Pôle position, août 2018 – Sanctions contre l’Iran et la Russie & Affaire Kohler, plus que jamais les nuisances du capitalisme monopoliste d’État !..

Sanctions contre l’Iran et la Russie : un pas de plus vers la guerre impérialiste !

Il ne se passe pas un jour sans que le complexe militaro-industriel états-unien, suivi à reculons par l’UE arrimée à l’OTAN, ne prennent de nouvelles mesures militaires, financières et économiques contre l’Iran et contre la Russie,  parfois même contre la Chine.

Le PRCF est évidemment solidaire des communistes et des travailleurs qui, à Moscou ou à Téhéran,  dans des contextes fort différents, combattent les mesures antisociales prises par le régime contre-révolutionnaire russe (casse des retraites) ou par le régime clérical iranien. Mais les militants franchement communistes ne perdent pas de vue que l’ est l’ennemi principal de la paix mondiale et qu’il nous faut avant tout dénoncer l’Oncle Sam et combattre L’OTAN, dont les dépenses augmentent démentiellement à l’initiative des impérialismes allemand et français.

Plus que jamais, dans les luttes sociales de la rentrée, lions l’action pour les services publics et la protection sociale au combat contre l’impérialisme. Alors que d’aucuns s’efforcent de ressusciter la gauche euro- atlantique et tentent par tous les moyens de remettre en selle  les Benoît Hamon et autres écolos atlantistes à la Cohn Bendit, les vrais communistes doivent se saisir des élections européennes : pas pour cautionner l’Europe sociale et autres mensonges qui ne servent qu’à envoyer des députés honoraires à Strasbourg, mais pour appeler clairement, sans tourner sans cesse autour du pot, à sortir la France de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme.

 

: plus que jamais les nuisances du capitalisme monopoliste d’État !

Plus qu’un nouveau scandale de la Macronie arrogante, l’inculpation d’Alexis KOHLER, le plus proche collaborateur de à l’Élysée, est révélatrice des liens structurels incestueux que la et le grand capital privé entretiennent en permanence dans les grands États impérialistes.

La “concurrence libre et non faussée” que prescrivent les traités européens ne frappe que les salariés, les artisans, les PME soumis par les transnationales à une compétition acharnée. Quant aux , dont Macron et Kohler sont deux émanations éhontées, ils “s’arrangent” sans cesse avec les États nationaux, qui se sont mis eux-mêmes en concurrence perdante avec les États supranationaux en construction comme l’UE, ou avec les Grandes Régions et autres métropoles européennes.

L’heure n’est donc pas à substituer une politique keynésienne, version douce du capitalisme monopoliste d’État, à l’on ne sait quel “ultra libéralisme” inexistant, il faut au contraire jeter bas le CME, et pour cela, militer clairement, en cessant de tourner autour du pot, pour sortir la France de l’euro, de l’UE, de L’OTAN et du capitalisme.