Ce vendredi 5 février, la cour d’appel d’Amiens a condamné six des grévistes de Continental Clairoix à des amendes allant de 2000 à 4000 euros. Pour rappel, le 1er septembre, ils avaient été initialement condamnés à 3 à 5 mois de prison avec sursis.


Si nous nous réjouissons de ces peines moins dévères, la Fédération Syndicale Étudiante tient à condamner fermement cette tentative de répression à l’encontre des travailleurs en lutte de Continental Clairoix, qui n’ont pourtant rien à se reprocher. L’avocat général avait d’ailleurs requis des peines de prison avec sursis lors des réquisitoires. Leur seul crime est pourtant d’avoir osé lutter pour leur emploi et contre la loi du patronat.

La FSE tient d’ailleurs à rappeler son soutien inconditionnel à toutes les victimes de la répression, quelque soit sa forme.

Non à la répression !
Seule la lutte paie !

Le porte-parolat de la FSE