Moscou réagit aux déclarations du duo Trump-Macron !

·       Quoi qu’on pense de l’action de Poutine en – et le PRCF est solidaire des résistances communistes et ouvrières à l’exploitation capitaliste restaurée en -, il faut reconnaître que la réaction de la aux frappes américaines en Syrie, servilement appuyées par et par May, est restée à la fois ferme et mesurée.
·       Le communiqué ci-dessous que publient les autorités russes n’en prend que plus de force : oui, la course à la mondialisation des guerres, notamment par de nouvelles agressions contre la Syrie et contre l’, se poursuit à l’initiative des faucons de Washington. Ceux-ci tiennent désormais clairement le manche sous l’égide du très dangereux John Bolton.
·       La défense de la paix mondiale, de la souveraineté de la France, des libertés démocratiques et des acquis sociaux engage donc l’ensemble des progressistes à combattre ensemble Macron sur tous les terrains en se souvenant du mot de Karl Liebknecht : « l’ennemi principal est chez toi »
·       Et plus que jamais, honte à la fausse gauche qui a appelé à voter Macron, donc à le légitimer, soi-disant « pour faire barrage au fascisme », alors que ce personnage est un danger majeur pour la France, pour le monde du travail, pour la paix et pour la démocratie (commentaire PRCF)…

Moscou s’est dit sérieusement préoccupé par les déclarations des présidents américain et français au sujet de l’accord nucléaire avec l’Iran.

La Russie est inquiète quant aux déclarations d’Emmanuel Macron et de Donald concernant le PGAC, a déclaré ce jeudi 26 avril Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

« En ce qui concerne le Plan global d’action conjoint et ce qui se passe autour, nous sommes profondément inquiets. Je parle des dernières déclarations des présidents américain et français au sujet de cet accord sur le programme nucléaire iranien », a-t-elle noté.

« La Russie a déclaré à plusieurs reprises qu’elle ne voyait aucune possibilité de revenir sur le vote de ce document ou d’y apporter des modifications ou suppléments. »

Maria Zakharova a rappelé que l’accord était un mécanisme équilibré qui prend en compte les intérêts de toutes les parties concernées. « La rupture de ce fragile équilibre d’intérêts débouchera sur de sérieuses conséquences pour la sécurité internationale et le régime de non-prolifération », a-t-elle poursuivi.

« La Russie se réserve le droit d’interpréter à sa manière l’accord sur le nucléaire iranien si l’Occident le fait », a-t-elle encore souligné, parlant des États-Unis et de la troïka européenne (France, Allemagne et Royaume-Uni).

« Nous ne nous estimons pas liés par de quelconques ententes séparatistes qui pourraient être établies entre les États-Unis et la troïka européenne. Tout résultat de telles négociations sera analysé par Moscou à la lumière de sa conformité aux exigences du document et, surtout, de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU. Si les États-Unis et la troïka européenne s’entendent sur une certaine interprétation de plusieurs points du document, nous nous réservons le droit d’en faire de même », a-t-elle indiqué.

Le président français a annoncé mardi à Washington, à l’issue de négociations avec Donald Trump, que Paris était prêt à travailler de concert sur un nouveau texte de ce document. 

Le Plan global d’action conjoint sur le programme nucléaire iranien a été conclu entre Téhéran et les puissances du groupe 5+1 (États-Unis, Allemagne, France, Royaume-Uni, Russie et Chine) le 14 juillet 2015, après douze ans de crises diplomatiques et d’âpres négociations.

https://fr.sputniknews.com/international/201804261036110157-russie-trump-macron-iran-reaction/