Régionales 2010 : refusons de rabattre vers la social-démocratie !

du PRCF 59-62,

Après avoir fait mine de se maintenir au second tour pour donner le change à son électorat et faire monter les enchères, les chefs du « Front de gauche » dans le Nord-Pas-de-Calais ont donc, comme le PCF la fois précédente, fusionné leur liste avec celles du PS et d’Europe Ecologie, sans en avoir le moins du monde débattu avec leurs colistiers.

Comme presque partout ailleurs, les militants sincèrement communistes et anticapitalistes qui ont participé à la campagne du FdG auront à leur corps défendant travaillé pour la social-démocratie thuriféraire des traités de Maastricht et Lisbonne. Les 55,47% des électeurs de la région ont signifié clairement leur écœurement aux chefs des grandes formations  politiques en n’allant pas voter au 1er tour ne risquent pas de changer d’avis après cette nouvelle manœuvre.

Bien évidemment, cette fusion avait, comme en 2004, été décidée bien avant le 1er tour : il suffisait de Daniel Percheron et Alain Bocquet se passer mutuellement les plats pendant la campagne pour s’en convaincre. Toute la campagne de « L’humain d’abord » s’est concentrée contre « la droite ». A quoi bon refuser de participer à l’exécutif régional si c’est pour refuser ensuite d’émettre le moindre mot de critique sur le bilan du PS à la tête de la région ? Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, le subventionnement de l’école privée par la Région au-delà du minimum imposé par la loi ne semble pas gêner les dirigeants du Front de gauche 59-62.

Le programme de la liste Percheron, qui propose d’accompagner la poursuite de la casse de l’industrie dans la région avec une « sécurisation du parcours » de « 14 000 salariés bénéficiaires d’une, dans les filières sensibles comme l’automobile, la vente à distance, le textile » ne fait pas non plus débat pour les responsables de la liste « L’humain d’abord », non plus que la poursuite de la casse de l’éducation nationale – mais un peu moins vite (« un moratoire sur les suppressions de postes » dans l’éducation !).

Sur la liste de rassemblement du 2ème tour, des candidats du FdG se retrouveront au côté de ceux d’ « Europe Ecologie », dont le n°1 en France Daniel Cohn-Bendit a, tout comme la nordiste Hélène Flautre, mêlé sa voix à celle des fascistes Carl Lang et Bruno Gollnisch au parlement de Strasbourg pour voter une résolution criminalisant le communisme dans toute l’Europe !

Le résultat majeur de toutes ces compromissions est d’ailleurs la percée du FN, qui prospère depuis plusieurs années dans la région sur le terreau du chômage et du « tous d’accord, tout pourris ! ». Marine Le Pen s’est d’ailleurs fait un malin plaisir de remarquer que la tête de liste UMP Valérie Létard a voté 58 fois seulement contre la majorité de « gauche » sur plus de 11 000 délibérations au Conseil Régional. C’est dire si la lutte de classe y fait rage !

Le PRCF 59-62 dénonce cette fusion de listes. Il appelle à voter blanc, nul ou à s’abstenir le 21 mars.