Qu’on ne compte pas sur nous pour nous passionner à propos du sort de footballeurs milliardaires, d’autres méritent davantage notre attention et notre solidarité. Mais il n’est pas inutile de scruter les débats « sociétaux » qui envahissent les écrans de télé et les journaux. C’est ainsi que la bourgeoisie forge son idéologie, diffuse ses idées, évidemment conformes à ses intérêts.

Que peut-on entendre de la part de ces médias et des hommes politiques invités à se prononcer sur ceux qui ne respectent pas les bonnes mœurs, insultent des journalistes, se comportent comme des « caïds »de banlieue et pérorent sur la « crise » du foot français ? En gros qu’une bande de racailles aux revenus scandaleusement élevés….il faudrait donc « carchériser » (sic) l’équipe de France.

Qui parmi ses donneurs de leçons a-t-il agit pour que le foot amateur et plus largement le sport ne soit  plus soumis à loi de l’argent ? Car c’est bien de cela qu’il s’agit : le foot professionnel est gangréné par l’argent, par les lois du capitalisme. Transferts, salaires, budgets des grands clubs sont pervertis par le « marché », c’est-à-dire par le capitalisme qui marchandise toutes les activités humaines et qui détruit aussi le patriotisme : mais sur ce point, ceux qui laissent tomber la langue française au profit de l’anglais patronal et qui, en ce moment même, sacrifient la souveraineté nationale au « fédéralisme européen » (sans aucun mandat du peuple souverain !) et qui détruisent notre pouvoir d’achat pour « sauver l’euro » n’ont aucune leçon à donner à Nasri et à ses camarades. En réalité les hommes politiques du Parti Maastrichtien Unique (PMU) qui, de Coppé en Hollande, démolissent la République française et les acquis du CNR pour « sauver les banques » sont mille fois plus coupables que les enfants gâtés du fric-foot qu’on entraîne dès leur plus jeune âge à se comporter comme des mercenaires.

De plus après les délires angéliques sur la France « bleu, blanc, beur », nous avons eu durant cinq années le sarko-lepénisme pourrissant les esprits, des propos stigmatisant des joueurs souvent issus des « classes dangereuses ». »Minute », le journal facho bien connu, attaque Nasri « qui salit le maillot tricolore »…… Que des jeunes hommes perdent le sens des réalités sous l’effet du fric est moins lié à leur personne qu’à la situation irrationnelle qui résulte de l’évolution parasitaire du capitalisme en Europe et en France : pendant qu’au nom de la sacro-sainte Europe l’oligarchie et ses relais politiques démolissent les services publics et le « produire en France », d’énormes quantités d’argent vont s’investir dans des activités proches de ce que les Romains appelaient « panem et circenses » : à ceci près qu’il y a de moins en moins de « panem » pour les pauvres et de plus en plus de « circenses », la moitié des « informations » étant consacrées à ces concours de l’industrie pharmaceutique que deviennent les grands tournois internationaux (cf la nouvelle affaire Armstrong en cyclisme). Les boucs-émissaires sont bien pratiques. D’ailleurs les mêmes auraient tressé de couronnes de lauriers à ces mêmes joueurs s’ils avaient gagné. …

Système parasitaire et pourrissant, le capitalisme détruit tout. Foot compris. Et ceux qui ont contribué à l’instaurer, le renforcer, le faire prospérer (tu veux dire « le capitalisme » ? On peut penser que c’est le football) devraient avoir la décence de se taire. Mais la décence existe-t-elle pour ceux qui, après s’être gavés de milliards, augmentent le smic de….2% ?

AM 27 JUIN