Plus de 100 000 manifestants pour les #MarcheClimat et #Acte45 violemment attaqués par le régime Macron !

100 000 manifestants pour la et l’ des , tous ensemble et en même temps autour du slogan “fin du monde, fin de mois, même combat”. En effet, la majorité de nos concitoyens a bien compris que le danger pour les droits sociaux, démocratiques, écologiques c’est le capitalisme. Ce système est exterministe. Il menace l’écosystème de l’Humanité et donc notre survie. Comme le faisait déjà remarquer Marx au XIXe siècle, “le capitalisme épuise l’homme et la nature”.

Dans le même temps, même s’il faut regretter le choix perdant de refuser l’unité d’action, FO réunissait une de 20 000 syndicalistes à avec un mot d’ordre clair : non à la retraite par point, oui à la retraite par répartition, retrait de la réforme Macron.

Face à la mobilisation populaire, le régime Macron UE MEDEF a tenté d’empêcher la convergence gilets jaunes marche pour le climat en attaquant violemment la manifestation parisienne, en interdisant de large secteur de Paris à toutes manifestations, en installant un état de siège liberticide et en déchainant ses pour terroriser ses opposants. L’histoire retiendra qu’à trois jours d’intervalle, Macron aura trainé devant un tribunal politique des députés du principal groupe parlementaire d’opposition, et gazé et matraqué une marche d’écologistes. En même temps ce même régime soutient la réhabilitation des nazis en criminalisant les antifascistes et le communisme par le vote d’une scandaleuse résolution au parlement européen. (lire ici).

Ce sont les conquêtes démocratiques élémentaires, à commencer par le droit de manifester, qui sont désormais non plus menacées mais directement mises en cause. Face à cette fascisation qui s’accèlère dans toute l’europe sous l’effet des directives européennes, il y a urgence à réagir. Tous ensemble, en même temps

Acte 45 des Gilets jaunes : Paris sous emprise policière

Paris 21 septembre 2019 – par les jeunes communistes des JRCF.

Stations fermées, bus détournés, quartiers bouclés, impossibilité de s’assembler pacifiquement à Madeleine le matin pour les Gilets jaunes, refus de tous ceux avec un gilet jaune, gazage de simples manifestants pour le climat (sans doute peu dangereux) puis 163 interpellations et 395 personnes verbalisées pour présence dans des périmètres interdits au rassemblement. Voici ce qu’on pouvait voir hier au cours de ce samedi 21 septembre, acte 45 des gilets jaunes, comme-ci la France était victime d’un attentat terroriste ! 
Il n’est guère nouveau ni étonnant de parler de fascisation du régime Macron, surtout après la mise sous le tapis des meurtres par les agents de l’Etat de Zineb et Steve.
Nous n’avons eu de cesse de critiquer le mouvement des black bloc comme rassemblement de petit-bourgeois jouant un rôle néfaste pour le mouvement ouvrier, mais nous ne sommes pas aveugles aux violences exercées par les forces de l’ordre, même si nous refusons de stigmatiser l’ensemble des agents de police, victimes eux aussi de la casse de leur métier (et dont le taux de suicide a encore augmenté). 
Notre seul souhait : que le “Tous ensemble et en même temps” réalisé hier par la jonction entre gilets jaunes et manifestants pour le climat grandissent pour achever les deux tenailles qui menacent de détruire notre pays, Macron et l’Union européenne.

Quentin -JRCF

A Toulouse, la mobilisation retrouve des couleurs

reportage photos dans la manifestation par notre correspondant MF à Toulouse

Retour sur l’Acte45 et les marches pour le climat avec les réseaux sociaux du PRCF

Vous avez pu suivre ce 21 septembre comme tous les samedis sur les réseaux sociaux les manifestations en France. Des partages de témoignages sur les réseaux sociaux il faut retenir trois points :

  • la convergence syndicalistes, gilets jaunes et militants écolo avec une nouvelle fois la fusion des marches pour le climat et des gilets jaunes rejoint par l’appel à manifester de la CGT et de la FSU
  • la remontée de la mobilisation avec un nombre significatif de manifestant après la logique baisse estivale
  • le régime Macron panique et est aux aboies. Face à la mobilisation populaire, illégitime et minoritaire, il accélère sa fuite en avant dans la violence policière, montrant sa nature profondément fascisante

Paris en état de siège, mais malgré les 7000 policiers déployés, les gilets jaunes défilent sur les Champs Elysées

La marche pour le climat, comme celle du 1er mai a été attaquée par la police du régime Macron

A Montpellier c’est une observatrice, dument identifiée, de la ligue des droits de l’homme qui a été arreté par des hommes en uniformes de CRS cagoulés et sans matricules d’identification

Les violences policières du régime Macron ne concernent pas que les manifestants. Violent, Macron déchaine la violence contre l’ensemble de la Nation. Les morts de Steeve et Zineb sont là pour le rappeler. Ce 21 septembre, ces deux touristes attaqués par la police de Macron sont là pour en témoigner.

A Paris, LREM voulait se lancer dans une opération de communication pour faire diversion. Il apparait, comme avec ses “manifestations” des foulards rouges que Macron n’a aucun soutien populaire. C’est le régime des banquiers, protégés par ses policiers.