Pendant des mois, une affiche d’Hitler à la CRS 58 de Perpignan. Silence de Gérard Collomb.

Cela faisait des mois que cela durait. Des mois qu’était placardé dans un des locaux principaux de l’unité de de la 58 de Perpignan un e affiche de faisant le salut nazi. Et il ne se passait rien, jusqu’à ce que la CGT soit obligé de porter plainte pour faire retirer l’affiche.

Le secrétaire départemental de la CGT dénonce également des sanctions insignifiantes vis-à-vis du CRS tenu pour responsable de cette propagande nazie au sein même d’une des institutions de l’État. ; “la personne qui a placardé cette affiche a pris un simple petit blâme, pratiquement la même chose que prend un officier de police en tenue qui fume dans la rue”

Interrogé par nos confrères du journal Sud-Ouest, ni le commandement de la CRS ni la direction interrégionale de Marseille n’ont voulu faire le moindre commentaire, pas même pour condamner l’affiche…

L’alerte avait été donnée dès le 17 janvier après que des personnels avaient découvert horrifiés l’affichage de cette affiche nazie dans les locaux de l’infirmerie de la CRS 58. Une affiche grand format de 42 cm x 59 cm qui ne pouvait pas passer inaperçue dans un local accueillant tous les candidats souhaitant intégrer la police.

Le ministre de l’Intérieur, qui n’a entrepris aucune action pour stopper le déploiement de milices d’extrême- droite dans les Hautes Alpes, ni même l’installation de groupuscules fascistes violents dans sa ville de Lyon, est, sans surprise, totalement muet.

Il n’y a pas si longtemps, une telle nouvelle aurait fait un scandale national dans le pays. Là le silence est total. Il est vrai que les armes, les matraques, les grenades des CRS tiennent lieu de méthode de gouvernement, d’arguments et de verrous pour le régime Macron qui écrase ainsi le pays. Aux cheminots, aux étudiants, aux infirmières, aux paysans, aux fonctionnaires, c’est à coup de CRS que ce régime ultra-minoritaire dans les urnes tape pour imposer sa violente politique qui prend aux travailleurs pour servir les ultra- riches, qui détruit le pays pour augmenter les profits, qui casse la Nation pour obéir aux diktats de l’Union Européenne du Capital.