Ce que dit Marianne à la Bonne Lorraine

Lens, 31 mai 2011, 470ème anniversaire du supplice de Jehanne Darc, roturière de France

Georges Gastaud, manifestation du COURRIEL devant l’école publique Jeanne d’Arc, à Lens

Jeanne, morte à vingt ans
Si jamais tu entends
Ce dol montant de Lens, territoire de France,
Ne te demande plus pour quoi ta Résistance,
Ni pourquoi ce bûcher enduré jusqu’à mort :
Cauchon avait raison, et toi tu avais tort !

***********************

C’était vraiment folie que quitter ta Lorraine !
A quoi bon arracher le Dauphin aux fredaines ?
A quoi bon soulever compagnons et manants
Pour harceler Bedford et chasser l’Occupant ?
A quoi bon écouter tes voix à Domrémy, -Vox Dei ? Vox populi ? -,
Qui pressaient la bergère de bouter l’ennemi
Etre voix des sans-voix, à vingt ans, c’est folie ! –
Pour qu’un jour du pays notre peuple soit maître
Commençons par chasser les « Godons » et les traîtres !

***********************

Car Cauchon a gagné et tu brûles à nouveau ;
Ce n’est plus en français que tes voix t’entretiennent ;
Des enfants de trois ans « cauchonnant » le cerveau
Luc Chatel équarrit  ta langue souveraine !

*******************************************

Ainsi oublieront-ils « Aux armes citoyens ! »,
Et le God save the Queen deviendra leur refrain !