France inter: Hess et Val, la « gauche » sarkozienne, à l’œuvre.

On devra se rappeler que pour liquider les rares espaces de liberté sur Franc Inter, la radio publique, Sarkozy a utilisé comme nervis des hommes dits «de « gauche », Philippe Val, ex patron de “Charlie Hebdo”, grand défenseur des droits de l’homme (riche et anti-totalitaire) et pourfendeur de l’islamisme et Jean Luc Hess, nommé à la tête de la Radio par le locataire de l’Elysée, l’ami des riches.

Stéphane Guillon vient ainsi d’apprendre son limogeage en lisant la presse… ces gens sont d’une telle délicatesse que le courage leur manque sans doute pour avertir le salarié concerné face à face. Didier Porte aussi et tous les humoristes de la tranche matinale, irrespectueux de Sa Majesté Nicolas II Tsar des Français, sont virés !

En mission commandée par les plus bas sommets de l’Etat, ces petits marquis de la Sarkozie, sans aucun doute au nom des droits de l’homme, viennent une fois de plus montrer l’insolence, l’arrogance de cette clique illégitime qui dirige le pays.

De forfaiture en coups bas, du non respect de suffrage universel à la démolition des jurys populaires, les fondés de pouvoir du très grand capital (n’est ce pas Woerth ?) engagent notre pays dans une voie ténébreuse, dans la voie de la fascisation c’est-à-dire un processus mortel à terme pour les libertés démocratiques chèrement acquises.

Et il y a une logique derrière ce processus : le prix de la crise que le pouvoir veut faire payer aux travailleurs implique une telle régression sociale que la peur d’une réaction populaire à cette guerre des riches contre les pauvres implique une limitation des libertés pour empêcher les masses populaires de développer leur combat. L’histoire nous montre que ce processus de fascisation accompagne toujours les périodes de crise du capitalisme : la démocratie bourgeoise, même imparfaite et limitée, devient insupportable au pouvoir du capital.

Il est également significatif que ce soit des hommes de la fausse gauche qui servent d’exécuteurs des hautes œuvres, pour le moment symboliquement, demain comme les Ebert et Scheidemann, en mettant la main à la patte ?….

Nous devons être très vigilants face à ces attaques contre les libertés et ne pas sous estimer cet aspect du combat de classe car toutes sont importantes du fait qu’elles s’inscrivent dans un processus global extrêmement dangereux. Nous sommes les meilleurs défenseurs de la liberté comme nous sommes les meilleurs défenseurs des travailleurs et de la nation.

Comme Dimitrov qui lançait à Goering « l’incendiaire c’est toi ! » ( au procès de Leipzig et à propos de l’incendie du Reichstag) nous devons dire à ces dépeceurs de nos libertés, les liberticides c’est vous !

AM