Revenu Universel : une mesure ultra libérale menaçant la Sécu et renforçant la guerre aux salaires [EtincelleS]

Le , voila le slogan publicitaire de la campagne de Benoit Hamon pour gagner la primaire. Une façon de faire parler de lui et de tenter de faire oublier qu’il est responsable, au même titre que Valls, du bilan désastreux du quinquennat Hollande, un quinquennat délibérément à droite toute qui n’aura fait qu’appliquer dans toute son horreur la politique ultra libérale dictée par le MEDEF et imposée par Bruxelles.

Alors bien sûr, la perspective d’un revenu universel peut sembler séduisante pour les travailleurs dans un pays comme la France qui compte plus de 8 millions de privés d’emplois, et des millions de travailleurs précaires. Faut-il déjà rappeler que Hamon n’indique ni la manière de financer ce revenu ni son montant, se bornant à indiquer qu’une des pistes serait de fusionner les prestations de la , ainsi que d’autres prestations sociales. Pourtant de nombreuses questions éminemment politiques se posent :

  •  déjà la substitution potentielle du revenu de base aux protections sociales et aux services publics explique le succès de cette mesure chez les ultra libéraux comme Hayek ou Friedman. Et le fort relais du système médiatique capitaliste dont a en conséquence pu bénéficier Hamon.
  • Hamon prétend résoudre avec ce  revenu universel le soit disant recul du travail salarié en mettant à contribution la valeur produite par les “robots”. Niant ainsi une évidence, seul le travail humain est créateur de plus-value et tout l’enjeu est bien la répartition de la plus-value.  Observons que l’éventuelle plus-value apparente générée par la robotisation n’est qu’une plus-value conjoncturelle, par effet de contraste avec l’activité salariée qu’elle concurrence (et non une plus-value structurelle et durable, susceptible d’alimenter un salaire de substitution). Une fois cette concurrence éliminée, le produit du robot tend vers la… gratuité, faute de créer de la valeur  (de même que le pommier produit gratuitement des pommes). C’est bien ce qui condamne à terme à une baisse tendancielle le taux de profit. Bref, à terme, le robot ne finance pas une taxe faute de pouvoir “rémunérer” jusqu’à son propriétaire… si demain les robots rasent gratis, ce sera donc sur fonds publics. C’est à dire que le revenu universel serait inéluctablement versé depuis la poche gauche des travailleurs vers leur poche droite.
  • toujours s’agissant de cette taxe robot. Thomas Paine (à qui on attribue la paternité de ce salaire de base) l’envisageait à partir d’un loyer dont le propriétaire foncier s’acquitterait pour dédommager le reste de la population (la terre appartenant initialement à tout le monde). Bref, le financement du revenu de base était alors moins pensé et financé à partir du “travail” qu’ à partir du revenu de la propriété privée, par contraste avec une propriété commune ou publique. Aussi, cette question de la propriété est escamotée par l’idée abstraite d’une taxe robot… Loin d’être de gauche, Hamon ne pose ici pas du tout la question essentielle de la propriété des moyens de production.
  • enfin, la problématique de la nécessaire (et notamment sur le principe d’une réduction de la part mécanique, répétitive, aliénante du travail) est totalement éludée par ce dispositif, tout en niant également que le travail a AUSSI une part (qualitative) créatrice, socialisante, émancipatrice, humanisante qu’il s’agit de préserver. N’en déplaise au candidat PS, le robot est l’avenir du travail libéré, ce qui suppose – sauf à retomber dans le luddisme (fiscal ?) – une remise en cause du capitalisme et non une simple taxe…

GB dans un article à paraître du prochain numéro de la revue revient à travers une analyse poussée sur les implications de ce revenu universel.


Revenu Universel : une mesure ultra libérale menaçant la Sécu et renforçant la guerre aux

Après le refus référendaire de la Suisse à mettre en place un revenu de base inconditionnel, et au moment où la Finlande commence une expérimentation de revenu universel de 560 euros auprès de 2000 chômeurs, la France s’empare du débat à l’occasion de la Présidentielle.

Chez les candidats du PS, seul Benoît Hamon a présenté un programme quelque peu ambitieux sur le sujet, arguant que la numérisation et la robotisation du travail nécessitent d’adapter socialement la relation au travail et à sa rémunération. Le projet qu’il porte est assez symptomatique de la façon dont une certaine gauche appréhende le rapport au travail.

