« ELLE REPOND TOUJOURS DU NOM DE ROBESPIERRE, MA FRANCE » (Jean Ferrat).

« ce mercredi 7 mars, la télévision publique va une fois de plus insulter l’histoire, la République et les révolutions en diffusant un pseudo-documentaire accusant Maximilien Robespierre, fondateur de la République française, de « génocide » en Vendée.

Ainsi cela ne leur suffit plus d’insulter Lénine et la Révolution d’Octobre, de mettre le pays de Stalingrad au même rang que le Troisième Reich, de cracher à n’en plus finir sur Cuba socialiste. A l’approche du 220ème anniversaire de Valmy (septembre 1792) et de la grandiose année « Quatre-Vingt-Treize » célébrée naguère par par Victor Hugo, voici que les contre-révolutionnaires font le procès de l’épisode le plus révolutionnaire de la grande Révolution, la lutte héroïque et sur tous les fronts, des « soldats de l’An II » contre la coalition de l’Europe monarchique et contre la rébellion monarchiste vendéenne manipulée par l’aristocratie déchue et financée par l’Angleterre. Nul doute que la « France des travailleurs » chantée par Jean Ferrat, « celle qui répond toujours du nom de Robespierre », ne protestera en masse contre le lavage de cerveau d’Etat, d’autant plus qu’aucun historien sérieux, aucun défenseur de Robespierre et de la République n’est invité sur le plateau pour faire entendre la voix de la défense.

On comprend très bien l’arrière-plan de cette nouvelle opération antirépublicaine: non seulement la criminalisation de la Révolution d’Octobre, consécutive à la contre-révolution anticommuniste des années Gorbatchev-Eltsine a-t-elle lâché la bonde à l’idéologie contre-révolutionnaire, entraînant dans sa surenchère d’accusations délirantes (du type Soljenitsyne ou S. Courtois) la Révolution de 1789, mais l’heure est à la diffamation généralisée de la République une, laïque et indivisible (fût-elle bourgeoise) léguée par l’effort des Sans-Culotte, de la Montagne et des grands Jacobins. C’est que l’extrême droite déjà au pouvoir en France, aimablement secondée par la fausse gauche « bobo » ne sait plus quoi faire pour justifier la casse de l’ « exception française » et la dissolution finale de la France républicaine, de ses conquêtes démocratiques et sociales issues de deux siècles de luttes, dans la monstrueuse Europe supranationale et libérale, digne héritière de la Sainte-Alliance de Metternich et de la Restauration. « Blancs » de tous les temps et de tous les pays unissez-vous pour conjurer l’espoir révolutionnaire d’une seconde Révolution française, – une révolution ouvrière et populaire instituant une véritable « République sociale » -, qui ne peut manquer de germer derechef à l’heure où le capitalisme mondial en crise et  la dictatoriale UE pilotée par Merkel sont de plus en plus honnies par les peuples.

A titre de première réaction, le PRCF demande aux visiteurs de son site de bien vouloir lire et relayer la réaction à la fois sarcastique et indignée de Jean-Marc Schiappa, militant et historien de la Libre Pensée.

Extrait du site de la Fédération Nationale de la Libre Pensée
http://www.fnlp.fr/spip.php?article727

A téléchargez au format PDF