#MacronDémission #BonneAnnée2022

Comme à chaque fois qu’il prend la parole avec la complicité docile des médias aux ordres, le Tartuffe de la République s’est livré à un énième exercice d’autosatisfecit démontrant son absence de lucidité totale sur la situation réelle du pays. Tout au long de son calamiteux quinquennat, Emmanuel Macron n’aura cessé de mentir, comme il le fait ce soir en occultant l’effroyable précarité frappant les travailleurs, les retraités et les étudiant(e)s ou en osant affirmer que le travail est promu par une contre-« réforme » de l’assurance-chômage ayant pour conséquence de paupériser encore plus les demandeurs d’emploi – tandis que le chômage (partiel inclus) atteint en réalité des proportions toujours plus alarmantes.

De la même manière, il est saugrenu d’entendre le faussaire Macron rendre hommage aux personnels soignants, exténués par la gestion catastrophique de la crise liée au coronavirus et qui, de surcroît, ont été soumis à une obligation vaccinale sous peine de connaître la suspension de leur fonction et de leur salaire. Certainement une façon originale de « remercier » des travailleurs qui, depuis près de deux ans, se démènent corps et âmes, en dépit des désastreuses conditions structurelles du secteur de santé (manque de personnel et de matériel, fermeture continue des lits de réanimation, etc.).

En outre, entendre Emmanuel Macron vanter l’unité et la solidarité du pays alors qu’il passe son temps à diviser ce dernier tout en arasant toujours plus les libertés publiques à travers un « passe vaccinal », dont même le Conseil d’Etat a affirmé qu’il « est susceptible de porter une atteinte particulièrement forte aux libertés » et « peut limiter significativement la liberté d’aller et de venir et est de nature à restreindre la liberté de se réunir et le droit d’expression collective des idées et des opinions ». Mais rien d’étonnant pour le réhabilitateur de Louis XVI, Maurras et Pétain, foncièrement hostile à l’héritage révolutionnaire de la France.

Il est tout aussi cocasse d’entendre Macron affirmer que la France se réindustrialise et que l’euro a été une chance pour le pays. Et ce alors que récemment, une vidéo réalisée par Blast a clairement montré « comment l’euro pourrait mener l’extrême droite au pouvoir », car la monnaie unique austéritaire – dont la légitimité est très faible à la suite de la ratification de justesse du traité de Maastricht – a pour conséquence de détruire les structures productives (et notamment industrielles) de la France du fait des délocalisations au sein de la mortifère Union européenne.

Ce sera d’ailleurs l’un des enjeux centraux de cette année 2022 : 30 ans après la très difficile ratification de l’imbécile et dogmatique traité de Maastricht, le monarque Macron cherchera à construire la « souveraineté européenne » conformément à son projet de « saut fédéral européen » … détruisant, au passage, définitivement le peu de souveraineté nationale qu’il reste. Il pourra s’appuyer sur le nouveau gouvernement allemand, atlantiste et belliciste, appelant à la création d’un « Etat fédéral européen » ; et par-là même, dans la continuité des sinistres technocrates, industriels et banquiers collaborateurs des années 1930-1940, asservir encore plus la France à l’ordre européiste et germano-atlantiste poussant toujours plus à la guerre contre la Russie et la Chine populaire.

En cette année d’élections présidentielle et législatives, année marquant le 230e anniversaire de la naissance de la Première République jacobine que Macron honnit tant, le véritable esprit de résistance dont ose se réclamer Macron réside en réalité dans l’indispensable reconquête de la pleine et entière souveraineté nationale et populaire. Et pour cela, plutôt que de faire miroiter des projets farfelus et illusoires comme les « Etats-Unis socialistes d’Europe », « l’Europe sociale au service des gens » ou la « désobéissance aux traités européens » – autrement dit, se condamner à rester impuissants dans la mortifère UE –, il faut porter la seule alternative politique claire, cohérente et radicale dont ont tant besoin les citoyens et les travailleurs de France : l’Alternative Rouge et Tricolore nécessitant de rompre totalement et définitivement avec l’euro, l’UE, l’OTAN et le capitalisme mortifère.

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-seul-le-peuple-est-l%C3%A9gitime-macron-demission

Ce projet, le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF), à l’influence croissante auprès des travailleurs, des jeunes, des syndicalistes et des gilets jaunes, le porte dans le cadre de la campagne politique sous l’impulsion de son secrétaire national, Fadi Kassem. C’est le seul projet susceptible de proposer un débouché pour la « tempête sociale et politique » tant crainte par Edouard Philippe, et certainement Macron et ses sbires, le MEDEF et l’UE, en faveur de la République une et indivisible, des services publics, du « produire en France », des conquêtes sociales, des libertés publiques, de la langue française. C’est aussi et surtout le seul projet en mesure de lutter contre la « Bande des Quatre » réactionnaires Zemmour-Le Pen-Pécresse-Macron, qui nourrissent la fascisation – dont ne pipe mot le despote de l’Elysée – galopante dans le pays.

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-seul-le-peuple-est-l%C3%A9gitime-macron-demission

Communiqué du PRCF
Paris – 31 décembre 2021 – 21h00