« Quand le Conseil national de la résistance propose la Sécurité sociale au sortir de la guerre, il invite à créer un système qui va très vite peser 100 % du PIB de l’époque, a rappelé pertinemment le candidat. Aujourd’hui, le revenu universel, ce serait 15 % à 20 % du PIB. Que s’est-il passé, en 70 ans, pour que la gauche n’arrive plus à penser ce que pourrait être une nouvelle protection sociale adaptée aux insécurités de notre temps ? »

La référence au Conseil National de la résistance devrait pourtant donner l’idée à cette certaine gauche non pas d’inventer une « nouvelle » protection sociale, mais de continuer à construire une protection sociale de haut niveau maîtrisée par les travailleurs… – s’ils en récupèrent la gestion – qui, pour aller plus loin, s’appuierait sur la formidable révolution sociale que représente cet outil tel qu’il existe dans ses fondements : à savoir la remise en cause non encore poussée à son terme de la domination du capital ; remise en cause qui soustrait financement et prestations à la loi du marché.

À terme, il s’agirait de donner 750 euros par personne, cumulable au salaire, ce qui représenterait selon Benoît Hamon entre 300 et 450 milliards d’euros. Le financement serait assuré par un impôt unique sur le patrimoine (ISF, taxe foncière et droits de mutation), la lutte contre l’évasion fiscale et, plus original, par une taxe robot. Cette dernière a de quoi séduire puisqu’elle agit comme un prélèvement sur la valeur ajoutée créée par l’entreprise. Or, la prémisse sur laquelle elle repose — si la robotisation augmente la productivité, il faut redistribuer la richesse créée par les robots — suggère subrepticement que le travail humain ne serait pas nécessairement à l’origine de la plus-value. Le Parlement européen s’est d’ailleurs lancé dans des discussions autour du rapport de Mady Delvaux sur la personnalité juridique des robots, avec un vote prévu mi-février. Partant du constat que

« le développement de la robotique et de l’intelligence artificielle pourrait avoir pour conséquence l’accomplissement par des robots d’une grande partie des tâches autrefois dévolues aux êtres humains, sans la possibilité de récupérer la totalité des emplois perdus ; que cette hypothèse s’avère préoccupante pour l’avenir de l’emploi et la viabilité des régimes d’aide et de sécurité sociale et qu’elle pourrait conduire à un versement irrégulier des cotisations de retraite, si l’assiette de contributions actuelle est maintenue ; qu’elle pourrait déboucher sur un creusement des inégalités dans la répartition des richesses et de l’influence (…) », le rapport propose que « l’éventuelle application d’un impôt sur le travail réalisé par des robots ou d’une redevance d’utilisation et d’entretien par robot doit être examinée dans le contexte d’un financement visant au soutien et à la reconversion des chômeurs dont les emplois ont été réduits ou supprimés, afin de maintenir la cohésion sociale et le bien être social » – source : http://www.europarl. europa.eu/sides/getDoc.do? type=COMPARL&reference=PE-592. 395&format=PDF&language=FR& secondRef=01

 

De là, on peut assez vite glisser vers l’idée que le revenu universel n’est pas destiné à redistribuer les richesses vers le travailleur, puisqu’on peut le remplacer par un robot dans la création de valeur ajoutée. Le travailleur étant déclaré superflu, il n’est donc pas nécessaire de renforcer ses droits. En réalité, le revenu universel est une allocation qui doit permettre au consommateur de garder un pouvoir d’achat minimal. Le travailleur n’existe de plus en plus que par intermittences, ses contours se brouillent. En revanche, la place du consommateur s’étend de plus en plus, du lundi au dimanche. Dans la réalité, bien sûr, les choses sont un peu différentes puisque le travailleur travaille plus qu’il ne consomme. Qu’importe ! On apprendra au consommateur indigent à savoir se contenter de peu (750 euros, par exemple).

