Halte à la censure sur la question syrienne !

carte-de-la-syrie-et-le-drapeau-syrien-illustration

Communiqué du PRCF 59, 7 avril 2013

Le samedi 06 avril, une réunion d’information sur la à? l’initiative de la Coordination Communiste a subi une tentative de sabotage de ?la part de la , qui a refusé l’accès de la salle municipale à la?dernière minute – la réunion a finalement pu se tenir dans un restaurant de ?Lomme et a été un succès.

Le Pôle de Renaissance Communiste en France 59, invité à?cette réunion-débat, proteste contre cet acte de censure qui vise à imposer un ?discours unique sur la situation au Proche-Orient, et à justifier les ?ingérences impérialistes dans cette partie du monde.

Si le régime syrien n’est pas exempt de reproches, les ?forces « rebelles », renforcées chaque jour par des fous de Dieu de ?diverses nationalités, armés par la Turquie réactionnaire et ces ?pétromonarchies moyenâgeuses que sont l’Arabie et le , ne constituent? aucunement une alternative démocratique. Les conséquences désastreuses de la récente intervention armée en (dont le chaos malien n’est qu’un aspect) ?devraient mettre la puce à l’oreille de tous les progressistes.

Notons que la Mairie de Lille a tenté de motiver sa décision? par un soi-disant « risque de trouble à l’ordre public » parce qu’un  message anonyme publié sur Indymédia appelait à empêcher cette manifestation.? Le message en question accuse notamment les deux intervenants invités par la? CC, Ayssar Midani et Bahar Kimyongür, d’être liés à l’extrême-droite, au? prétexte que l’Union des Patriotes Syriens, dont Ayssar Midani est membre,? aurait manifesté à Paris à l’appel des fascistes de 3ème Voie le 2 ?février dernier, et que Bahar Kimyongür aurait participé en mars, à Genève, à? une conférence avec le groupe brun-rouge Egalité et Réconciliation qui, par ?ailleurs, a publié certains de ses textes sur son site.

Or, la conférence genevoise en question n’a jamais été?organisée ni co-organisée par E & R : si cette organisation a appelé à ?y participer, les organisateurs n’y sont pour rien, et Bahar Kimyongür ne peut?être tenu pour responsable de la publication de ses textes sur tel ou tel site? (ses articles sont aussi repris, entre autres par Le Grand Soir : ?Indymédia va-t-il en déduire que LGS est un site fasciste ?).

Quant à la manifestation du 2 février, il suffit d’un coup? d’œil sur le site de 3ème Voie pour se rendre compte de la? supercherie : il y est fait mention d’une obscure « association des? Patriotes Syriens » (sans A majuscule – de quoi s’agit-il au ?juste ?), et nullement de l’UPS.

Tous les participants à la réunion du 6 ont d’ailleurs pu? vérifier que les propos des intervenants n’avaient rien de fasciste ni de? raciste.

Tous ceux qui, aujourd’hui, défendent le principe de ? et combattent le « droit d’ingérence » se ?retrouvent pris dans la tenaille des nationalistes réactionnaires et des?pseudo-antifascistes (que nous ne confondons pas avec les antifascistes? véritables), les premiers récupérant et déformant cyniquement leurs mots ?d’ordre, les seconds pratiquant l’amalgame le plus grossier – pour le plus ?grand bien de l’impérialisme.

Il est de plus en plus difficile, dans la France? d’aujourd’hui, de refuser d’idéaliser les « rebelles » copieusement ?armés par la Turquie, l’ et le Qatar, et renforcés par des ?« fous de Dieu » de toutes nationalités.

Le PRCF, quant à lui, fait sienne l’analyse du Parti? Communiste Syrien : le régime de Bachar a de graves défauts, les?manifestations de mars 2011 étaient légitimes, et il faut condamner la brutale?répression qui les a frappées ; mais le printemps syrien a été récupéré? par des fanatiques religieux, eux-mêmes manipulés par des puissances étrangères qui se moquent éperdument du peuple syrien.

Que cela plaise ou non aux fauteurs de guerre et à ceux qui?cherchent à faire taire les partisans de la réconciliation nationale en Syrie,? c’est aux Syriens et à eux seuls de décider de l’avenir de leur pays.