Leur 14 juillet et le nôtre – par Georges Gastaud #14juillet

Comme d’habitude, Macron va se servir de la fête nationale pour promouvoir, avec l’appui des autres dirigeants du monde impérialiste, ses contre-reformes, ses mesures liberticides, et par-dessus tout, sa ligne de décomposition nationale dite “saut fédéral européen”: substitution de la souveraineté européenne à la souveraineté nationale (en réalité, vassalité accrue de la France à la République de Berlin), de l’armée européenne au principe de la défense nationale, voire, même si ce n’est pas franchement avoué, du tout-globish des traités transatlantiques à la langue française. Bien entendu, Macron trouvera bien l’occasion de distribuer quelques médailles en chocolat aux soignants, à défaut de satisfaire les revendications salariales des agents publics et d’interdire les centaines de milliers de licenciements prévus dans le secteur privé, pourtant gavé d’argent public…

Ce n’est vraiment pas ce là que célébreront les militants franchement communistes du PRCF. Avec les travailleurs en lutte, ils se souviendront du fait que la fête nationale française célèbre une insurrection populaire et que son objet n’était pas d’applaudir dominants et privilégiés mais d’établir la souveraineté nationale et populaire aujourd’hui si menacée. 

Nous n’oublierons pas non plus le 14 juillet 1935 où, à l’appel de Thorez et de Duclos parlant au nom du PCF léniniste d’alors, le Front populaire antifasciste et patriotique fut proclamé aux accents mêlés de la Marseillaise et de l’Internationale. Ni les 14 juillet qui suivirent la Libération, à une époque où les ministres du PCF mettaient en place les plus grands acquis sociaux et démocratiques de notre histoire.


Aujourd’hui, avec les camarades, amis et compagnons qui ont signé l’Appel du 29 mai 2020 (15e anniversaire du Non français à la constitution européenne), nous ne luttons pas seulement pour chasser Macron, refuser le ruineux plan d’endettement germano-français, exiger la nationalisation franche des monopoles privés que l’État bourgeois renfloue à coups de milliards, nous appelons notre peuple à exiger la sortie de la France de l’UE supranationale, de l’euro intrinsèquement austéritaire, de l’OTAN belliciste, tout cela dans la perspective du socialisme pour la France. 


C’est la seule manière d’être fidèle au 14 juillet 1789 et plus encore aux 14 Juillet 1935, 1936, 1940 (manifestation des jeunes communistes français et d’autres patriotes contre Hitler et ses complices). Car l’euro-dissolution de notre pays, la casse des acquis sociaux et du produire en France, la fascisation de l’appareil d’État attisée par Macron et par le rassemblement mariniste, vont à une vitesse telle, que l’idéal de liberté, d’égalité et de fraternité que portait la jeune bourgeoisie de 1789, ne pourra se réaliser et trouver son second souffle sans une seconde Révolution française : une révolution socialiste !

secrétaire national du PRCF – 11 juillet 2020

Commentaire de lecteur “Leur 14 juillet et le nôtre – par Georges Gastaud #14juillet

  1. SNOWDEN
    14 juillet 2020 at 17:10

    Un seul exemple du niveau idéologique présent au journal l’Humanité.
    La nouvelle rédactrice en chef nommée par la cour à Braouezec, Vergnol, dans son édito d’hier a trouvé comme seul exemple de Défenseur d’alerte Li Wenliang, ce médecin à l’hôpital de Wuhan, utilisé par tous les médias mafieux capitalistes comme celui qui a dénoncé l’épidémie contre le PC Chinois, alors que ce dernier est reconnu par le PC Chinois comme un héros.
    C’est un argument que l’on retrouve dans tous les médias capitalistes mafieux anticommunistes.
    Vergnol, cette anti-communiste arriviste a été nommée par Braouezec&Co à la tête de la rédaction pour son anticommunisme. CQFD