Parallèlement, l’idéologie de la décroissance convainc une partie de la population que le salut de la nature dépend de notre capacité à consommer moins. Cela tombe à pic. Quand le marché de l’emploi nous oblige à rester à la maison, avec ou sans revenu universel, la frugalité devient un mode de vie vertueux et indispensable. Faire pipi sous la douche allège la facture et la conscience, à ce qu’il paraît. Mais une décroissance associée à une hausse de la productivité risque d’accentuer encore un peu plus le phénomène de surproduction, car, faut-il le rappeler, nous ne consommons pas la totalité de ce que nous produisons. Précisons qu’il s’agit non de consommer moins mais de consommer mieux (en qualité et en tenant compte des intérêts à court, moyen et long terme de l’humanité. Le débat qui nous occupe est celui de la hausse de la productivité et de la réponse que prétend y apporter l’instauration d’un revenu universel de base. Dans un cadre où les rapports de productions capitalistes perdurent, la décroissance n’est juste qu’une manière d’accommoder les restes, tout comme le revenu universel.

Dans l’hypothèse où le revenu universel se cumule au salaire, les entreprises auront bon jeu de mettre en avant que leurs salariés disposent déjà d’un revenu assuré, et qu’en conséquence, les questions touchant au pouvoir d’achat ne sont plus de leur ressort, mais de celui de l’État. De manière générale, les entreprises sont déjà de moins en moins concernées par le sort de celles et ceux qui travaillent pour elles, parce que depuis plusieurs années, le rôle d’employeur des entreprises tend à s’estomper de plus en plus. L’objet des dernières réformes du monde du travail ne vise-t-il pas justement à détacher le travailleur du salariat pour l’installer dans le portage salarial, l’uber et l’auto-entreprenariat généralisé ? Le revenu universel apporte une réponse à cette nouvelle organisation du travail, trouvant d’autant plus d’écho que les salariés cherchent à fuir des conditions de travail devenues particulièrement stressantes. En se rêvant devenir leur propre patron, les travailleurs isolés peuvent voir d’un bon œil l’arrivée d’un revenu garanti qui les aideraient à faire face aux aléas d’une activité précaire.

Il est à craindre également que le revenu universel finisse par se substituer à la protection sociale et aux services publics tels que nous les connaissons. Il constitue de fait un formidable outil de simplification. Cette destruction sera présentée bien évidemment comme un progrès, comme une plus grande liberté. Par exemple, on peut imaginer que le « consommateur » de soins de santé se verra assez rapidement confronté à la liberté de choisir, parmi une offre pléthorique en assurances, la façon dont il souhaite être couvert, l’équité étant garantie par le revenu universel et l’intérêt du consommateur par la concurrence. Alors que la création de la Sécu représentait un progrès au service de l’intérêt de la nation, le revenu universel est conçu pour répondre aux besoins d’une société dans laquelle les conquis collectifs sont systématiquement attaqués pour les remplacer par la défense des intérêts particuliers.

Quelle solution, alors, pour contrer les effets néfastes du remplacement partiel des hommes par les machines ? Peut-être faudrait-il commencer par défendre l’idée qu’il s’agit là d’une opportunité de progrès pour les travailleurs. Le plein emploi est envisageable, à condition que nous posions comme condition indispensable la réduction du temps de travail comme moyen de s’adapter à la hausse de la productivité et que par ailleurs, l’orientation même du progrès technique ne soit plus piloté par l’accumulation capitaliste (avec pour but d’augmenter la productivité en éliminant l’humain) mais par l’objectif communiste du développement maximal des puissances humaines. Plus que jamais, cette maîtrise, humaine car démocratique, des finalités du progrès technique implique la socialisation des moyens de production et le pouvoir des travailleurs : c’est le contraire de ce que propose Benoït Hamon qui ne touche pas à la propriété privée capitaliste et qui, avec pour seules perspectives exaltantes la légalisation du cannabis et le RBU, propose à la jeunesse populaire de décrocher de toute forme d’ambition collective à diriger sa vie. Mais nous ne serions déjà plus là dans le cadre des rapports d’exploitation actuels et du rapport dominant-dominé où le Capital fait travailler uniquement ceux dont il a besoin, et où SA réduction du temps de travail consiste en l’organisation du chômage de masse de plusieurs millions de gens sur la planète, en raison de l’incontournable loi de la baisse tendancielle du taux de profit. Parvenir au plein emploi dans le cadre des rapports existants nécessiterait une telle réduction du temps de travail qu’il ne pourrait plus y avoir extraction de plus value, et donc de profit. Le plein emploi nécessite donc le changement des rapports de production, alors que le Revenu Universel consacre au contraire le rôle dominant de la bourgeoisie et le maintien du rapport d’exploitation et du mode de production.

