IRAN déclaration du parti communiste iranien (Tudeh) (Voir les réactions de D.Antonini et de A.Manessis)

Date : Mercredi 17 Juin 2009, 22h43

16-06-2009 14:21

 

Auteur : Iranian communist party Tudeh

 

IRAN déclaration du parti communiste iranien (Tudeh)

 

Des millions de bulletins pour Ahmadinejad truqués !

 

Compatriotes qui restez vigilants !

 

Votre participation massive, par dizaines de millions, a transformé encore une fois la dixième élection présidentielle en un référendum contre ce régime réactionnaire et frauduleux.

 

Des millions d’Iraniens ont défilé en brandissant des drapeaux verts en signe de protestation contre le gouvernement despotique et corrompu du Guide Spirituel et de sa clique.

 

Cela a ébranlé ce régime corrompu à un tel point que ses dirigeants, effrayés à l’idée de la répétition du 2 de Khordad [date de l’élection de Khatami en 1997 – qui a inspiré les mouvements iraniens opposés au régime actuel], ont ordonné à leurs forces de répression, dans les grandes villes, d’écraser la volonté de la majorité en organisant quasiment un coup d’État militaire.

 

Les attaques des forces de sécurité contre les milliers de jeunes qui sont descendus dans la rue pour protester contre la mascarade du régime, combinées à la fermeture forcée des Quartiers-Généraux de campagne de Mousavi ainsi qu’aux menaces que font peser les Gardes Révolutionnaires afin de réprimer toute protestation, sont des signes de la lourde défaite subie par les leaders du régime ce 12 juin.

 

Les deux candidats aux Présidentielles, Mousavi et Karroubi, ont déclaré que les résultats des élections sont nuls et non-avenus, et affirmé qu’ils ne quitteront pas la scène politique. Les manipulations et les fraudes concernant des millions de bulletins portant le nom d’Ahmadinedjad suivies par la confirmation de la validité des résultats électoraux par Khamenei montrent que le leader spirituel et ses milices armées sont les instigateurs de cette violence encouragée par l’État contre la volonté de millions d’Iraniens.

 

Cette mascarade électorale montre que le régime se situe à un tournant dans la manière dont il compte traiter ses opposants et démontre clairement que les « critiques de l’intérieur » ne seront plus autorisés à avoir des activités politiques, même limitées. La déclaration menaçante de Khamenei est effectivement un avertissement lancé aux candidats à la Présidence, exigeant leur reddition devant la réaction et leur départ de la scène politique.

 

Dans les dernières semaines, le Parti Tudeh a mis en garde à plusieurs reprises contre les projets sinistres des forces de répression et la préparation de l’écrasement de la volonté populaire. Nous avons demandé à ce que toutes les forces nationales et tous ceux qui luttent pour la liberté s’unissent pour une cause commune, s’opposer aux projets du régime. Nous ne devons pas laisser la force considérable du peuple, qui a enragé et pétrifié les réactionnaires, s’effriter et nous devons empêcher que le peuple se réfugie dans la désillusion, livrant à nouveau le devant de la scène aux forces réactionnaires.
 
Toutes les forces sociales et politiques du pays devraient déclarer les résultats des élections comme étant nuls et non-avenus et utiliser tous les moyens possibles pour faire entendre leurs protestations contre cette manipulation montée par le Leader Spirituel et ses fidèles armés. En organisant et en étendant la lutte, nous devons mettre le régime en place sous pression.

 

Accepter ces résultats électoraux serait une trahison du vote populaire et serait faire preuve de complicité avec un régime frauduleux et réactionnaire. Compatriotes qui restez vigilants ! Les leaders de ce régime ont gouverné par la force brutale et en trahissant les objectifs de la Révolution, maintenant ils sont sur le point de monter un coup d’État contre le peuple.

 

La forte présence de millions d’Iraniens, manifestant leur protestation, peut permettre de mettre en échec cette machination honteuse et sauver notre pays d’un danger sérieux.

