« SOLIDARITE DU PRCF AVEC LES CHEMINOTS ALLEMANDS EN GREVE ! VIVE LA NOUVELLE BATAILLE DU RAIL ! » Ce « modèle allemand »-là, nous sommes pour !

59326Alors que l’UE et ses commis à la Manuel Valls s’acharnent partout sur les travailleurs du rail et sur les services publics du transport (ferroviaire : SNCF, aérien, Air-France, maritime : SNCM…), multipliant les , les suppressions d’emploi et les entraves au droit de grève (le prétendu « service minimum »), les cheminots allemands montrent l’exemple d’une lutte de classe menée POUR GAGNER sur les salaires, l’emploi et les libertés syndicales, en faisant des conducteurs de train les fers de lance d’une lutte de tous les cheminots de la Deutsche Bahn.

Bien entendu, ils ont contre eux la grande presse fascisante du type « Bild Zeitung » (un torchon anticommuniste issue de la guerre froide), la CDU, et bien entendu, l’inévitable SPD, digne de son passé de de « rouges » et de grévistes… Tous les moyens sont bons pour faire plier les cheminots en grève, y compris les campagnes de haine contre les syndicalistes, dont certaines frisent la chasse à l’homme. A part ça, le PRCF exagère quand il parle d’un danger de plus en plus fort de fascisation de l’Europe sous la protection d’une UE dictatoriale et de plus en plus rejetée par les masses.

A l’inverse, les cheminots ne cèdent pas et ils ont même le culot, à l’initiative de leur chef de file, un « Ossie », de bloquer le pays pendant les « festivités » de l’ainsi-dite « réunification » qui, en réalité, a plongé l’ex-RDA dans une , sociale et morale qui n’a jamais cessé.

Raison de plus pour le secteur luttes du PRCF et pour les cheminots du PRCF de manifester leur solidarité aux camarades allemands en lutte.

En 1995, quand les cheminots français montraient le chemin de la lutte, des manifestants allemands avaient mis sur leur banderole « apprenons le français ! ».

Eh bien nous, quand nous voyons cette Allemagne-là, qui n’est pas celle de l’arrogante Angela Merkel et des Konzern qui dominent à nouveau l’Europe, nous disons aux travailleurs français : ce « modèle allemand-là, JA, JA, JA »… et Maastricht, nicht, nicht, nicht ! ».

Secteur luttes du PRCF,  syndicalistes cheminots membres du PRCF.

L’Allemagne enrage contre une méga-grève du rail

Thomas Schnee, Berlin, publié le 05/11/2014 à 18:37

Le réseau ferré allemand est immobilisé depuis mercredi après-midi et jusqu’à lundi à l’occasion de la plus grande grève du rail depuis 20 ans. Abus du droit de grève pour les uns, lutte pour la liberté syndicale pour les autres, le conflit fait polémique.

Claus Weselsky, patron du syndicat des conducteurs de locomotives allemands (GDL) et syndicaliste “le plus buté d’Allemagne”, selon certains médias, n’a peur de personne. Et il vaut mieux. Dans un pays qui compte seulement 16 jours de grève pour 1000 salariés en 2013 (150 en France !), paralyser l’ensemble du trafic ferroviaire pendant les vacances de la Toussaint, puis pendant le week-end du 9 novembre au cours duquel se tiendront les cérémonies du 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, est le meilleur moyen de décrocher le titre d’ennemi public n°1. N’hésitant pas à surfer sur le très fort mécontentement populaire déclenché par la grève, le grand quotidien populaire conservateur Bild Zeitung a d’ailleurs mis au pilori celui qu’il surnomme le “Fou du rail” en fournissant directement les coordonnées téléphoniques du syndicaliste à ses lecteurs !

Une grève pour la concurrence syndicale

Mais le saxon Weselsky et ses 17 000 camarades n’en ont cure. Hier, celui-ci a refusé la dernière offre de médiation de Deutsche Bahn en expliquant qu’il se battait “pour la liberté de réunion et que celle-ci n’était pas négociable”. Dans ce conflit, le syndicaliste demande une augmentation de 5 % et une réduction du temps de travail hebdomadaire. Mais surtout, il revendique le droit pour son syndicat d’élargir son champ d’action en négociant les conventions collectives non plus pour les seuls conducteurs de train, mais aussi pour tout le personnel roulant. En faisant cela, il vient marcher sur les plates-bandes du grand syndicat du rail EVG (160 000 adhérents), ce qui déplaît à la direction de Deutsche Bahn qui fait tout pour bloquer cette .

Aucune des parties n’étant disposée au compromis, la paix sociale de l’entreprise et du pays en font les frais: “Ils se disputent depuis le mois de septembre et c’est nous qui en faisons les frais. Je n’ai rien contre les travailleurs qui se battent pour leurs droits, mais là, ils abusent. Je ne sais pas comment je vais pouvoir prendre mon service à 6h00 du matin”, se plaint Susanne Beier qui habite dans la banlieue de Berlin et travaille en centre-ville comme magasinière. Les grandes entreprises ont annoncé qu’elles tenteraient de se rabattre sur la route pour les livraisons les plus importantes. Chaque jour, 15 trains de marchandises entrent et sortent de la seule usine d’Ingolstadt du constructeur automobile Audi.

Un abus du droit de grève?

“Ce qui se passe est un abus du droit de grève. Pour le bien du pays, nous avons besoin que chacune des parties montre son sens des responsabilités”, estime aussi le chef du parti social-démocrate et ministre de l’économie Sigmar Gabriel qui “demande aux fonctionnaires du GDL de revenir à la table des négociations” tout en priant la direction de la Deutsche Bahn de jouer le jeu. Pour l’instant, cette dernière rejette l’entière responsabilité de la grève sur le syndicat et a annoncé qu’elle pourrait porter plainte contre ce qu’elle considère être une grève politique, interdites en Allemagne. Pour sa part, Frank Nachtigall, l’un des adjoints de M. Weselsky, a fait comprendre que “le prochain mouvement pourrait durer encore plus longtemps que celui-ci”.

Commentaire de lecteur “« SOLIDARITE DU PRCF AVEC LES CHEMINOTS ALLEMANDS EN GREVE ! VIVE LA NOUVELLE BATAILLE DU RAIL ! » Ce « modèle allemand »-là, nous sommes pour !

  1. Pingback: « | Protestation