisation de ce traitement qui ne présente, dans tous les cas, que très peu de risques tant la molécule est vieille et que la médecine connaît donc aussi bien les effets indésirables que sa posologie[10][11], devront en assumer les conséquences! D’autant que leur jugement aura, très probablement, été biaisé par des préjugés racistes !

Quid de l’interféron Alfa-2B cubain

Autre médicament utilisé en Chine dans le traitement du Covid-19, l’interféron alfa 2B, inventé par les scientifiques cubains pour traiter, à l’origine, la dengue.

Ce médicament agit sur les défenses immunitaires en empêchant l’état du patient de s’aggraver. Il est également utilisé à titre préventif pour aider le personnel soignant à éviter la contamination. Il est recommandé par l’OMS dans le traitement du Covid-19 et a fait ses preuves en Chine[12].

Toutefois, ce médicament ne semble pas, pour l’heure, être envisagé en France qui lui préfère l’interféron beta 1A[13].

Là encore, pourquoi cet entêtement? On ne peut l’expliquer que par pure idéologie sectaire, nos élites ne comprenant pas que ce petit pays, qui subit un embargo criminel depuis plus de 50 ans, a 1000 fois démontré sa compétence en matière de science et notamment de recherche médicale, grâce à une politique axée sur l’éducation et la santé pour tous.

D’autant que Cuba brille aussi par son engagement international et sa solidarité totale envers les peuples du monde entier et plus particulièrement en temps de crise sanitaire comme en Haïti, ou contre Ébola en Afrique ou encore aujourd’hui contre le Covid-19 en envoyant des médecins en Italie ou en accueillant le bateau de croisière Britannique MS Baemar, dont certains passagers étaient atteints par le coronavirus et dont aucun autre pays de la zone ne voulait, ce qui vaudra à l’île socialiste des Caraïbes un élogieux article dans le journal anglais The Independant[14].

Nous ne saurions trop conseiller à Macron et son comité scientifique de demander urgemment de l’aide à Cuba pour que nous puissions bénéficier de ce traitement en France!

Détection/traitement ou confinement?

« Les 2 mon général! »

S’il est urgent pour les autorités françaises de se réveiller et de sortir de leur médecine de bistro – « Tu tousses? T’as de la fièvre? Va pas chez le médecin, rentre chez toi et prends du paracétamol! » – pour enfin appliquer les recommandations internationales – tester/diagnostiquer/traiter –, il n’empêche que le confinement doit être strictement respecté!

Pour tout dire, là encore plusieurs voix s’élèvent en France pour un confinement plus sévère pour endiguer l’épidémie, comme des syndicats d’internes de médecine qui ont été jusqu’à saisir le Conseil d’État pour tenter de faire plier de gouvernement[15]. Nous citerons également l’exemple italien, où les médecins chinois venus en renforts réclament un confinement plus strict notamment par l’arrêt des transports en commun[16].

Il faut bien voir qu’en Chine les autorités ont décidé de pratiquer la stratégie du détecter/soigner et du confinement total. Quel est le bilan? Sur une population de 1 milliard 400 millions d’habitants, 3 245 personnes sont décédées, alors qu’en Italie sur une population de 60 millions d’habitants 4 825 personnes sont déjà mortes et que la pandémie est loin d’être terminée…

« C’est à la fin du bal qu’on paie les musiciens »

Si l’heure est au respect des consignes, de l’application des mesures barrières et au confinement, il n’empêche qu’il y aura un après Covid-19.

D’ici là comptez sur les militants communistes, mais pas seulement, sur tous les syndicalistes de classe, sur les progressistes, sur le personnel soignant et sur chaque citoyen pour tirer le bilan de cette crise.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le gouvernement Macron/Medef/UE, dans cette crise du Covid-19 et seulement pour cette crise du Covid-19 :

– n’a rien anticipé;

– a déjà rogné nos droit à congé et les 35 heures ;

– a multiplié les injonctions contradictoires ;

– a refusé un confinement plus strict ;

– s’est entêté dans sa stratégie de médecine de bistro et refuse une campagne massive de dépistage ;

– ne s’est pas inspiré des exemples internationaux ;

– n’a pas suivi les recommandations internationales, notamment celles de l’OMS ;

– ne sollicite pas l’aide internationale de pays qui ne demandent qu’à aider et peuvent nous aider ;

– n’a toujours pas réussi à fournir suffisamment de masques et d’équipements aux personnels soignants et à tous ceux qui sont en première lignes (policiers, pompiers, laborantins, travailleurs…) ;

– etc…

Alors que nos élites (UE, Macron, MEDEF) soient bien averties : nous n’oublierons rien!