 

Site du Parti Communiste (Tudeh) d’Iran : http://www.tudehpartyiran.org/

 

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

 

Voici la réaction de Daniel Antonini responsable « international » du PRCF

 

Sur le plan intérieur on peut comprendre la réaction du parti Tudeh (voir d’ailleurs notre communiqué sur le site); mais ils oublient qu’à l’échelle internationale, ce qui se joue c’est la mainmise sur leur pays des puissances occidentales (USA et son 51è état, Israël, en particulier). Ce qu’on reproche à l’Iran ce n’est pas d’être un régime islamique et l’occident soutient d’autres régimes autrement dictatoriaux, ce qu’on lui reproche, c’est sa politique d’indépendance nationale et d’opposition résolue à Israël. La déclaration du Tudeh élimine cet aspect des choses et me fait penser à la position du PC d’Irak vis à vis de S. Hussein qui les a conduit à sombrer dans la collaboration de classe et même dans la Kollaboration tout court.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Voici la réaction d’Antoine Manessis membre de la commission exécutive du PRCF

En effet, comme le dit Daniel, il y a deux aspects dans cette affaire. Le premier c’est la nature de classe du régime “islamique”. Le second, le positionnement de l’Iran sur le plan international.

Sur le premier aspect il est clair que le régime issu de la révolution populaire contre Palavi est un régime BOURGEOIS, c’est la bourgeoisie nationale iranienne qui dirige le pays et le capitalisme s’y porte très bien. Les religieux sont d’ailleurs parfaitement intégrés à la machine économique.

Ceci dit comme c’est un vaste front de classes qui a triomphé du Shah le pouvoir (Mollas et capitalistes) mènent une politique visant à neutraliser le danger potentiel que sont les classes populaires par la répression et par des compromis.

Répression terrible contre le Parti Communiste et les progressistes (exécutions, tortures etc.) et distribution de la manne pétrolière de façon à calmer les attentes sociales des masses. Masses paysannes et ouvrières.

De plus il y a des courants au sein de l’oligarchie au pouvoir, certains représentant un courant populiste (plus “social” sur le plan éco et social, mais plus réactionnaire du point de vue des libertés) mais dont une des caractéristiques est un anti-impérialisme sur la scène internationale (alliance objective avec la Russie, le Venezuela etc)représenté par Amaninedjab, d’autres comme son concurrent aux présidentielles (Moussavi) représentant du courant bourgeois “libéral” (plus réac sur le plan éco.-social mais plus “ouvert” sur le plan des libertés(bourgeoises) ce qui explique le soutien de certaines fractions bourgeoises qui veulent intégrer le pays dans le marché mondial, “normaliser” l’Iran et redevenir une puissance régionale en alliance avec les États-Unis (Obama moins stupide que Bush leur en offre la possibilité).

Il y a enfin les “centristes” qui tentent d’équilibrer ces différentes tendances autour du Guide suprême Khamenei. Tendance qui intègre dans ces calculs le poids politique des “Pasdarans”(gardiens de la Révolution) qui sont devenus une force autant économique que militaro-politique et enfin l’Armée elle-même qui pèse aussi sur le plan politique (dans la politique nucléaire en particulier).

Bref pour être très schématique ce résumé montre que l’Iran passe une crise profonde, complexe et ayant pour nous, communistes, des aspects contradictoires.

Ce qui devrait rendre notre position nuancée ce qui ne veut pas dire obscure…Une chose me semble devoir être évitée à la lumière du passé : il me semble que le soutien à la bourgeoisie nationale anti-impérialiste doit être assumé EN MEME TEMPS, simultanément, avec la critique de classe et la solidarité avec nos camarades en lutte au sein de ces régimes (parfois dans des conditions très difficile).

Ce, qu’à mon humble avis, le MCI n’a pas fait correctement vis à vis des Nasser, Boumedienne, S.Hussein, Assad et autres du fait des exigences diplomatiques de l’URSS.

Même si le rapport des forces international a évidement changé je crois nécessaire de tenir les deux bouts de la chaîne.