Alors qu’il faisait mine de se réunir dans un conseil des ministres extraordinaire, ce samedi 29 février, soi- disant pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, le régime Macron vient en fait de profiter de cette couverture pour imposer l’interdiction du débat sur la réforme des retraites en utilisant l’article 49.3 de la Constitution. Après avoir interdit le vote en commission des lois par l’Assemblée, c’est le vote par les députés qui est ainsi interdit.

Par un moyen brutal et autoritaire, et alors qu’il vient de promulguer des mesures limitant les rassemblements de plus de 5000 personnes, le régime Macron s’arroge donc le droit d’imposer par la force un texte l’autorisant à décider seul, sans qu’aucun député n’ait son mot à dire, avec des ordonnances et décrets du recul de l’âge de départ à la retraite et de la baisse massive des pensions. Et ce avec la complicité active de la CFDT…. Dans une déclaration, le PRCF appelle à la mobilisation populaire.

L’ « UNION SACRÉE » à GÉOMÉTRIE VARIABLE D’EMMANUEL MACRON – 29 février 2020

Par Georges Gastaud et Fadi Kassem, secrétaires du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)

D’août 1914 à nos jours, la grande bourgeoisie française s’y entend à merveille pour appeler à l’ « union sacrée » chaque fois qu’elle doit faire face à une crise aiguë et… qu’elle entend du même coup museler le mécontentement populaire. Et les traditions de servilité propres à la social-démocratie, toutes tendances confondues, sont tellement ancrées que ça marche à chaque coup : car toute une partie de la gauche petite-bourgeoise est alors ravie de montrer obséquieusement combien elle est « responsable », « raisonnable » et « patriote »…

Il en va de même aujourd’hui face à la menace du coronavirus, ce symbole imprévu de l’ « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » (Traité de Maastricht) qui tient lieu de coopération internationale à l’heure de la mondialisation néolibérale.

Stop à la fausse union sacrée, oui au tous ensemble et en même temps !

Bien entendu, nul être sensé ne refusera d’accomplir avec civisme tout ce qui peut faire barrage au danger bien réel de pandémie. Mais d’abord, refusons la petite musique haineuse qui vise en permanence la République populaire de Chine dans nos médias. Le peuple chinois est frappé par un grand malheur et il fait face avec discipline et esprit de solidarité : il faut l’aider et nous aider en l’aidant, comme le font déjà les médecins cubains et comme nous appellerions de même à secourir, sans arrière-pensée, le peuple allemand ou le peuple américain dans les mêmes circonstances. Et non trouver matière à dénigrement anticommuniste à chacune des décisions fortes prises à Pékin…

Et surtout, comment exiger l’« union sacrée » contre le virus alors que, dans le même temps, le gouvernement LREM et ses députés-godillots profitent du tapage autour de l’épidémie pour supprimer d’un trait de plume les régimes de retraite solidaires de la SNCF, de la RATP et de l’Opéra (aujourd’hui même !), promouvoir en catimini avec la droite des projets antigrève à Radio-France, adopter un décret scélérat qui permettra de ficher l’opinion des gens, de sanctionner les enseignants grévistes, de forcer les lycéens hostiles au sous-bac Blanquer à composer sous la « protection » de la police de Castaner, ne rien entendre, ne rien voir quand les personnels hospitaliers et soignants sont à bout de souffle dans des hôpitaux et EHPAD au bord de l’asphyxie ?

Profitant du coronavirus le régime Macron passe en force sa contre réforme des retraites à coups de 49.3

En réalité, si ce gouvernement d’euro-démontage des acquis du CNR était sincère quand il appelle à l’union sacrée contre le virus, il commencerait par suspendre sa course aux contre-réformes que, tout au contraire, il ACCÉLÈRE à la faveur du trouble créé dans l’opinion par le risque de pandémie. Dans la foulée, Philippe annoncerait qu’il extrait à jamais le budget des hôpitaux de l’infâme « règle d’or » budgétaire qui strangule nos services publics au nom de l’euro aligné sur le mark. Mais Philippe n’en fera rien, qui peut en douter ?

Alors oui, union civique derrière le service public hospitalier qui est en première ligne contre l’épidémie, avec tous les personnels médicaux et paramédicaux. Et, oui, lavons-nous soigneusement les mains, renonçons quelque temps à « faire la bise » tous azimuts, portons des masques sanitaires s’il le faut (y compris s’il le faut dans les manifs à venir ?).

Mais surtout, revendiquons des MILLIARDS D’EUROS pour l’hôpital public, défendons nos retraites solidaires, condamnons le diktat du 49.3 que ce gouvernement ose odieusement utiliser contre notre système social et contre notre démocratie ; dénonçons aussi le système patronal odieux des « carences » qui empêche les salariés de couper court à une maladie commençante au risque de contaminer leurs collègues, leurs patients ou leurs élèves.

En un mot, défendons la santé des Français et des autres habitants de la planète. Non pas AVEC Macron, l’UE et Édouard Philippe, mais contre eux, et contre la mondialisation capitaliste de plus en plus viralement débridée qu’ils incarnent.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/direct-coronavirus-covid-19-emmanuel-macron-preside-un-conseil-de-defense-et-un-conseil-des-ministres-exceptionnels_3846311.html