Si la main de l’homme s’éloigne de plus en plus du produit fini, cela ne signifie pas que le travail se raréfie mais qu’il change de forme. A chaque progrès technologique, la productivité augmente, nous devrions donc pouvoir mieux vivre en travaillant moins et consacrer davantage de temps à la formation professionnelle aux mains du secteur public sur le temps de travail pour anticiper l’adaptation aux nouvelles techniques de production au lieu de laisser les capitalistes licencier dans les entreprises, ubériser les professions, étrangler les exploitations agricoles et les petites entreprises sous traitantes, étrangler les services publics en les bradant au secteur privé… Le gain de productivité devrait donc permettre d’abord de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. La taxation des robots est donc un leurre qui dissimule la question de savoir si le progrès technique – issu lui même du travail humain – est l’allier du travail ou l’arme du capital (contre le travail). Bref, un gadget qui occulte l’enjeu de la lutte de classes et donc des rapports de propriété. Tout comme le métier à tisser du début du 19e siècle n’était pas « en soi » un danger pour lke travail, danger qu’il aurait fallu noyer dans la tamise ou sous les taxes (par une sorte de luddisme fiscal…).

Si nous voulons sortir du capitalisme, c’est bien pour mettre fin à cette privatisation des profits et à la socialisation des pertes. Aujourd’hui, les entreprises touchent de l’argent pour des emplois à bas salaires. Elles n’ont donc aucun intérêt à les augmenter. Le Revenu Minimum Universel version Benoît Hamon ressemble étrangement au RSA version Sarkozy, ce qui signifie que l’on admet la raréfaction de l’emploi comme inéluctable et que l’on charge l’Etat de mettre de faux pansements sur une économie malade de l’ultralibéralisme et de la délocalisation.

Le PRCF vise à la mise en marche d’une société où chaque citoyen pourrait vivre dignement de son travail selon ses compétences. Voici 30 ans que Coluche a lancé ses Restos du Cœur et ils doivent faire face à une demande caritative de plus en plus forte pendant que quelques uns s’octroient des revenus exponentiels. Décidément, et si nous arrêtions de fabriquer des pauvres !

GB pour EtincelleS la revue du PRCF – en partenariat avec www.initiative-communiste.fr

3 Commentaires de lecteur “Revenu Universel : une mesure ultra libérale menaçant la Sécu et renforçant la guerre aux salaires [EtincelleS]

  1. Petitpierre
    6 février 2017 at 13:58

    Il est controversé… il l’est d’ailleurs également chez les libéraux… et plutôt virulemment ! Mais l’option de ce revenu universel a UN DOUBLE MERITE philosophique et un autre pratique pour moi :
    Philosophique d’abord pour moi : il situe la DGNITE humaine hors de la sphère du travail : car si la dignité n’est reconnue que par et dans le travail, alors (cum grano salis) qui ne travaille pas encore, ne peut travailler ou ne travaille plus en est dépourvu !?
    Pratique : les jeunes agriculteurs pourraient poursuivre leur travail et conserver leur exploitation car ne seront plus réputés “sans revenus”, par devant la législation sur les propriétés d’exploitations agricoles lorsqu’ils sont inscrits au chômage par exemple… d’où le nombre de leurs suicides !
    Elle a donc EGALEMENT un aspect humain que je ne néglige pas pour ma part.

  2. Le.Ché
    6 février 2017 at 17:39

    Le revenu universel permet de réfléchir à la pauvreté dans notre pays mais n’est en aucun cas une solution pour régler le problème du chômage. Hamon veut donner 750 euros, mais on ne vit pas avec 750 euros par mois en France. L’idée n’est pas bonne pour supprimer la pauvreté et les SDF.
    Je préfère la solution du PARDEM d’un droit opposable à l’emploi.

    1. - -
      6 février 2017 at 21:35

      A noter que le droit opposable à l’emploi est dans le programme de Mélenchon.
      Le programme candidat du PRCF :https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/revenu-universel-une-mesure-ultra-liberale-menacant-la-secu/“>plutôt qu’un objectif d’affichage, fait des propositions concrètes pour assurer avec le passage au socialisme la suppression effective du chomage