Ni ce qui a été fait et pas été fait durant cette crise, ni ce qui a été fait avant cette crise : casse de l’hôpital public et de tous les services publics, casse des retraites, du code du travail, etc…

Dès que nous sortirons de cette crise nous en ferons le bilan circonstancié et à n’en pas douter l’addition sera très, très, très salée!

th pour www.initiative-communiste.fr


[1] https://www.france24.com/fr/20200317-coronavirus-l-oms-appelle-%C3%A0-effectuer-un-test-pour-chaque-cas-suspect

[2] https://www.lequotidiendupharmacien.fr/actualite-pharmaceutique/article/2020/03/20/labos-de-ville-pas-de-masque-pas-de-test-covid-19-_282972

[3] https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-relever-le-defi-du-diagnostic-biologique-en-france_142551

[4] https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/buzyn-avoue-tout-limmense-mascarade-face-au-coronavirus-video-covid-19/

[5] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-pourquoi-le-taux-de-mortalite-est-il-si-bas-en-allemagne-6785889

[6] https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/mar/20/eradicated-coronavirus-mass-testing-covid-19-italy-vo

[7] https://www.marianne.net/societe/didier-raoult-sur-le-coronavirus-il-ne-faut-pas-jouer-avec-la-peur

[8] https://www.marianne.net/societe/la-chloroquine-guerit-le-covid-19-didier-raoult-l-infectiologue-qui-aurait-le-remede-au

[9] https://www.sudouest.fr/2020/03/19/nous-aurions-du-faire-confiance-aux-scientifiques-chinois-11067238-7346160-10142.php

[10] https://www.laprovence.com/article/papier/5940125/pr-didier-raoult-je-ne-suis-pas-un-outsider-je-suis-en-avance.html

[11] https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/interview-daurelie-traitee-pour-un-lupus-par-hydroxychloroquine-plaquenil-preconise-par-les-medecins-chinois-et-le-professeurs-raoult-contre-le-covid-19/

[12] http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article163075

[13] https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/coronavirus-ce-week-end-chu-lille-teste-trois-traitements-contre-covid-19-1803982.html

[14] https://www.independent.co.uk/voices/coronavirus-cruise-cuba-trump-us-covid-19-a9407846.html

[15] https://isni.fr/refere-liberte-au-conseil-detat-le-gouvernement-doit-prendre-en-urgence-des-mesures-de-confinement-totales/

[16] https://www.nicematin.com/faits-de-societe/face-au-non-respect-des-regles-par-les-citoyens-comment-le-confinement-se-durcit-en-italie-484541


crédit photo test coronavirus

State Public Health Laboratory in Exton Tests for COVID-19

Pennsylvania Commonwealth microbiologist Kerry Pollard performs a manual extraction of the coronavirus inside the extraction lab at the Pennsylvania Department of Health Bureau of Laboratories on Friday, March 6, 2020.

Commentaire de lecteur “#Covid-19 : la stratégie française en question [#tests #Chloroquine…]

  1. babar
    22 mars 2020 at 08:50

    Pour les tests il faut 3 composants
    – Une machine de RT-PCR qui prend les 96 échantillons, fait varier leur température (cycleur, 50 cycles pendant 45min) et analyse la fluorescence et envoie le résultat à un ordinateur. Difficile d’évaluer qui en a, les gros hôpitaux et labos d’analyse médicale et chercheurs liés à la génétique et virologie. https://www.thermofisher.com/fr/fr/home/life-science/pcr/real-time-pcr/real-time-pcr-instruments/quantstudio-1-real-time-pcr-system.html
    C’est le plus cher : au moins 10000€ la machine. Il faut que tous les hôpitaux testent et peut-être aussi tous les labos qui ont une machine de RT-PCR.
    – Réactifs généraux de PCR (extraction de RNA, TaqMan polymerase et nucléotides libres). Pas cher et produit en grande quantité en temps normal.
    – Primers (séquence de 20 nucléotides) qui amplifient spécifiquement SARS-CoV-2 et le probe (20 nucléotides avec une molécule fluorescente au bout). C’est le plus critique et technique, disponible que depuis la publication du génome du virus mi-janvier, mais USA et UE sont leaders dans ce domain et on peut trouver des entreprises européennes qui vendent 10000 tests à 2000€ (generi-biotech) et une entreprise en France sait les produire (genecust). Il suffit d’un gramme pour faire un million de tests, il suffit probablement de réquisitionner un labo pour produire pour toute l’UE.

    Une fois qu’on a tout ça il faut un circuit pour aller récupérer les échantillons et un circuit d’épidémiologistes, tous formés sur le tas. Ces derniers doivent appeler chaque cas positif pour faire une liste de 10 personnes à tester, détectent les plus contagieux et les plus malades, s’assurent qu’un cas positif met un mot pour ses voisins, prévient les villes les plus touchées, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.